AU FIL DES HOMELIES

Photos

FIGURES DU BAPTÊME

Jon 3, 1-10

(20 février 1991)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

L

a liturgie de l'Église est une école de lecture de la Parole de Dieu. En effet dans la liturgie, l'Église ne cesse de rapprocher les textes les uns des autres, de les rapprocher des rites sacramentels et nous permet ainsi d'entrer petit à petit dans la profondeur du mystère de Jésus. Ceux d'aujourd'hui font allusion au Livre de Jonas, cette petite parabole de l'Ancien Testament dont la pointe est l'universalité du salut puisque Dieu sauve aussi bien les païens de Ninive que le peuple choisi d'Israël. Deux traits de ce livre sont utilisés pour nous faire entrer dans le mystère du carême et le mystère pascal.

       Le premier trait concerne "les quarante jours" pendant lesquels les Ninivites ont fait pénitence. Notre Carême est à l'image de cette pénitence des Ninivites qui leur vaut le pardon de Dieu. "Quarante jours" qui viennent rejoindre les quarante jours de jeûne de Jésus au désert, les quarante jours d'Élie le prophète en marche à travers le désert vers la rencontre de Dieu au mont Sinaï, les quarante jours de Moïse sur le Sinaï en face de Dieu. Ce thème qui donne son nom au carême est donc ici proposé comme un temps de conversion, de retournement du cœur, de pénitence pour nous détourner de notre conduite mauvaise, de notre péché et nous tourner vers Dieu.

       En même temps Jonas qui était nationaliste et ne voulait de salut que pour les fils d'Israël, Jonas refuse d'aller à Ninive pour prêcher la conversion, s'enfuit à l'opposé sur un bateau et, durant la tempête, est jeté à la mer qui est le symbole de la puissance du mal. "Dieu a brisé les têtes des monstres dans les eaux" disait le psaume. Ceci est une image du baptême où nous sommes affrontés aux puissances de Satan et fortifiés par Dieu pour lutter contre le mal. Jonas est englouti par un monstre marin pendant trois jours et trois nuits et l'évangile nous dit que c'est l'image du temps que Jésus passera dans le tombeau ou plutôt qu'Il passa dans les enfers car Jésus est descendu jusqu'au plus profond des enfers pour y apporter sa victoire sur le mal. Jonas est donc une image du Christ enseveli dans la mort, enseveli dans notre péché, descendant aux enfers et ressuscitant le troisième jour. Et le carême qui nous prépare à la Pâque du Christ nous fait participer à cette victoire du Christ. Et le baptême est une victoire avec le Christ sur les puissances du mal, le baptême qui, au moins dans le geste d'immersion, ressemble à un ensevelissement suivi d'une immersion, le baptême nous fait participer à la mort et à la résurrection du Christ.

       C'est pour cela aussi que la suite de l'évangile nous parle de la lutte contre l'esprit impur qui "sorti de l'homme, revient avec sept autres esprits plus mauvais que lui" pour reprendre possession du cœur de l'homme. Ceci nous prévient que même si le baptême nous a donné la victoire sur Satan, Satan reste vigilant, Satan reste à l'œuvre et il essaie sans cesse de nous faire retomber dans ses filets. La tentation est sans cesse renouvelée et nous devons être sur nos gardes. La conversion du baptême n'est pas l'affaire d'un seul instant mais de toute une vie. Toute la vie baptismale, toute la vie chrétienne est une lutte contre Satan. Non pas simplement une lutte contre nos défauts, contre les limites de notre vertu, nos mauvaises habitudes mais vraiment une lutte contre l'esprit du mal qui est derrière toutes ces fautes qui nous habitent. Il ne faut pas nous tromper d'ennemi. Et si nous dépassons notre vie personnelle pour penser à la vie de l'Église, à la vie du monde, nous voyons Satan à l'œuvre mieux encore que dans notre cœur, Satan à l'œuvre dans tous ces déchirements, toutes ces haines, toutes ces divisions raciales et ces guerres qui ensanglantent le monde. Nous ne devons pas oublier que c'est le même Satan qui est dans notre cœur et dans le cœur de nos frères et que si les conséquences de la présence de Satan dans le monde sont si catastrophiques, elles n'en sont pas moins redoutables dans notre cœur. Il ne s'agit pas simplement d'une petite morale au jour le jour mais d'une lutte grave, profonde contre une tendance de mort, d'égoïsme, de refus d'amour et de destruction en nous et autour de nous.

       Ceci est aussi une dimension du baptême. Par les exorcismes, nous prierons pour que Dieu fortifie les catéchumènes et nous nous adresserons à Satan lui-même pour qu'il quitte leur cœur, qu'il reconnaisse la victoire du Christ et cesse de les tourmenter. Et tout notre carême est cet exercice de lutte contre le mal. On ne se bat pas contre l'esprit du mal avec des moyens superficiels. Il y faut la prière et le jeune pour être pleinement mobilisés, pour que notre corps, notre cœur et notre esprit soient sur le pied de guerre, contre le mal qui cherche à nous investir de toute part. Si les tentations du corps ne sont pas les plus graves, elles sont souvent les plus insidieuses et détournent notre attention de Dieu qui est seul notre salut.

       Et c'est pourquoi aussi cet évangile se termine par l'affirmation de Jésus que si nous écoutons la Parole de Dieu, si nous obéissons au Seigneur, alors nous serons pour Lui comme des frères, comme des sœurs, comme des mères. Nous serons vraiment de sa famille, nous serons de son sang. Or c'est le baptême qui nous fait entrer dans cette famille de Dieu, qui fait de nous des enfants de Dieu et donc des frères du Christ, des membres de cette grande famille de Dieu qu'est l'Église.

       Vous le voyez, tous ces thèmes qui s'entrecroisent à travers l'évangile et le livre de Jonas, et il en va de même tous les jours de ce Carême, quelles que soient les lectures proposées, nous introduisent dans la profondeur, dans l'épaisseur, dans les différentes dimensions imagées du mystère de notre vie baptismale, de notre vie chrétienne. Alors laissons-nous enseigner par la liturgie de l'Église, laissons-nous enseigner par ces lectures de carême. Apprenons à creuser l'Ecriture, à lire à travers les lignes de cette Écriture tout ce mystère de Dieu, tout ce mystère de l'Église, tout ce mystère de notre vie qui nous est ainsi révélé.

       AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public