AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA PRIÈRE DU PÉCHEUR

Dn 9, 3-6+15-19 ; Lc 18, 9-14

(9 mars 2009)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL 

 

Deux hommes montent au Temple pour prier …  

F

rères et sœurs, le texte de cette parabole célèbre est l'explication d'une double attitude de Jésus. D'une part, sa proximité avec les pécheurs, d'autre part, sa sévérité à l'égard des pharisiens. 

Les pharisiens mettaient tout leur effort à observer la Loi de Dieu, à observer le moindre des commandements. Ils allaient quelquefois jusqu'à un luxe de détail, jusqu'à prendre des ablutions, s'ils s'étaient assis sur un tronc d'arbre scié, de peur qu'il y ait eu par hasard un cadavre de mouche sur ce tronc d'arbre. Comme il était interdit par la Loi de toucher les corps des défunts, cette mouche crevée aurait pu induire une faute. Les pharisiens donc étaient attentifs au moindre détail et nous ne devons pas à priori mépriser leur attitude. C'était pour eux, la façon d'aimer Dieu jusqu'au bout, jusqu'au moindre petit recoin de la Loi. 

       Ce n'est évidemment pas cela que Jésus leur reprochait. Seulement, comme il arrive souvent quand on s'efforce de vivre de manière vertueuse et d'observer les commandements, les pharisiens se glorifiaient de leur attitude. Vous l'avez entendu dans la parabole. Certes, il jeûnait vraiment deux fois par semaine, il donnait vraiment la dîme de tous ses biens aux pauvres, mais il en faisait un titre de gloire. Il croyait que parce qu'il observait les commandements, il avait droit à la miséricorde de Dieu. Il ne comprenait pas que le don de Dieu était un don gratuit, que nous ne pouvons pas l'acheter avec quel qu'effort que ce soit, car tous nos efforts sont si peu de choses par rapport à l'immensité de la sainteté et de l'exigence de Dieu. Nous ne pouvons que nous remettre entre les mains de Dieu comme des pauvres, comme des gens imparfaits que nous sommes, comme ces pauvres qui ne savent pas accomplir vraiment les gestes de l'amour et qui crient vers le Seigneur pour qu'Il vienne à notre aide et que lui qui est Amour, remplisse notre cœur de la puissance de cet amour. 

       C'est précisément cela que le pharisien ne comprend pas. Il croit qu'il s'agit seulement de remplir des obligations, de se mettre en règle. Il ne comprend pas que le salut c'est d'abord d'éveiller notre cœur à la supplication, à la miséricorde que nous suppliions Dieu de nous accorder. Car pécheurs nous sommes, et même ceux qui accomplissent les commandements sont toujours des pécheurs parce qu'ils sont imparfaits, parce qu'ils manquent de la densité, de l'intensité de l'amour qui seul pourrait les sauver. 

       Pendant ce temps du carême, prenons conscience que nous sommes tentés de ressembler à ce pharisien, en nous croyant glorifiés parce que nous accomplissons notre devoir. Comprenons que nous devons comme le publicain, nous présenter devant Dieu, humbles, pauvres et suppliants. 

 

       AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public