AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA PRIMAUTÉ DE L’ALLIANCE

Gn 15, 5-17 ; Jn 8, 51-59

Mercredi de la cinquième semaine de carême – A

(13 avril 2011)

Homélie du Frère Christophe LEBLANC

Abraham, père des croyants

 

F

rères et sœurs, on s’accorde à dire que pendant la période du second temple et ensuite pendant la période de Jésus, il y a différents modèles d’identité religieuse dans le judaïsme, appartenances tribales, biologiques, religieuses, politiques, etc … il y a deux systèmes qui sont les plus représentatifs, c’est la question de la généalogie, l’appartenance génétique, et puis il y a le modèle qu’on appelle le modèle de l’Alliance.

C’est cela qui est en question dans l’évangile que nous avons entendu et aussi dans la première lecture tirée du livre de la Genèse. En fait, d’un côté, certains disent que l’appartenance religieuse est liée à la généalogie, la génétique : mes parents sont de telle religion, mes grands-parents de telle culture, et il y a comme un patrimoine et une identité qui passe de génération en génération.

Jésus vient donner un coup de pied dans la fourmilière, et il rappelle en fait que l’identité religieuse est liée à ce qu’on appelle l’Alliance. Alors que les juifs qui sont en face de Jésus se réclament d’une identité de type généalogique avec Abraham, Jésus s’amuse avec eux en leur montrant qu’Abraham lui, a eu son appartenance religieuse fondée sur une Alliance. Ce n’est pas le modèle généalogique qui prime, c’est le modèle de l’Alliance. C’est parce qu’Abraham a cru, c’est parce qu’il y a eu une Alliance entre Dieu et Abraham que par la suite, le modèle généalogique a pu se développer. Mais ce modèle est secondaire par rapport au modèle de l’Alliance.

C’est une question qui est étonnamment moderne parce que nous vivons encore dans cela aujourd’hui, moins dans notre monde christianisé, moins par le biais de l’appartenance généalogique, mais par ce qu’on appelle le modèle culturel. Pour beaucoup de nos contemporains, et je l’ai encore entendu il n’y a pas très longtemps lors d’une préparation au mariage : je suis chrétien parce que ma famille est chrétienne et puis c’est tout . On ne va pas tellement plus loin, on ne fait que s’inscrire dans un long chaînon d’une appartenance au religieux lié à une identité culturelle, notre bon pays la France, etc …

Or, ce que Jésus dit, c’est que ce qui prime, c’est l’Alliance. On ne fait pas fi de la dimension culturelle, mais Jésus dit que c’est secondaire. Ce qui est premier, c’est la primauté de l’Alliance entre Dieu et chacun d’entre nous. Par conséquent le modèle culturel a peut-être son importance, il peut éventuellement donner l’idée ou le désir à l’individu d’être chrétien, mais ce n’est qu’un terreau. C’est un terreau qui prépare à un moment donné cette Alliance entre Dieu et une personne. Et en fait, c’est le baptême. Quand nous allons célébrer Pâque, c’est ce que nous allons faire. Pour certains, ils vont sceller leur appartenance à Dieu à travers le baptême, et pour nous, plus anciens chrétiens, nous allons renouveler notre Alliance.

Frères et sœurs, que ces textes soient pour nous l’occasion de réfléchir sur ce que nous pouvons appeler l’identité religieuse, sur la place de la culture, de nos racines presque génétiques, biologiques, mais n’oublions pas qu’on ne naît pas chrétien, on le devient. C’est par cette Alliance qu’Abraham est devenu le père des croyants même si ensuite, on peut s’intégrer dans une religion en tant qu’individu, appartenant à une culture ou à un peuple, ce qui prime toujours, c’est Alliance que nous avons signée à notre baptême et que nous renouvellerons lors de la vigile pascale à travers notre profession de foi.

 

AMEN

 

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public