AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE BON CHOIX

Dt 30, 15-20; Lc 9, 22-25
Jeudi après les Cendres - année B (21 février 1985)
Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

L

a liturgie nous propose toujours une lecture pédagogique de l'Écriture, c'est son rôle, et c'est plus particulièrement sensible pendant le temps du carême. Par exemple hier, elle nous proposait un texte qui est un texte programme, qui nous expliquait comment vivre ce carême : jeûner, prier dans le secret. C'était une sorte de première appréhension de notre comportement de chrétien pour entrer à nouveau dans la Pâque du Christ, si tant est que nous puissions entrer dans cette Pâque du Christ que si nous consentons de conformer notre comportement à la demande même du Seigneur.

       Mais aussitôt après la liturgie veut nous montrer l'enjeu du carême et c'est ce qu'elle nous dit aujourd'hui dans les deux textes qui nous parlent du mystère du chemin, car le carême est un chemin. Il s'agit de voie, il s'agit d'une certaine manière de trouver sa voie. C'est pourquoi nous avons entendu dans le Deutéronome le Seigneur qui parle à Israël, Israël qui est en plein désert, qui chemine. Et Dieu lui dit : "Devant le désert de ton cœur, il y a deux chemins, il y a le chemin de la vie, il y a le chemin de la mort." Et comme un père qui prend soin de son fils, Dieu dit à Israël : "Choisis donc la vie pour que toi et ta postérité vous viviez, aimant le Seigneur, ton Dieu, écoutant sa voix, t'attachant à Lui, car là est ta vie !"

       Ce qui est intéressant dans ce texte c'est que, précisément le Seigneur nous propose, à travers la parole de Moïse, nous propose les voies comme quelque chose qui est devant nous. C'est quelque chose à choisir. Il faut s'y engager, il faut faire un pas. Tout le sens de la Loi est là. C'est un appel, mais c'est un appel qui résonne un peu de l'extérieur. Le Seigneur promet la vie, mais la vie n'est pas encore là. Et c'est pourquoi lorsque nous entrons dans le carême, bien entendu, nous vivons avec Israël ce chemin de quarante ans dans le désert, nous vivons un chemin de promesse, de vie, une vie qui est devant nous et qui est à choisir. Et il faut que nous lancions notre cœur sur ce chemin de la vie, ce qui n'est pas très facile.

       Mais, lorsque nous lisons l'évangile, nous nous apercevons que le chemin a été déjà parcouru et que la vie a déjà été choisie. Et c'est cela qui est étonnant dans la nouvelle Alliance, c'est que Jésus a déjà choisi la vie pour nous. Cela ne veut pas dire que c'est plus facile, car il y aura des conditions assez dures à remplir pour Le suivre, mais c'est là que repose notre foi. Bien sûr, trop souvent encore, le chemin nous apparaît comme quelque chose d'extérieur à gravir, quelque chose d'extérieur à choisir. Et cependant, si nous y réfléchissons bien, le Seigneur qui est "le chemin et la vie" a déjà parcouru le chemin, a déjà marché vers sa mort et sa résurrection Il est déjà tout entier le chemin, et Il ne l'est pas à l'extérieur de nous-même, mais à l'intérieur de nous-mêmes, dans notre propre cœur.

       C'est là le mystère de la Pâque. Jésus, qui est la vie, a déjà choisi pour nous la vie. Et notre carême, ce sera simplement de nous laisser saisir par le Christ. C'est pour cela qu'il faut perdre notre vie, non pas par une sorte de mépris un peu nihiliste de tout ce qui est beau et grand dans la vie, mais simplement parce que nous pouvons tout perdre afin que le Christ gagne en nous la vie, Voilà le combat qu'Il a mené, voilà le combat de sa Pâque. Et en nous, aujourd'hui encore, c'est cela. Le Christ veut gagner, en nous, le chemin de la vie. Il nous demande simplement de le suivre.

       Alors que ce temps du carême soit vécu, bien entendu, dans l'effort, mais qu'il soit surtout vécu dans la foi, dans l'abandon et dans la certitude que le Christ a vraiment remporté la victoire de la vie, et Il l'a remportée pour nous, et Il a franchi la mort et Il est entré dans la vie. Marchons donc à sa suite et dans le renoncement que nous devons faire à nous-mêmes et demandons au Seigneur de nous combler assez de sa vie, de prendre assez le chemin de sa croix et de le tracer en nous pour que nous le suivions uniquement, dans la force même et la puissance de sa grâce.

        AMEN


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public