AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE SALUT DE DIEU ATTEINT TOUS LES HOMMES

Jon 3, 1-10

(28 février 2007)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL 

F

rères et sœurs, la première partie de l'évangile que nous venons d'entendre fait allusion de deux manières au livre de Jonas, à la fois nous parlant de Jonas dans le ventre du monstre, et de la pénitence des Ninivites. Le livre de Jonas est un  petit livre qui se trouve parmi les prophètes de l'Ancien Testament, non pas que Jonas soit un personnage historique, comme, Isaïe, Jérémie ou Ézéchiel. Il s'agit plutôt d'un petit roman dont le but est extrêmement intéressant, parce que relativement rare dans l'Ancien Testament, ce but étant de nous manifester que le salut de Dieu est universel, qu'il ne s'adresse pas seulement au peuple hébreu mais à tous les peuples de la terre, y compris les païens comme les Ninivites. 

       Dans ce petit roman de Jonas il nous est raconté comment Dieu appelle ce prophète pour l'envoyer à la ville païenne de Ninive afin de lui prêcher la pénitence et la conversion, pour que cette ville soit épargnée par le malheur. Jonas qui conçoit l'appel d'Israël comme un privilège excluant les nations refuse de suivre l'ordre de Dieu et s'enfuit à l'autre extrémité de la terre. Pour cela, il monte dans un navire en partance vers ce qui est aujourd'hui l'Espagne. A cause de cette désobéissance de Jonas, une grande tempête se lève, le bateau est en danger, on cherche à savoir la raison et Jonas avoue que c'est sa faute, parce qu'il refuse d'obéir au Seigneur. On prend Jonas, on le jette à la mer, un monstre avale Jonas tout vivant et va le déposer sur le rivage auprès de la ville de Ninive qui n'est pas au bord de la mer.  

       Jonas est sollicité une deuxième fois par le Seigneur, c'est le passage que nous lisions tout à l'heure, pour qu'il aille accomplir la prédication que le Seigneur veut qu'il fasse à l'égard des Ninivites. Jonas est bien obligé d'obéir, il va prêcher à Ninive la conversion pour échapper à la colère de Dieu. A son grand déplaisir le roi de Ninive publie dans toute la ville une ordonnance prescrivant un jeûne pour tous  les habitants de Ninive et même pour les animaux qui vivent dans cette ville, et devant cette pénitence des Ninivites, Dieu se repent des punitions qu'il voulait exercer contre eux. C'est donc que la miséricorde de Dieu ne s'étend pas seulement à son peuple choisi mais aussi à ces païens que sont les Ninivites. Ce sont tous les peuples du monde entier qui sont appelés par Dieu à la conversion du cœur et au pardon des péchés. Jonas avait donc bien raison de pressentir que Dieu voulait aussi pardonner aux païens, on comprend pourquoi il s'était enfui devant cette trop grande miséricorde de Dieu. 

       Ce petit roman de Jonas donne lieu à deux interprétations qui vont en faire un élément décisif pour les événements du Nouveau Testament, et donc aussi pour notre carême. La première interprétation concerne le fait que Jonas a été englouti dans le ventre du monstre dans lequel il est resté trois jours et trois nuits. Jésus lui-même voit dans ce passage de Jonas, une prophétie, une image, un signe avant-coureur des trois jours et des trois nuits que le Fils de l'Homme passera dans les enfers, selon ce dogme que nous proclamons dans notre Credo. "Il est descendu aux enfers", c'est-à-dire qu'il est allé chercher les morts de l'Ancienne Alliance pour qu'ils participent eux aussi à la rédemption du Christ, ce qui est déjà une manifestation de l'universalité du salut apporté par le Christ. Il ne s'adresse pas seulement à ses contemporains, à ceux qui entendent sa Parole, à nous qui venons après la croix et la résurrection du Christ, mais ce salut s'adresse aussi aux hommes du passé, à ceux qui ont vécu avant l'Incarnation. 

       Ces trois jours, c'est un symbolisme courant dans la Bible et dans la liturgie, c'est donc les trois jours que le Christ passe dans la mort avant sa résurrection, ainsi  Jonas est un signe de cette Pâque du Christ qui en trois jours rassemble toute l'histoire du monde, depuis les origines jusqu'à la fin du monde pour que tous soient invités à entrer dans cette Pâque. 

       Le deuxième passage auquel Jésus fait allusion, c'est la conversion des Ninivites. A la prédication de Jonas les Ninivites se convertissent et Jonas disait : "D'ici quarante jours, la ville de Ninive sera détruite".Ces quarante jours évoquent pour nous ce temps du carême fondé lui aussi sur les quarante jours passés par Jésus au désert luttant contre l'esprit du mal et rassemblant toute une série d'images que la liturgie va développer les jours prochains. Les quarante jours que Moïse a passé sur la montagne avant de recevoir la Loi de Dieu, les quarante jours de voyage d'Élie vers l'Horeb où il rencontrera la miséricorde du tout-Puissant, et aujourd'hui les quarante jours des Ninivites qui font pénitence, qui se convertissent, et qui même s'ils ne font pas partie du peuple élu sont cependant ainsi appelés à la résurrection par la grâce du Christ. 

      Que ce petit roman de Jonas nous invite donc aujourd'hui à entrer dans ce chemin de conversion qui s'adresse à tous les hommes, quelle que soit leur race, leur religion, tous les hommes sont appelés à ce retournement du cœur pour entrer dans la miséricorde de Dieu qui se manifestera par la Pâque du Christ, par les trois jours que le Christ passera dans la mort pour que l'univers tout entier soit ainsi réconcilié avec Dieu. 

       Que notre carême soit à la fois une marche vers la Pâque, et un temps de recueillement, de conversion, de transformation de notre vie. 

 

       AMEN 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public