AU FIL DES HOMELIES

Photos

VEILLE SUR TON ÉGLISE

Is 1, 11-18 ; Mt 20, 1-16

Mardi de la deuxième semaine de carême – A

(17 mars 1987)

Homélie du Frère Michel MORIN

 

A

vec une inlassable bonté, Seigneur, veille sur ton Église !" Le Christ, Seigneur, est sorti du Père au premier jour, à la première aube du monde nouveau. Et Il ne cesse, depuis le jour de son incarnation, de visiter son Église d'être avec son Église, de veiller sur elle par sa présence. A toute heure du jour, Il est là. "Sans Toi l'homme s'égare. Soutiens-le toujours pour qu'il se détourne du mal !"

Notre péché, au fond, qu'est-ce que c'est ? C'est peut-être moins celui de faire du mal que de rien faire du tout, comme ces ouvriers assis sous les arbres de la place publique. Ils s'étaient bien levés, cahin-caha, mais pour se rasseoir aussitôt, à l'ombre du jour. Leur péché, ce n'était pas d'avoir fait du mal, c'était de ne rien faire du tout. Et ne rien faire les a clôturés dans leur silence, dans leur solitude, dans leur som­meil. Et ils n'ont pas ouvert les yeux ni les oreilles pour s'apercevoir que le Seigneur est là à chaque heure du jour pour les appeler.

Se détourner du mal, ce n'est pas uniquement ne plus faire du mal, c'est d'abord se tourner vers le bien. C'est d'abord chercher la présence de Dieu. Et peut-être que si nous faisions du mal, cela nous ré­veillerait, plutôt que de nous laisser endormir lente­ment dans une espèce de bien-être de paresse, même dans la vie chrétienne.

Seigneur, tu veilles sur ton Église, parce que tu sais que tes disciples dorment, et tu le leur diras, au plus fort du jour, à la onzième heure : "Vous dormez!" alors que toi, tu seras prêt à livrer le seul salaire de tous les ouvriers, ta Pâque, ton corps, ton sang, toi l'intendant du mystère de Dieu qui est propriétaire, non pas pour exploiter, mais pour faire que la vigne porte du fruit digne de Celui qui l'a plantée et qui l'aime.

Alors, Seigneur, au long de ce carême, dirige-nous vers ton salut ! Ouvre d'abord notre cœur pour que nous croyons que tu es toujours là, même quand nous dormons et que tu sors, à chaque heure du jour de notre vie.

Ouvre nos cœurs, nos yeux, nos oreilles à ta présence pour que nous puissions entendre ton appel. Ce n'est pas le Seigneur qui nous manque, c'est nous qui lui manquons. Dirige-nous vers ton salut car nous n'avons pas d'autre salaire à attendre de toi, quoique nous fassions, que le seul salaire que tu veux nous donner : la Pâque de ton Fils, que Tu viens mainte­nant nous servir.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public