Imprimer

LE FILS PRODIGUE

Jr 31, 16-20 ; Lc 15, 11-32

Vendredi de la deuxième semaine de carême – C

(25 février 1989)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

J

e voudrais insister sur un tout petit aspect qui est un des moteurs de la parabole. Lorsque le fils se dit qu'il doit retourner chez son père, à vrai dire il n'a pas, comme on dirait aujourd'hui "une image du père" tellement flatteuse. Il va lui dire : "Je ne mérite plus d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes journaliers !" Autrement dit, le fils imagine le stratagème suivant. Si je vais travailler chez mon père, j'aurais à manger. Il est conscient de son péché, de l'indignité dans laquelle il est tombé. Il a trahi le statut de fils qu'il avait eu, par grâce, par le simple fait qu'il était né dans cette maison. Et il se dit : étant donné que je suis déchu, on ne peut pas aller au-delà d'un contrat donnant-donnant. Si mon père, à cause de la reconnaissance et de l'aveu, acceptait que je puisse être chez lui un salarié, alors j'aurais de quoi manger. Les motifs du retour ne sont reluisants ni du point de vue du jeune fils qui se trouve dans la misère, et c'est vraiment la faim qui fait sortir le loup du bois, ni du côté du but car il s'imagine que son père va signer avec lui un contrat.

Or ce qui fait précisément le revirement et la tension de la situation, c'est que, au moment même où le fils arrive, il n'a pas le temps de raconter ce qu'il avait préparé. Il reconnaît simplement, à haute voix, qu'il a péché contre le ciel et contre son père, mais son père ne lui laisse pas finir la deuxième phrase qu'il avait soigneusement établie pour essayer d'entrer dans ses bonnes grâces. C'est que, dans l'attitude de Dieu, le pardon est préalable à tous les dons. Pour nous qui sommes pécheurs, nous devons comprendre que la grâce de Dieu n'est pas simplement un contrat en bonne et due forme, dans lequel nous essaierions au mieux d'aménager nos relations avec Dieu. Combien y a-t-il de chrétiens qui croient que c'est parce qu'on se donne la peine de dire ses fautes que Dieu nous les pardonne, ce qui est une compréhension extrêmement dévoyée du mystère du pardon, un peu d'ailleurs celle du jeune fils qui prend la résolution de retourner à la maison. Le pardon est immotivé. D'une certaine manière, il est aussi immotivé que le péché, que le départ du jeune fils. De la part de Dieu, pardonner signifie le maximum de la grâce. A l'intérieur de ce pardon, ensuite, pourront s'épanouir tous les dons.

C'est là un des aspects les plus fondamentaux de notre existence chrétienne. C'est que le pardon signe la gratuité absolue de la réconciliation et de la rentrée en grâce. Ainsi tout ce qui nous est donné par la suite, toutes les grâces qui nous sont faites, tous les dons qui nous sont accordés, sont faits, de la part de Dieu, "sur fond de pardon". Ainsi donc, pour chacun d'entre nous, la grâce la plus fondamentale est celle d'être pardonné. Pardon = donner parfaitement. En l'occurrence, cette définition porte quelque chose de tout à fait vrai. Si nous sommes ainsi pardonnés, alors nous recevons, par ce pardon, l'assurance que Dieu ira jusqu'au bout de son don, c'est-à-dire jusqu'à l'achèvement de nous-mêmes dans la gloire et dans la réconciliation avec Dieu, puisqu'Il a commencé par le geste le plus absolu et le plus décisif pour chacun d'entre nous.

 

 

AMEN