AU FIL DES HOMELIES

Photos

ACCUEILLIR ET RECONNAÎTRE LE CHRIST

Ez 18, 21-28+30-32 ; Lc 9, 43 b-45+51-56
Mardi de la première semaine de carême - année C (2 mars 2004)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

D

epuis le début du carême, nous avons eu surtout des textes, comme la parabole du bon samaritain, ou encore Matthieu 25, qui au premier abord étaient dirigés vers l'activité du carême. L'action du chrétien pendant le temps du carême qui, pour certains de ces textes aurait pu se résumer par cette phrase de l'Ancien Testament : "Évite de faire de mal et fais le bien".

Aujourd'hui avec la première lecture et avec l'évangile, nous avons un autre éclairage sur le temps du carême, un autre éclairage sur ce chemin qui nous conduit vers la Pâque du Christ. Ce sont des textes qui nous parlent de l'importance de la connaissance, ou reconnaissance, d'une part et d'autre part de l'accueil. En fait, ces deux notions pourraient être rassemblées dans une autre notion qui est la problématique de l'idolâtrie. Trop souvent, nous avons tendance à mette l'idolâtrie du côté de l'ethnologie ou du côté des autres en disant : je suis un bon chrétien, je ne me prosterne pas devant une idole de bois, faite d'or et d'argent, et l'idolâtrie ne me concerne pas. Ce n'est pas pour moi, et ce n'est pas moi. 

       Et pourtant, nous voyons dans l'évangile que le Christ est sujet à deux types d'idolâtrie. La première, c'est la plus facile, c'est celle qui nous saute aux yeux, nous jugeons si facilement les autres, la manière dont le Christ n'a pas été reçu dans le bourg de Samarie. Les pauvres ne savent pas ce qu'ils ont manqué. Et qu'ils reçoivent du tonnerre et des éclairs, c'est tant mieux pour eux. Moi je n'aurais pas fait cette erreur. En fait, ces samaritains sont tellement dans leurs propres affaires dans leur religion, tout contre les juifs, qu'ils en oublient d'accueillir ceux qui passent sans y mettre tout de suite leur idéologie, leur religion et leurs idées. Cela, c'est la manière dont on a négativement fixé les autres. Oh ! celui-là, je ne l'accueille pas, je n'écouterai même pas le quart de la moitié de sa parole, parce que de toute manière, je sais déjà qui il est. 

       Mais il y a une idolâtrie beaucoup plus perverse, plus dangereuse, subtile et fine, c'est celle dont il est question au début de l'évangile, c'est la manière dont Jésus est capté, la manière dont Jésus est capté par son entourage. Car une chose est de rejeter les autres parce qu'on n'est pas d'accord et autre chose est de capter et d'idolâtrer la personne comme Jésus, parce qu'Il est guérisseur, Il ressuscite les morts, il fait voir des aveugles, il fait entendre les sourds, il fait marcher les boiteux. Ici, nous avons un problème de connaissance et de reconnaissance, c'est-à-dire que Jésus n'est pas reconnu pour ce qu'Il est, le Fils de l'Homme, qui doit bientôt monter à Jérusalem pour y souffrir, mourir pour ressusciter, le Christ n'est utilisé que pour ses qualités de thaumaturge. 

       Je crois que c'est bien souvent ce qui nous arrive dans notre relation à Dieu qui est la capacité de faire dire à Dieu ce qui nous arrange. Un petit peu comme ceux qui demandent à Jésus de venir les guérir, même les apôtres qui sont plutôt contents d'être les disciples d'un thaumaturge de cette qualité. 

       Frères et sœurs, je crois que ce temps du carême, c'est un temps où effectivement nous avons à éviter de faire le mal, et à faire le bien, mais c'est un temps où nous avons à apprendre à ne pas mettre la main sur le Seigneur. C'est un temps où nous avons au contraire à le laisser venir dans notre cœur et à le laisser un peu forcer les serrures de nos portes. Cet accueil est fondamentalement une grande activité, je crois même que c'est l'activité la plus difficile d'accepter d'accueillir le Christ, non pas comme nous voudrions qu'Il soit, mais comme Il est, c'est-à-dire le Christ, qui tourne résolument son visage vers Jérusalem, ce lieu où Il va souffrir, où Il va mourir pour nous, pour y ressusciter. 

 

       AMEN 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public