AU FIL DES HOMELIES

Photos

JÉSUS MONTE VERS JÉRUSALEM

Ez 18, 21-28+30-32 ; Lc 9, 43 b-45+51-56
Mardi de la première semaine de carême - année C (6 mars 2001)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

F

rères et sœurs, c'est la deuxième fois depuis le début de ce carême que l'évangile nous parle de cette montée de Jésus vers Jérusalem. C'est en effet là le sens profond, premier et fondamental de notre carême, comme d'ailleurs de notre vie tout en­tière. Nous sommes en marche vers Jérusalem avec le Christ, en marche comme une sorte de grande proces­sion que nous voyons s'organiser pour Jésus à travers cette page d'évangile, avec tous ses disciples, tous ceux qui le suivent. Il monte, et prochainement, il nous sera dit dans un nouveau texte que les disciples étaient effrayés. Aujourd'hui, on nous dit qu'ils ne comprenaient pas la Parole de Jésus, car Jésus monte à Jérusalem pour y être livré, c'est-à-dire tout à la fois pour être trahi par Judas et pour être remis entre les mains des hommes pour qu'ils fassent de Lui ce qu'ils veulent. Et Jésus révélera à ses disciples qui ne com­prennent pas, qu'Il va être livré aux mains des hom­mes pour être bafoué, rejeté, battu insulté et mis à mort. Nous sommes en marche avec Jésus vers sa Pâque, vers ce moment nous dit le texte, où Il sera enlevé du milieu des hommes par la mort, et à travers la mort par sa Résurrection et son Ascension, son élévation auprès du Père.

Le mystère de la Pâque du Christ qui est aussi le nôtre, dans lequel nous sommes invités à entrer, ce mystère est celui du passage par la souffrance, par le départ, par la mort, mais une mort qui est aussi une élévation, mystérieusement au cœur de la Passion du Christ se dessine, non pas comme un "happy end", ou une récupération après coup, mais comme la signification profonde de toutes ses souffrances et de sa mort, se dessine l'élévation du Christ auprès du Père, notre élévation, notre enlèvement pour nous retrouver auprès de Dieu. Dieu vient nous prendre au cœur de notre vie dans ce qu'elle a de plus difficile, de plus incompréhensible et de douloureux, Il vient nous prendre au cœur de notre vie comme Jésus, pour nous attirer à Lui. Le chemin de la Croix et de la Passion, ce chemin qui va vers Jérusalem, lieu où Jésus doit être crucifié et nous avec Lui, ce chemin de la vie est un chemin qui va vers le Père. C'est par amour que le Christ se donne, accepte d'être livré aux mains des hommes, à nos mains, c'est par amour que le Christ accepte la mort, et Il nous invite avec Lui à un amour plus fort que la mort, à une foi en cet amour plus fort que la mort qui est, ô non pas l'amour de notre cœur encore bien pauvre, mais l'amour de Dieu pour nous. Dieu nous, aime, et vient au milieu de toutes nos épreuves au milieu de toutes nos souffrances et nos difficultés pour nous prendre avec Lui, auprès de Lui et nous élever avec Lui. La Pâque, c'est la promesse qu'au cœur de tout ce qu'il y a de plus difficile et de plus apparemment désastreux dans notre vie, au cœur de tout ce qui nous fait souffrir et nous déchire, en ce cœur, il y a l'amour de Dieu qui est plus fort que toutes nos épreuves, plus fort que tout ce qui peut nous arriver, et plus fort que la mort. C'est pourquoi Jésus se tourne "résolument" nous dit le texte, vers Jérusalem. Il ne se laisse pas faire, Il ne se laisse pas conduire par les évènements, Il prend le chemin de sa Pâque avec force, courage, puissance, alors qu'Il va accepter toutes les humiliations, Jésus est plus fort, Il le sait, parce que son cœur contient un amour triomphant.

La fête de Pâques vers laquelle nous conduit ce carême et toute notre existence et toute notre vie, c'est ce mystère de l'amour triomphant de Dieu. Evi­demment, nous ne connaissons d'abord que la face obscure de cette Pâque, comme Jésus quand Il était sur la croix, quand Il était déchiré, méprisé, mis à mort, mais par-delà cette face obscure, il y a, et c'est l'objet de notre foi, la face cachée et lumineuse de la Pâque qui est cet amour triomphant de Dieu qui nous prend avec Lui. C'est l'objet de notre foi, de notre espérance, c'est pourquoi nous aussi nous avançons dans ce carême et dans toute notre vie avec la même résolution que le Christ. Nous marchons, non pas ballottés de-ci et de là par les évènements, mais comme aspirés par l'appel de Dieu qui nous veut avec Lui au-delà et à travers les épreuves et la mort.

 

Que cette foi, que cette espérance habitent notre cœur, qu'elles nous fortifient sur tout le chemin de notre existence.

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public