AU FIL DES HOMELIES

Photos

DIEU RENCONTRE L'HOMME DANS SA LIBERTE

Gn 15, 5-17

(16 mars 2005)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Mambré : A la recherche du passé … 

Q

u'a donc vu Abram pour exulter à la pensée de voir le jour du Seigneur ? En écoutant avec vous la première lecture, qui décrivait cet épisode célèbre d'Abram sortant de sa tente et contemplant le ciel étoilé de la terre d'Israël, je me souvenais d'une pensée qui me traversait l'esprit quand j'étais petit. Quand j'étais petit, je pensais que la nuit qui tombait, c'était Dieu qui jetait un immense drap au-dessus du monde, et que les petites étoiles, c'étaient les trous qu'il y avait dans le drap. Aussi, je me dis que lorsque nous regardons le ciel nous essayons de trouver des trous, des percées dans ce ciel qui nous semble quelquefois trop obscur, nous essayons de trouver dans ce ciel, une présence de Dieu, quelque chose qui nous dise ce qui se passe de l'autre côté, là où l'on ne peut pas aller. Continuons à faire comme des milliers de générations d'hommes, nous levons les yeux vers le ciel en espérant y trouver inscrit dans ces milliers de petites étoiles, la trace de notre destin, comme déjà écrit.

C'est vrai que nous pouvons considérer notre relation à Dieu comme une relation en conformité. Contempler le ciel me permet de découvrir comment je dois être conforme aux choses, à la nature, au monde, à la morale, aux lois naturelles et à ce que Dieu attend de moi. C'est vrai que cette contemplation a quelque chose d'apaisant, parce que nous pensons que nous faisons bien les choses, que trop de chrétiens, devant Dieu considèrent qu'ils sont en conformité avec lui. Aussi, qu'a vu Abram quand il s'est réjoui ? Je crois que ce qu'a contemplé Abram c'est une grande libération de sa foi, de sa confiance et de sa relation avec Dieu. Il a découvert en levant les yeux et en regardant ce ciel étoilé, que de Dieu d'amour, ce Dieu qui commençait à tisser une relation avec lui, n'était pas un Dieu qui lui demandait d'être en conformité avec lui. Regarder le ciel dans lequel Dieu est présent, ce n'est pas être en conformité avec lui, c'est au contraire découvrir toute la liberté que Dieu donne à tous ses enfants et à tous les croyants.

Je trouve assez beau qu'à quelques jours de l'ouverture de la semaine sainte, nous ayons à écouter ce genre de texte, car enfin, comment se fait-il que dans les événements les plus tragiques, ceux que nous n'avons pas choisi, la mort d'un être cher, notre propre mort, la souffrance d'un homme qui voulait avoir un enfant et qui ne pouvait pas en avoir, comment se fait-il qu'au moment même de ces événements, le Dieu qui se révèle à nous est un Dieu qui se révèle à travers la liberté. C'est le regard que donne à voir, Dieu à Abram, au moment où Abram ne peut pas avoir un enfant, Dieu lui dit : regarde les étoiles, ta descendance sera aussi nombreuse que ces étoiles dans le ciel.

C'est ce que nous allons vivre dans quelques jours dans la semaine sainte, quand nous allons contempler le Christ crucifié. Le Christ crucifié, c'est tout homme qui n'a pas choisi de vivre cette condition, qui se retrouve prisonnier sur la croix, et Dieu est celui qui vient sur cette même croix pour découvrir que planté sur une croix, l'homme peut vivre une certaine liberté. Pourquoi l'homme peut-il vivre librement au milieu même de la souffrance ? C'est parce que Dieu lui-même l'a fait, et aussi parce que Dieu a une relation avec nous comme Il a sa relation avec son Fils. Nous avons entendu tout à l'heure dans l'évangile, justement ce lien qui existe entre Dieu et son Fils : le Père et le Fils. Le Fils glorifie le Père.

Frères et sœurs, que nous découvrions au cours de cette semaine sainte que nous tous, fils et filles de Dieu, nous pouvons glorifier le Père, même au cœur de l'adversité, même au cœur de la mort, au cœur de la croix.

 

AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public