AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA LUTTE CONTRE LE MAL

Est 13, 8-11 +15-17; Lc 11, 14-23
Jeudi de la première semaine de carême - année B (28 février 1985)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Les forces du Mal

D

 

imanche dernier, nous avons vu le Christ au désert affronter Satan, puis nous l'avons entendu nous parler de cette lutte du démon à l'intérieur de nos cœurs, et du risque qu'il y a si nous n'y prenons pas garde à ce que ce démon, déjà chassé, revienne à la charge, avec sept autres plus méchants que lui. Aujourd'hui nous voyons le Christ chasser le démon du corps des possédés.

Tous ces textes ont une dimension morale, mais plus encore une dimension baptismale, car c'est un des aspects du baptême que d'être une lutte entre la force du Christ et la force du mal de Satan. Le carême a d'abord été prévu comme préparation des catéchumènes au baptême qu'ils doivent recevoir dans la nuit de Pâques, et une part importante sera donnée à ce thème de la lutte contre le démon sous forme de prières d'exorcisme par lesquelles on se munit de la force de Dieu pour lutter, corps à corps, pied à pied, contre Satan.

C'est en effet, une dimension très profonde et très réelle de la vie chrétienne, de la vie baptismale, puisque notre vie chrétienne n'est que l'épanouissement de notre mystère baptismal. Depuis le premier péché dans lequel Adam s'est laissé séduire par les mensonges de Satan, il y a un déficit d'amour dans le monde, parce que l'homme s'est coupé de la source de l'amour qui est dans le cœur de Dieu Et ce déficit d'amour se traduit par un déficit de vie, un déficit de bonheur, un déficit d'unité de l'homme en lui-même et avec ses semblables. C'est cela qui est le règne de Satan. Satan est le père du mensonge, il est aussi le père de la division. Satan est celui qui accuse les hommes devant Dieu, qui les accuse les uns devant les autres, qui les monte les uns contre les autres et qui opère cette œuvre de division, de destruction, de dislocation. C'est pourquoi, et nous le sentons bien dans notre propre cœur et dans notre monde, il y a une force du mal qui, en général passe à travers nos propres cœurs et nos propres mains. C'est nous qui sommes les acteurs de ce drame, c'est nous qui, souvent, réalisons ces œuvres du mal, mais il y a derrière nous un inspirateur, quelqu'un qui est l'auteur de ce drame, quelqu'un qui en a écrit le scénario et qui le développe : c'est Satan. Satan essaie sans cesse de contrer l'œuvre d'unité, l'œuvre de rassemblement, l'œuvre d'amour qui est l'œuvre de Dieu, et pour cela il n'a de cesse de détruire en nous les sources de l'amour et les sources de la vie.

C'est pourquoi le Christ, à juste titre, nous dit qu'il ne s'agit pas seulement d'un drame moral où nous aurions à choisir entre plusieurs hypothèses, entre telle chose qui nous semble plus séduisante et telle autre qui nous paraît plus austère. Derrière ces choix ou notre liberté est engagée, il y a plus profondément une lutte entre la force du mal et Dieu, entre la haine et l'amour. Et cette lutte c'est ce qui s'exprime précisément à travers nos choix moraux, ceux où s'engage notre liberté, selon que nous nous laissons attirer par la puissance attractive de l'Esprit de Dieu ou que nous nous laissons séduire par la haine ou par les apparences de faux confort, de fausses satisfactions que Satan fait miroiter devant nos yeux pour nous entraîner vers la mort. C'est une lutte à mort, et le Christ est mort sur la croix de cette lutte. Il nous l'a dit Lui-même au moment de monter sur la croix : "Maintenant, c'est l'heure du prince des ténèbres". Maintenant, le prince de ce monde va être jeté à bas" Car le Christ savait que dans cet affrontement, l'amour serait plus fort que le mal, plus fort que la haine.

Nous devons donc comprendre que c'est à cette profondeur et à ce niveau que se situe notre vie et la vie du monde et que dans ces événements qui nous entourent, depuis les famines ou les oppressions, les tortures ou les persécutions, jusqu'à ces puissances de mensonge qui disent le contraire de la vérité et de l'évidence, il y a plus que des hommes qui cherchent à défendre des intérêts ou à asservir les autres, il y a plus profondément le prince des ténèbres qui est à l'œuvre. C'est pourquoi Jésus nous dit que contre cela, il n'y a pas d'autres armes que la prière et le jeune. Ce sont des armes spirituelles, dans un combat spirituel. Il faut aller plus loin que le plan humain et voir l'enjeu et le lieu propre de la bataille. Nous avons besoin de la force de Dieu, de nous appuyer sans cesse sur Lui et de le supplier pour que nous puissions entrer dans ce combat avec lucidité, avec courage, avec vigueur pour ne pas être le jouet de forces adverses qui se disputent notre cœur, mais prendre part librement à ce combat qui est celui du monde entier. Prions pour nous aider les uns les autres à résister à toutes ces tentations qui cherchent à nous détruire et à détruire le monde.

 

AMEN


 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public