AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'AMOUR DE DIEU EST INJUSTE

Is 1, 11-18 ; Mt 20, 1-16

Mardi de la deuxième semaine de carême – C

(25 février 1986)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

L

'amour de Dieu est injuste !" C'est ce qu'écri­vait Mauriac dans sa vie de Jésus : "Il faut que les hommes sachent que l'amour est injuste. Le monde est submergé, dépassé par ces passions de Dieu qu'aucune de nos passions les plus tristes ne rebute Il n'y a pas de droit quand l'amour règne."

Que ce soit cette parabole que nous venons d'entendre ou celle de l'enfant prodigue on aurait l'im­pression que l'amour de Dieu balaie complètement les problèmes de la justice sociale. S'agit-il pour nous de sauter à pieds joints dans la charité et d'aimer à tout vent quelque peu désordonné les hommes et ainsi de balayer les lois qui régissent les relations entre les hommes ? C'est un peu le problème de la justice et le problème de l'amour de Dieu, l'un s'ordonnant à l'au­tre et non pas l'inverse.

En effet, il faudrait croire, il faudrait s'atta­cher à comprendre que nous sommes comme des ap­prentis de l'amour de Dieu et qu'il nous faut passer par certaines lois afin d'apprendre à vraiment gérer, or­donner, apaiser l'amour dont Dieu nous alimente et nous nourrit chaque jour. Apprentis de l'amour de Dieu, cela veut dire que Dieu nous donne une liberté, un espace propre à l'homme afin qu'il apprenne lui-même à gérer le monde dans lequel il vit. En effet, pourquoi le Seigneur prend-il soin de situer cette pa­rabole dans un cadre de travail, d'un propriétaire qui possède un champ, une vigne, dans le cadre d'un contrat de travail, dans le cadre d'horaires et dans le cadre d'un salaire ? Si le message était de nous dire que l'amour balaie tout, il aurait pu situer très diffé­remment cette parabole et inventer un roi dans un pays quelconque qui gère et distribue selon sa généro­sité à des ouvriers qui travaillent pour lui. Il est très différent ici puisqu'il s'agit vraiment d'un propriétaire qui gère son bien et à qui il promet un salaire qui est dû à chaque ouvrier.

Ainsi cette parabole situe la place même de l'homme, de l'activité de l'homme dans le monde, activité de discernement, activité d'intelligence dans laquelle il a aussi à faire place, avant de comprendre la charité, à cette justice qu'il faut faire régner entre les hommes. Ainsi le chemin qui mène à l'injustice de l'amour de Dieu, à l'injustice de la miséricorde divine, c'est le chemin de la justice entre les hommes. Alors, alors seulement, plus tard, nous pourrons comprendre après cette longue médiation et ce long apprentissage, combien c'est avec une bonne mesure, tassée secouée et débordante que nous avons été jugés nous aussi.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public