AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA GRÂCE DU NEZ !

Jr 15, 10-11+15-21 ; Jn 12, 1-11

(4 avril 2009)

Homélie du Frère Christophe LEBANC

 

Béthanie, lieu des parfums ! 

B

ien sûr, frères et sœurs, nous savons que l'endroit le plus riche de sens et de grâces, c'est ce Golgotha sur lequel est plantée la croix du Christ, mort et ressuscité pour nous. Bien sûr, nous savons la valeur que peut revêtir le temple de Jérusalem à la fois pour les contemporains de Jésus et puis actuellement pour certains juifs habitant en Israël. 

       Mais je crois que Béthanie est un endroit encore plus riche de sens que le temple de Jérusalem. Béthanie est ce lieu véritablement prophétique dans lequel est à la fois annoncée notre résurrection, et l'endroit où est annoncé ce Dieu de miséricorde qui vient sécher nos larmes de tristesse et d'angoisse vis-à-vis de la mort. C'est bien sûr l'endroit où la prophétesse par excellence, Marie, vient verser du parfum sur les pieds de Jésus. Je crois qu'il n'est pas anodin que saint Jean ait amplifié les deux événements de Béthanie : à la fois le récit que nous avons pu entendre dimanche dernier de la résurrection de Lazare et l'événement de ce jour. Saint Jean a voulu faire ressortit la puissance évocatrice de Béthanie : cette résurrection de Lazare et ce geste prophétique de Marie. 

       Si vous vous souvenez de ce qui s'est passé la semaine dernière, Marthe est cette femme qui connaît bien son catéchisme et qui quand elle voit arriver Jésus qui lui dit : "Est-ce que tu crois ?" elle récite son catéchisme en disant : "oui, je sais, un jour mon frère ressuscitera au dernier jour". Pour le moment, c'est difficile, c'est même affreux, il est mort, mais je m'agrippe encore à cette annonce de la foi. Marie d'une manière beaucoup plus libre, elle, ne se contente pas de réciter simplement son catéchisme, elle fait un reproche à Jésus. Elle lui dit : "Si tu avais été là, il ne serait pas mort ! " C'est évident. Elle n'hésite pas à provoquer, à invectiver Jésus, comme certains d'entre nous qui, au milieu d'un deuil, peuvent aussi, et ont le droit d'invectiver Dieu de cette injustice de la mort de ceux qui nous aimons. Voilà que cette même Marie qui a fait ce reproche à Jésus se met à poser un geste qui est exactement le contrecoup du moment où Jésus s'approche du tombeau de Lazare, et on lui dit : "Maître, n'approche pas, cela fait quatre jours, et il sent déjà". C'est l'odeur de la mort, l'odeur du cadavre en putréfaction. 

       Et contre cette odeur de la mort, Marie va poser un autre geste qui est cette odeur du parfum qui va remplir toute la maison. Si vous me passez ce trait d'humour, je crois que Marie non seulement est prophétesse, mais elle a ce qu'on appellerait aujourd'hui "du nez". Vous avez qu'aujourd'hui dans le milieu du vin et du parfum, un nez, cela coûte très cher. Cela ne s'apprend pas, ce n'est pas comme le catéchisme qu'on peut réciter, c'est une grâce qu'on reçoit et que l'on peut cultiver ou laisser de côté. Marie a "du nez". Elle n'a peut-être pas récité son catéchisme devant Jésus comme sa sœur, mais je crois que ce qu'il y a de commun entre l'odeur et le mystère de la vie et de la mort, nous savons très bien que si comme moi, vous n'êtes pas des "nez", il n'y a rien de plus difficile que de mettre des mots sur l'odeur du vin ou l'odeur du parfum. Nous sentons bien quelque chose, mais nous avons du mal à poser des concepts, à exprimer ce que nous ressentons. 

       Ce qui est le cas pour le parfum, c'est aussi ce qui arrive pour la mort. Nous voyons bien qu'au-delà de la putréfaction il y a aussi une autre odeur qui est l'odeur de la résurrection qui est annoncée. Nous avons du mal à mettre des mots. Je pense que le geste prophétique de Marie, consiste à nous dire : ce n'est pas grave, nous ne pouvons pas toujours exprimer ce que nous ressentons, nous ne pouvons pas exprimer parfaitement l'annonce de l'évangile que nous portons à ceux qui nous entourent, mais au moins, posons ce petit geste prophétique qui est évocateur et parle à tout le monde. 

       Frères et sœurs, chassons loin de nous cette odeur de mort et en ce seuil de la semaine sainte, nous sommes invités à rentrer à Béthanie, ce lieu particulier dans lequel cette prophétie si puissante et si forte a été annoncée. Que nous puissions chasser de nous toute odeur de mort et nous préparer nous aussi à oindre avec ce que nous sommes, à oindre le corps du Christ en l'accompagnant au long de sa Passion pour l'attendre au jour de sa résurrection et l'étreindre. 

 

       AMEN 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public