AU FIL DES HOMELIES

Photos

PAROLE NOUVELLE

Est 13, 8-11 +15-17; Lc 11, 14-23
Jeudi de la première semaine de carême - année A (29 février 1996)
Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

L

e royaume de Béelzéboul est un royaume di­visé contre lui-même. Ce n'est pas un royaume, c'est un chaos d'intentions mauvai­ses qui vont s'opposer à la relation entre l'homme et le royaume de Dieu. En quelque sorte, il y aurait dans le royaume de Dieu une place faite pour 1'homme. Je ne sais pas si vous connaissez ce jeu du solitaire, il n'est possible que s'il manque une pièce dans le jeu. De fait, si toutes les pièces qui sont des billes occupent tous les trous prévus sur l'emplacement, on ne peut pas jouer au solitaire. Il faut bien qu'il y ait un endroit libre pour que le mouvement des pièces puisse s'inau­gurer. Et bien le royaume de Dieu est comparable non pas à ce jeu du solitaire mais comparable à quelque chose à laquelle il manquerait quelqu'un. L'unité du royaume de Dieu vient du fait que l'homme y a sa place privilégiée, choisie à l'avance Dieu n'a pas conçu un royaume dans lequel ensuite il fait entrer l'homme. Le royaume de Dieu est un endroit où se noue, où se lie un dialogue infini, un dialogue amou­reux, un dialogue intime entre l'homme et Dieu. Et le royaume de Dieu qui vient à l'homme c'est une révé­lation que Dieu fait de cette place que Dieu lui pro­pose, que Dieu prépare pour chacun de nous : être aux côtés de Dieu, à côté de Dieu. C'est pourquoi dans cette question sur l'autorité : "De par quelle autorité Jésus expulse-t-il les démons ?" En quelque sorte ce sont les deux descriptions de deux types d'intention. L'intention de Dieu est de remettre l'homme à la place qui lui avait été promise L'intention de Satan à la­quelle l'homme finit par être complice est celle de fixer l'homme en lui-même et de l'attacher et de le rendre immobile et de l'empêcher de faire ce chemin qui l'amènerait jusqu'au Royaume dans lequel il pour­rait retrouver la place qui lui est due.

C'est pourquoi ce texte nous ouvre deux thè­mes. Le thème de la liberté, de défaire les liens et le thème de la parole. Par la parole que nous pouvons émettre et par la parole que nous pouvons entendre, l'homme peut se mettre en route vers Dieu. Il faut qu'il entende une parole nouvelle, il faut qu'il puisse la faire sienne, la dire, qu'il puisse découvrir que quelqu'un l'attend, que quelqu'un lui parle. Et que cette parole, la parole de Dieu est faite pour que lui-même la dise, en vive et s'en nourrisse. Et c'est par cette parole que Jésus expulse un démon muet qui empêchait de faire entendre cette parole et que cette parole soit entendue et dite. C'est en libérant l'homme de cette surdité, en lui faisant entendre cette parole que l'homme peut se défaire de ses liens, se mettre en route vers Celui qui l'attend.

Que le carême soit pour nous un moment de mise en route, d'écoute plus approfondie de cette pa­role qui est faite pour nous, pour que nous puissions retrouver cette parole qui nous est dite, cette place dans l'intimité même de Dieu, cette place près de lui.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public