AU FIL DES HOMELIES

Photos

QUAND DIEU AGIT !

Est 13, 8-11 +15-17; Lc 11, 14-23
Jeudi de la première semaine de carême - année A (15 mars 1984)
Homélie du Frère Michel MORIN

C

 

'est par le doigt de Dieu que je chasse les démons " dit Jésus. Cette expression "doigt de Dieu", les juifs qui l'ont entendue l'ont très bien comprise car elle fait partie de la tradition religieuse des Écritures.

En effet, au moment des plaies d'Égypte, lorsque les moustiques envahissent le pays et les maisons et que tout le monde se trouve malade, avec plein d'enflures et de souffrance sur tout le corps, les sages, les magiciens qui entourent Pharaon, disent en voyant cela : "C'est le doigt de Dieu qui agit !" Tout païens qu'ils sont, ils reconnaissent que Dieu agit par l'intermédiaire de son serviteur, de son prophète Moïse. Ils reconnaissent donc à cette action faite par Moïse, à ces plaies qui arrivent sur le territoire d'Egypte et sur toute la population, en vue de la libération, ils reconnaissent donc une origine divine et ils nomment cela "le doigt de Dieu."

Dans le psaume 84, on retrouve cette expression un petit peu différente. Quand le psalmiste chante Dieu comme créateur. Il dit : "C'est par ta main que Tu as créé toute chose et que Tu as placé les éléments qui constituent l'univers." "La main de Dieu" c'est aussi son doigt, c'est aussi ce membre qui agit, qui crée, qui façonne, qui met les choses en place.

Si bien que lorsque Jésus dit : "C'est par le doigt de Dieu que j'expulse les démons", Il affirme là l'origine divine de son œuvre. Il manifeste qu'Il tient son pouvoir de Dieu et donc que ce n'est pas par Béelzébuth qu'Il chasse les démons, et par conséquent que le royaume de Satan n'est pas si divisé en lui-même, et qu'il n'y a pas de force qui chasse les démons et qui serait en concurrence, à l'intérieur même de la domination de Satan sur le mal et sur le monde, sur l'univers et sur les hommes. Mais c'est une force tout à fait étrangère à ce royaume du mal. Satan n'est pas divisé contre lui-même. Son royaume ne va pas chuter par une sorte de guerre civile, interne entre ses différents esprits, mais son royaume va être écrasé par une force extérieure qui a une origine divine qui est Dieu Lui-même. En disant : "C'est par le doigt de Dieu que j'expulse les démons", Jésus veut tout simplement affirmer sa divinité pour que les juifs l'entendent bien et le comprennent. Et à ce moment-là, dans une certaine logique, Il dit "Voilà, c'est le Royaume de Dieu qui est arrivé."

Cette force par laquelle Il expulse les démons, c'est l'œuvre de l'Esprit. L'œuvre de l'Esprit qui a créé toute chose, lorsque au commencement "Il planait sur les eaux" en signe de fécondité pour la création première, parce que, désormais, l'Esprit est entré dans l'humanité même du Christ et que cela a été manifesté au moment du baptême, cet Esprit du Christ qui est force de Dieu, qui est désir de Dieu, qui est volonté de Dieu pour créer et recréer le monde, voici que cet Esprit, par la parole, par la chair, par l'action du Christ, est en train de recréer le monde. Et la preuve en est donnée, de façon matérielle, de façon charnelle, puisque ce muet est guéri et il se met à parler, il se met à retrouver l'usage de l'outil de la communion, communion avec ses frères, communion avec Dieu par la louange.

Ainsi le Christ manifeste que, parce qu'Il est Dieu, son pouvoir est vainqueur des puissances du mal et que c'est Lui-même qui vient écraser cet "homme fort" qui est le démon, et qui s'est enfermé dans son palais de mal, dans lequel il a lui-même enfermé et enchaîné l'humanité. Mais le Christ vient comme "un homme plus fort" qui va briser son armure et disperser ses dépouilles. C'est ainsi d'ailleurs que Jean-Baptiste l'avait perçu quand il avait dit : "Vient quelqu'un maintenant qui est plus grand que moi", qui est plus grand que tous les prophètes, qui est plus grand que la parole de Moïse. C'est Jésus Lui-même, c'est le doigt de Dieu qui va agir non plus par l'intermédiaire d'un prophète. Tous ceux-là, malgré leur grandeur, seront plus petits que Lui, puisqu'Il est l'incarnation même, dans la chair humaine, de la force de l'Esprit qui crée et qui, désormais, vient pour son œuvre de re-création dans le cœur des hommes.

Si le Royaume de Dieu est arrivé au milieu de nous, c'est donc que, pour nous, l'heure de la décision, l'heure de l'adhésion a sonné. C'est que le Christ nous appelle non seulement à la conversion du cœur, à la conversion de nos sentiments, à la conversion de notre vie spirituelle, mais aussi à la conversion de tout notre être, de toutes ces facultés que nous avons et qui coordonnent notre agir, notre pensée. Le Christ nous appelle à l'adhésion à son Royaume, c'est-à-dire Il veut que notre volonté même soit évangélisée et qu'elle ne soit plus sous la mouvance, sous la séduction de l'esprit mauvais qui la rend muette. incapable de faire quelque chose dans l'ordre du bien, mais Il veut que cette volonté se mette à parler, à dialoguer, se mette en communion avec ce Royaume de Dieu et que cette volonté devienne source de communion avec Dieu Lui-même.

Au cours de cette eucharistie, demandons à Jésus-Christ, qu'Il nous donne son Esprit de force, qu'Il pèse de tout son doigt, de toute la force de son bras, qu'Il pèse sur notre cœur, sur notre volonté, sur notre liberté pour que ce soit vraiment de tout notre être qu'aujourd'hui, puisque c'est le jour de Dieu, nous puissions adhérer totalement à son Royaume, et que toutes les forces de mutisme qui sont en nous soient déliées afin que nous puissions parler son langage, le langage de sa miséricorde, de sa tendresse et que nous puissions chanter le chant de la délivrance.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public