AU FIL DES HOMELIES

TON PÈRE QUI VOIT DANS LE SECRET TE RÉPONDRA

Jl 2, 12-18 ; 2 Co 5, 20 - 2 Co 6,2 ; Mt 6, 1-6+16-18
Mercredi des Cendres - Messe de midi - année B (20 février 1985)
Homélie du Frère Michel MORIN

Je vous propose de garder aujourd'hui dans votre cœur cette phrase que Jésus redit à chacun d'entre nous, à trois reprises, signe de l'importance particulière qu'Il donne à tout ce que contient cette parole : "Le Père qui voit dans le secret te répondra !" Garder cela en son cœur, en ce premier jour de carême, parce que le carême est une route de lumière, de nos ténèbres vers la Pâque du Christ, et que cette lumière est la présence du regard du Père sur nous-mêmes, sur l'Église et sur notre monde.

Le regard du Père sur nous est un regard créateur, car ce qui passe par les yeux c'est ce qui vient du fond de l'être et du cœur pour être reçu, pour être accepté pour être reconnu, c'est-à-dire pour créer, avec l'autre, un dialogue intime. C'est ce premier regard du Père comme créateur qui a engendré ce monde dans son existence, pour que ce monde puisse s'installer dans son intimité, dans un dialogue profond avec le cœur du Père, un face-à-face dans la ressemblance, un cœur à cœur dans la brise du soir.

Le regard du Père créateur est aussi un regard recréateur. Le Père a vu la misère de son peuple, notre souffrance, notre mort, notre péché. Non pas qu'Il cherche à nous prendre en défaut, mais Il entend et Il voit la souffrance de ceux qu'Il aime. Il entend leur cri de détresse qui monte jusqu'au ciel. Et lorsque Dieu entend ce cri de détresse Il n'a pas d'autre réponse que son regard, bien souvent silencieux, ce regard qui se pose, une nouvelle fois, sur l'être qu'Il a créé et qui s'est brisé dans le péché par désobéissance ou abandon. Et ce regard se pose, tout simplement, pour le recréer. Non pas pour le juger, encore moins pour le condamner ou le punir, mais pour le restaurer dans l'alliance de la première création, non seulement répétée mais renouvelée. L'amour de Dieu se fait pardon. Le pardon, c'est un don au-delà d'un amour blessé, c'est un surcroît d'amour, c'est une recréation. Le regard du Père, dans le secret de notre cœur blessé par le péché, dans le secret du cœur de l'Église pécheresse, dans le secret du cœur du monde qui s'éloigne de Dieu et qui s'enfonce dans la tristesse, dans la mort, dans le désespoir, c'est un regard qui veut, sans cesse, créer et recréer.

Mais parce que ce regard du Père est créateur et recréateur par le pardon, il est un regard exigeant qui appelle, qui quémande, qui mendie une réponse d'amour et de tendresse. Et c'est dans ce sens-là qu'il faut saisir cette parole de Jésus à trois reprises : "Le Père, qui voit dans le secret, te répondra !" Jésus vient d'appeler ses disciples à l'aumône, au partage, au jeûne et à la prière. Et à chaque fois, Il leur dit : "Ton Père qui voit dans le secret te répondra !" parce que ce regard du Père nous appelle et comme nous ne savons pas comment répondre. Il nous donne la réponse : Prier, jeûner, partager, c'est-à-dire croyez que Dieu est le premier de votre vie et qu'Il est la fin de votre vie. N'installez pas vos raisons de vivre dans ce monde-ci : elles sont d'abord fuyantes, elles sont très courtes et elles ne comblent pas. Alors jeûnez vis-à-vis des réalités de ce monde pour avoir faim du regard de Dieu posé dans votre cœur, afin d'être recréés. Partagez, c'est-à-dire ne vivez pas en maître du monde, en propriétaire du monde, comme Satan a voulu vous tenter, comme il a réussi à détourner l'homme de Dieu : "Tu seras comme Dieu", tu seras ton maître, tu n'auras de comptes à rendre à personne, ni à Dieu ni aux autres.

Jeûnons donc dans ce partage où il faut rendre à l'autre ce qui lui appartient et à Dieu ce qui est à Dieu: "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu !" Rendez à vos frères. Partagez-leur ce que vous avez quand vous voyez qu'ils ont moins que vous ou qu'ils sont dans la détresse, dans la peine, dans la souffrance, que ce partage soit matériel, et plus encore quand il est spirituel ou moral.

Et puis, entrez dans la prière, c'est-à-dire ne pensez pas que vous êtes vous-mêmes votre propre sauveur. Regardez votre Père et retrouvez, dans votre prière intime, personnelle, quotidienne, dans la prière liturgique de l'Église, cette relation spirituelle qui vous installe dans ce que vous êtes vraiment, une créature qui trouve toutes ses raisons de vivre, d'aimer, de souffrir ou de mourir, dans le regard du Père pour elle.

Entrons donc tous ensemble dans la redécouverte de ce regard du Père posé dans le secret de notre monde, un monde qu'Il aime par-dessus tout, un monde qui le fuit souvent, un monde qu'Il veut sauver, un monde qui ne cesse de se détruire.

Entrons dans le mystère de cette parole de Jésus : "Le Père vous regarde Il vous répondra !" Répondons d'abord à l'exigence de cet appel par le jeûne, par la prière et le partage, tout simplement parce que Lui-même le demande, la raison est suffisante, il n'y a pas besoin d'autres. Et alors, "le Père qui voit dans le secret nous répondra !" Et Il nous répondra comment ? Dans le mystère de la Pâque où le corps du Christ, Fils de Dieu, sera livré aux pécheurs pour délivrer et sauver les pécheurs que nous sommes.

AMEN

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public