Imprimer

DANS LE SECRET

Jl 2, 12-18 ; 2 Co 5, 20 - 2 Co 6,2 ; Mt 6, 1-6+16-18
Mercredi des Cendres - Messe de midi - année B (22 février 2012)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC


Voir les choses autrement
"Quand tu fais l'aumône, ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône soit secrète, et ton Père qui voit dans le secret te la rendra. Prie ton Père qui est là dans le secret et ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Pour que ton jeûne soit connu non des hommes mais de ton Père qui est là dans le secret et ton Père qui voit dans le secret te le rendra".

Frères et sœurs, il y a une redondance qui nous est proposée aujourd'hui pour débuter ce temps de carême, cette phrase du Père qui est là dans le secret et qui te voit. Encore faut-il bien expliquer le sens de cette phrase car elle peut être extrêmement dangereuse. Le Père qui voit dans le secret ne serait-ce pas ce Dieu justicier qui voit tout ce que nous faisons de mal et qui est comme l'œil de Caïn qui est là pour frapper à chaque instant, et qui fait qu'au cœur même de nos nuits nous ne serions jamais en repos et qui nous empêcherait toute liberté qui nous éviterait d'aller à droite ou à gauche ? En fait, si dans ce passage, le Christ met en opposition la récompense vis-à-vis des hommes, d'une part et puis cette relation dans le secret d'autre part, ce n'est pas pour que nous devenions des opprimés spirituels complètement paralysés par ce Dieu qui verrait tout dans le secret et qui se préparerait à nous frapper, même quand nous nous levons la nuit pour aller manger un morceau de chocolat, en cachette ?

L'opposition sur laquelle insiste Jésus est une opposition heureuse qui met face à face le contrat des hommes et l'Alliance avec Dieu. Ce que Jésus veut dire, ce n'est pas qu'il faut être tellement dans le secret mais que le risque de la visibilité c'est de ramener le comportement chrétien dans le domaine du contrat. J'ai fait quelque chose de bien, de la part des hommes, je vais recevoir une louange méritée. La qualité de notre vie spirituelle peut au fur et à mesure d'amoindrir au point que notre comportement est dicté par le regard des autres. Je cherche à chaque instant de faire en sorte de recevoir le mérite de mes frères. Quelquefois c'est méritoire, quelquefois, ça fonctionne ! Le problème c'est que le cœur de l'homme bat, et que si quelquefois le regard positif de mes frères est un regard juste, mérité, selon les valeurs de l'évangile, que se passe-t-il quand le cœur de la société est changeant ? Fau-il que nous aussi changions ? C'est là que le regard de Dieu et le renvoi du secret dans le cœur du Père nous fait passer d'une vie morale simplement fondée sur le contrat, d'un donnant donnant, entre nous pour que nous réussissions à vivre à peu près correctement les uns avec les autres, sans trop nous étouffer et nous faire de mal.

C'est là que le Christ nous propose de passer d'un contrat à une Alliance, ce qui n'est pas la même chose. Cette Alliance n'est pas entre deux personnes, mais elle est entre Dieu et nous et les autres. Le paradoxe c'est que plus le Christ nous invite à rentrer en nous-même dans le secret de notre cœur et le secret du Père, plus il nous invite à une extériorisation et à une ouverture à nos frères. Le carême n'est donc pas un temps où l'on viendrait se recroqueviller sur nos petits problèmes personnels, mais c'est le moment où rentrant le plus en moi-même, m'ouvrant tellement à l'Autre qui est Dieu, j'en viens à m'ouvrir aux autres mais non pas comme la société veut nous le faire faire aujourd'hui, pas de manière contractuelle en espérant recevoir les arrhes ou les récompenses de nos frères, mais parce que dans le secret du cœur avec le Père, je vais sortir de moi-même et voir le monde à travers le regard de Dieu.

C'est cela l'enjeu du passage du contrat moral à l'Alliance spirituelle, non pas que celle-ci exclut la morale, mais l'enjeu est la transfiguration du regard de la personne qui rentre dans le cœur de Dieu ce qui fait qu'ensuite quand il est avec ses frères son comportement n'est plus dicté par un contrat, par une morale mais par le fait qu'il regarde et contemple la vie des autres et le monde à travers le regard de Dieu.

Ce sont de belles paroles, on peut trouver que c'est impossible, et pourtant, et pourquoi pas, je vous le propose, en entrant dans le carême, reprenez les premiers chapitres de la Genèse à partir du chapitre onzième c'esgt le cycle d'Abraham. L'histoire d'Abraham et de Dieu c'est Dieu qui va apprendre à un homme à convertir son regard au futur qui lui est proposé, par rapport à sa famille, à ses amis, à d'autres sociétés, pour qu'au fur et à mesure le regard d'Abraham se convertisse et regarde le monde et la société dans laquelle il vit avec la même espérance que celle de Dieu.

Frères et sœurs, que ce Dieu qui nous voit dans le secret ne soit pas un Dieu qui punit pour empêcher notre épanouissement, nous avons été si souvent critiqués là-dessus, mais au contraire, que nous puissions découvrir cette conversion du cœur et du regard auquel nous sommes appelés pour vivre dans ce monde en Alliance avec Dieu, nos frères et nos sœurs.

 

AMEN