AU FIL DES HOMELIES

Photos

VIENS

Is 58, 9 b-14 ; Mt 9, 9-15
Samedi après les Cendres - année A (10 mars 1984)
Homélie du Frère Michel MORIN


Capharnaüm : une journée exceptionnelle

E

 

tant sorti, Jésus vit en passant, un homme."Jésus est sorti du sein du Père. Il est descendu sur la terre, pour regarder et rencontrer l'homme."Cet homme est assis au bureau de la douane." Il est assis à ses affaires, car il a délaissé les affaires du Père, la communion avec Dieu. Et c'est là que Jésus, Lui qui "est aux affaires du Père" le regarde et le rencontre. "Cet homme s'appelle Matthieu." Il s'appelle Adam. Il porte chacun de nos noms. Celui qui est sorti du sein du Père regarde l'homme pécheur et lui dit : "Suis-Moi !" Mais Adam s'est caché. "Matthieu, se levant, le suivit."

Le travail de la grâce avait déjà œuvré dans le cœur de Matthieu, sans qu'il le sache encore. Et lorsque Jésus est venu pour le sauver, comme un fruit mûr, il s'est laissé cueillir, comme une moisson, il s'est laissé engranger. De nombreux siècles s'étaient écoulés entre le péché de l'homme et la venue du Christ pour cette moisson du cœur de l'homme, car le cœur de l'homme est lent à se convertir et à mûrir à la grâce de Dieu. Et Jésus est sorti, à son heure, lorsque le temps de cette maturation intérieure dans l'humanité fut accompli. "Ce ne sont pas les gens bien-portants qui ont besoin de médecin mais les malades." Le malade est celui qui connaît qu'il a perdu la santé et qui, dans son cœur et dans sa chair, crie sa misère vers Dieu. C'est pour eux que le Christ est sorti. C'est eux qu'Il appelle, en Matthieu, à qui Il dit : "Suis-Moi !" Et le malade se lève, marche et le suit. Les justes, ceux qui ne sont pas malades, restent assis, tels ces pharisiens.

"Ils offrent des sacrifices " c'est-à-dire ils accomplissent strictement les prescriptions de la Loi, de façon honnête, de façon intérieure certes, mais sans amour. Ces pécheurs n'appliquent pas la Loi, ils le savent, ils connaissent leur maladie, mais ils ont besoin de la miséricorde amoureuse de Dieu pour les guérir. Alors, ils se sont levés, ils se sont précipités à la table où Jésus est assis, invité par Matthieu le pécheur. Comme Matthieu, dans leur cœur, ils ont entendu ce "Suis-Moi !", et, se levant, ils l'ont suivi.

La table des pécheurs, Jésus nous la dresse, aujourd'hui, dans son eucharistie, accomplissant cette prophétie d'Isaïe : "Il te rassasiera dans les lieux arides du désert. Il donnera la vigueur à tes os. Tu seras comme un jardin arrosé, comme une source jaillissante dont les eaux ne tarissent pas." Le Christ vient du Père dans le désert de notre péché. Là, Il dresse la table de sa miséricorde. Il nous donne le pain de sa chair pour la vigueur de notre corps et de notre cœur. Il nous irrigue, comme une source jaillissante, du sang qui coule de son côté.

Nous sommes pécheurs. Le Christ, aujourd'hui, nous appelle. Il nous dit à chacun : "Suis-Moi !" parce que, depuis longtemps, sa grâce travaille notre cœur. A nous de nous lever, de le suivre, de nous asseoir, avec Lui, à la table des pécheurs et de trouver, en Lui seul, nos délices.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public