AU FIL DES HOMELIES

Photos

TRIPLE SIGNIFICATION DU CARÊME

Jon 3, 1-10 ; Mt 12, 38-50
Mercredi de la première semaine de carême - année B (23 février 1994)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

C

ette page d'évangile, apparemment complexe et faite d'éléments qui, au premier abord, peuvent sembler un peu hétéroclites, est ex­trêmement riche d'enseignements sur le carême que nous vivons.

En effet, les différentes parties soulignent les aspects majeurs de la signification de notre temps de carême. Je commencerai par la fin parce que je ne voudrais pas m'y attarder mais les paroles de Jésus sur la lutte contre les esprits impurs, contre les démons qui nous assaillent sans cesse est une allusion assez claire aux exorcismes qui préparent les catéchumènes au baptême qu'ils recevront dans la nuit de Pâques car c'est la signification fondamentale du carême que d'être un temps de préparation des catéchumènes à leur baptême et un temps pendant lequel la commu­nauté chrétienne accompagne ces catéchumènes. Et pendant ce temps s'intensifie la lutte de ces catéchu­mènes contre leur péché, contre leurs défauts, contre tout ce qui en eux vient du prince de ce monde et de ses anges, les démons. C'est pourquoi au début de la messe ont lieu les étapes catéchuménales qui consis­tent en un exorcisme solennel pour qu'ils puissent lutter contre Satan.

Et la réponse de Jésus aux frères de Jésus c'est-à-dire à sa famille ainsi qu'à sa Mère : "Qui­conque fait la volonté de mon Père est pour moi une mère, un frère et une sœur" s'applique aussi aux caté­chumènes qui s'exercent à écouter la Parole de Dieu, à vivre cette Parole et à conformer leur volonté à celle de Dieu en vue de leur baptême. C'est le premier as­pect du carême que souligne cet évangile.

Un deuxième aspect c'est le baptême comme Pénitence. En réalité c'est parce que nous revivons notre conversion baptismale, nous réactualisons notre propre baptême qui est la signification fondamentale de notre vie chrétienne tout au long de son déploie­ment. Nous ne cessons de vivre la grâce de notre baptême qui est une grâce de conversion, de purifica­tion, de retournement de notre cœur vers Dieu, de détournement par rapport aux tentations du monde et donc de pénitence. Et la symbolique des quarante jours des Ninivites qui, à la prédication de Jonas, ont fait pénitence, remplit tout notre carême à l'image des quarante jours du Christ au désert à l'image des hé­breux qui pendant quarante ans ont vécu dans le dé­sert dans l'espérance de la terre promise, à l'image de Moïse qui a vécu quarante jours sur le Sinaï dans la contemplation du visage de Dieu, à l'image d'Elie qui pendant quarante jours a marché dans le désert à la rencontre de Dieu. Symbolique des quarante jours qui signifie l'universalité de cette pénitence l'universalité de cette conversion que nous adresse le Christ. Qua­rante réunit les quatre points cardinaux de l'univers au chiffre dix symbolique de l'homme à travers les dix doigts de la main. C'est donc à la fois toute l'humanité et tout l'univers qui sont convoqués à cette pénitence et nous avec.

Puis il y a une troisième dimension encore plus profonde qui est de nous faire revivre le mystère de la Pâque du Christ. C'est à cela que Jésus fait allu­sion quand Il dit : "Comme le prophète Jonas a vécu trois jours et trois nuits dans le ventre du monstre, ainsi le Fils de l'Homme passera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre", aux prises avec le monstre qu'est Satan le maître de la mort.

Voici donc ce qui nous est proposé pendant ce temps de carême, accompagner les catéchumènes dans leur marche vers Pâques, revivre notre propre baptême dans la pénitence et la conversion, et surtout identifier notre vie par la pénitence et par la conver­sion à la Passion du Christ, à cette Pâque d'où Il est sorti vainqueur par sa Résurrection.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public