AU FIL DES HOMELIES

VOICI LE TEMPS FAVORABLE !

Jl 2, 12-18 ; 2 Co 5, 20 - 2 Co 6,2 ; Mt 6, 1-6+16-18
Mercredi des Cendres - Messe de midi - année C (8 février 1989)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL


"Le voici maintenant, le jour favorable le voici maintenant le jour du salut !" Ces paroles de saint Paul ne sont pas à prendre à la légère. Aussi bien Dieu s'adresse à nous dans un appel pathétique : "Nous vous en supplions : laissez-vous réconcilier avec Dieu !" Dieu nous supplie, par la bouche de Saint Paul, de nous laisser réconcilier avec Lui.

Ce temps du carême qui nous est offert chaque année comme temps de réconciliation, comme temps de rencontre avec Dieu au plus profond de notre cœur, comme temps de miséricorde et de pardon, comme temps d'ouverture de notre cœur à cette grâce qui veut le renouveler, le rénover, ce temps n'est pas à prendre à la légère. C'est le temps du salut. C'est le jour favorable. C'est maintenant, c'est aujourd'hui, non pas demain. Dieu nous donne rendez-vous pour que nous mettions notre cœur devant ses yeux.

       Il y a dans chaque époque, dans chaque vie, des moments, des jours, non pas qu'il faille avec superstitions considérer tel jour plus favorable que d'autres, là n'est pas la question, il y a des jours où Dieu nous donne rendez-vous, où Dieu s'adresse à nous d'une manière plus particulière, où Dieu s'adresse à notre cœur. Ce moment-là, nous ne devons pas le laisser passer, le prendre à la légère. Il faut que nous entendions sa voix car Dieu nous supplie de l'écouter, de prêter l'oreille. Si nous n'écoutons pas aujourd'hui la voix de Dieu, en un certain sens, demain il serait trop tard. Cet appel que Dieu nous adresse aujourd'hui, il faut que nous le saisissions au passage, au vol. C'est une grâce, c'est un don gratuit, c'est une grâce unique. Ne nous disons pas, de manière un peu trop facile et qui manque singulièrement de profondeur et de respect pour ce Dieu qui nous parle : de toute façon, il sera toujours temps de revenir à Dieu, il sera toujours temps de penser aux choses compliquées, tristes et difficiles. C'est aujourd'hui que Dieu nous parle.

       Oui je sais, les paroles que je suis en train de dire, ne sont pas tout à fait exactes et vous pourriez me critiquer. Dieu n'est pas quelqu'un de si compliqué et de si difficile qu'Il joue à cache-cache avec nous, qu'Il nous parle aujourd'hui et soit absent demain, que sa miséricorde soit épuisée en un seul jour et que notre retard soit irrémédiable. Bien sûr la miséricorde de Dieu est infinie, et tous les jours Dieu nous appelle à nouveau, et tous les jours Dieu, comme le père de l'enfant prodigue, sera au bord du chemin pour attendre notre retour. Et tous les jours, Dieu guettera le premier mouvement de notre cœur revenant vers Lui. Certes, comme le dit le psaume: "Tes miséricordes ne sont jamais épuisées !" Oui Dieu est patient, Dieu ne regarde pas à l'affront ou à l'outrage, Dieu ne se formalise pas de nos lenteurs, de nos paresses, de nos retards. Dieu nous aime tellement qu'Il sera toujours heureux de nous réconcilier avec Lui. Ce n'est pas une raison cependant pour temporiser, pour retarder. Ce n'est pas une raison pour mépriser la grâce d'aujourd'hui.

       Bien sûr demain Dieu nous appellera à nouveau. Et si nous revenons, Dieu nous accueillera comme au premier jour. Pourtant la grâce de demain n'est pas la grâce d'aujourd'hui. Par définition, la grâce est toujours une merveille inattendue, unique, qui ne peut pas se compter parmi d'autres, qui ne peut pas se comparer à d'autres. Toute grâce est un instant qui n'a pas d'égal, qui n'a pas de lendemain qui lui soit semblable. La grâce de Dieu qui s'adresse à nous aujourd'hui ne sera pas la même grâce demain. Et même si demain il y a une autre grâce, et même si demain Dieu ouvre encore ses bras et son cœur, et même si demain Dieu nous appelle à nouveau et nous accueille à nouveau, ce qu'Il voulait nous dire aujourd'hui sera passé, définitivement passé, et nous aurons raté cette occasion. Un peu comme deux êtres qui s'aiment, pour le fiancé et sa fiancée. Certes si l'un des deux rate un rendez-vous, le cœur de l'autre sera toujours prêt pour le rendez-vous du lendemain, et pourtant il y avait quelque chose à se dire ce jour-là qui était unique et qui ne sera jamais le même. Il en va ainsi avec Dieu. La miséricorde de Dieu est si grande et si nombreuse, si multiple, si merveilleuse qu'Il a, à tout instant, chaque jour, quelque chose de neuf, quelque chose d'unique a nous dire. C'est vraiment ne rien comprendre à l'amour, c'est ne rien comprendre à la tendresse de Dieu que de négliger une parole unique, sous prétexte qu'il y en aura d'autres. C'est ne rien comprendre à cette infinie proximité de Dieu que de se dire : peu importe ce qu'Il voulait me dire aujourd'hui, il sera bien temps de l'écouter demain. Non, la parole que Dieu veut nous dire maintenant est infiniment précieuse.

       Alors nous vous en supplions, écoutons-Le maintenant. Laissons sa Parole atteindre notre cœur, le briser, briser sa carapace qui le tient replié sur ses commodités, sur son confort, ses peurs, ses craintes, tout ce respect humain qui nous habite et cette indiffé­rence. Laissons-nous atteindre au plus profond, là où est la source de la joie que nous ignorons mais que Dieu veut faire jaillir en nous. C'est aujourd'hui le temps favorable.

       AMEN

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public