AU FIL DES HOMELIES

Photos

UN JEÛNE DE LIBÉRATION

Is 58, 1-9 a ; Lc 10, 25-37
Vendredi après les Cendres - année A (8 février 2008)
Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

 

Chancelade : Briser les chaînes

E

st-ce-là le jeûne qui me plaît ? n'est-ce pas plutôt le jeûne que je préfère : défaire les chaînes injustes, délier les liens du joug, renvoyer libres les opprimés et briser tous les jougs".

Frères et sœurs, sur le chemin du carême qui nous est tracé pour pouvoir rencontrer le Christ qui se manifeste comme le bon samaritain, c'est-à-dire celui qui prend soin de tous les hommes. C'est un des secrets de ce temps, la manière dont nous pouvons percevoir la façon dont Dieu se fait proche de nous et qu'il témoigne comme le bon samaritain de miséricorde, lui qui bande nos plaies, qui y verse l'huile et le vin de son amour et de sa grâce. Et cela nous renvoie aux commandements, cet amour reçu de Dieu, puisque Dieu est source de tout amour, ce n'est pas pour nous seul que nous le recevons, mais il est à transmettre, à partager, à diffuser. "Aimer le Seigneur de tout son cœur, et aimer son prochain de toute sa force, de tout son cœur et de toute son âme".

       Bien sûr, ce commandement nous l'avons souvent entendu, mais n'est-il pas inépuisable ? Jamais nous n'arriverons à remplir totalement les conditions de cet amour, mais c'est aussi le gage qu'il s'agit justement d'un amour inépuisable, d'un vrai dynamisme qui peut nous faire aller plus loin et qui peut toujours nous faire avancer Ainsi, le carême nous permet de retrouver le goût de cet amour, de nous ressourcer à la source de cet amour, comme aussi il nous invite à retrouver le dynamisme et la force vers Dieu dans le même commandement. 

      Tout ce que nous sommes en train de vivre et de faire prend alors du sens. Le vrai jeûne c'est donc celui de cette liberté que Dieu nous a apporté, d'où le fait de vire tout particulièrement le sacrement de réconciliation pendant ce carême. N'est-il pas le sacrement qui libère de toute mort, c'est-à-dire de tout péché? Le vrai jeûne est aussi ce qui nous permet de partager et de transmettre à d'autres le résultat de ce jeûne. Le jeûne nous fait vivre une véritable liberté pour que nous puissions la faire vivre aux autres. Si Dieu dit : "Quel est le jeûne que je préfère ?" vous avez remarqué que c'est celui qui libère de toute entrave, esclavage des chaînes : défaire les chaînes injustes, notre société en a bien besoin. "Renvoyez libres les opprimés", la manière dont parfois nous pouvons avoir un  pouvoir sur l'autre et l'opprimer, cela signifie que l'autre aussi a bien besoin d'être délivré de certaines de nos façons de faire et briser tous les jougs. 

       L'homme n'est pas esclave, l'homme ne doit pas être asservi, en tout cas ce n'est pas ce que Dieu a voulu. L'homme doit être libre. Pourquoi ? pour répondre librement à l'amour qui lui est proposé. Notre jeûne n'a finalement de sens que s'il libère pour une véritable histoire d'amour qui peut enfin se lier sans entraves entre notre monde et son Créateur, entre l'homme et son Sauveur. 

 

       AMEN 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public