AU FIL DES HOMELIES

Photos

Y A-T-IL JALOUSIE ET COMPÉTITION DANS L'ÉCRITURE ?

Lv 19, 1-4+11-18 ; Mt 5, 20-30+38-48
Samedi de la première semaine de carême - année C (10 mars 2001)
Homélie du Frère Yves HABERT

 

S

i votre justice ne surpasse pas celle pas celle des pharisiens, vous n'entrerez pas au Royaume des cieux". Il y aurait une façon élé­gante de se défiler, de se dire que cela concernait les disciples, non, cette Parole est pour nous et le Sei­gneur va comme décliner cette Parole. C'est comme un chapeau, cette Parole, car elle en contient plusieurs autres : on t'a dit que si tu commettais un meurtre, tu irais au tribunal, moi je te dis que si tu traites ton frère d'imbécile, si tu le casses, tu seras aussi jugé, on t'a dit que si tu commettais l'adultère avec une femme, ce serait vraiment un adultère, et moi je te dis que si regardes une femme non pour ce qu'elle est en elle-même mais pour te l'accaparer dans un désir qui en­fermerait, ce serait déjà l'adultère. On t'a dit qu'œil pour œil dent pour dent, et moi je te dis qu'il faut aussi donner quand on te demande, et tendre l'autre joue ; on t'a dit qu'il ne fallait pas parjurer, moi je te dis que le oui que tu prononces ou le non que tu pro­nonces c'est sérieux. On t'a dit qu'il fallait aimer ton prochain comme toi-même moi je te dis qu'il faut même aimer tes ennemis.

Vous notez la continuité entre le texte du Lévitique et le texte de l'évangile : la première loi n'est pas abolie, et elle est comme approfondie, elle devient comme intérieure. Notez aussi la nouveauté de ce que propose le Christ. Mais il est dit : si votre justice ne surpasse pas celle des pharisiens, ce n'est pas si votre justice n'est que celle des pharisiens, non il est dit qu'il faut la surpasser. Se surpasser, se dépasser, là on entre dans un langage de compétition, le langage du sportif qui s'entraîner dur pour dépasser l'autre, pour le surpasser, pour arriver le premier, pour le battre. Est-ce que l'évangile veut nous faire enten­dre le langage de la compétition. Vous allez me dire que saint Paul, dans l'épître aux Romains, au chapitre neuvième nous dit qu'il faut courir de manière à rem­porter le prix. Est-ce que l'Écriture nous entraîne dans cet esprit de compétition? Cet esprit de compétition qui fait que certains jeunes aujourd'hui, parce qu'on les entraîne trop durement arrivés au sortir de l'ado­lescence, ont les genoux qui sont déjà fragilisés parce qu'ils ont trop tiré sur la machine. Cet esprit de com­pétition qui fait que dans certaines entreprises quand on est moins performant, on est mis sur la touche. L'évangile veut-il nous faire entrer dans cet esprit de compétition, pour surpasser le pharisien.

Non, et ceci pour deux raisons. La première c'est que l'évangile ne nous invite jamais à nous com­parer aux autres, ni à avoir de la jalousie pour les au­tres, à vouloir battre l'autre, l'évangile ce n'est pas cela, ce n'est pas vouloir introduire la jalousie au cœur de nos rapports humains. On l'a entendu dans ce carême : "C'est par la jalousie du diable que la mort est venue dans le monde". La jalousie c'est ce qui fait que le plus grand des sportifs, le plus grand athlète de Dieu a les pieds fragiles, comme du sable parce qu'il tombera à la première alerte, parce quand le frère ne sera pas à la hauteur, il doutera même de son effort, et parce que le frère parfois sera plus fort que lui, il dé­sespérera. Ne pas se comparer à l'autre.

L'autre raison qui fait que l'évangile n'est pas la compétition : c'est qu'il y a déjà un vainqueur, car il y a le Christ qui a aimé son ennemi jusqu'à en mourir, le Christ qui a posé sur les femmes qui l'entouraient un regard d'amour, le Christ qui a donné tout ce qu'Il avait, le Christ qui n'a jamais eu une parole blessante. Si nous sommes vainqueurs, nous ne le serons jamais que dans le seul vainqueur, le Christ. Si nous nous surpassons, si nous nous dépassons nous-mêmes à la suite du Christ nous ne serons jamais que vainqueurs en Lui, parce qu'il n'y a pas d'autre victoire que la croix, cette croix qui nous saisit et nous fait participer à l'Esprit. C'est précisément en accueillant cet Esprit Saint : "Jésus accueillant cet Esprit Saint fut poussé au désert", en l'accueillant au cœur de notre carême, au cœur de nos efforts que nous pourrons aimer comme Dieu et que nous serons finalement vain­queurs.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public