AU FIL DES HOMELIES

Photos

OU S'ARRÊTE LA RÈGLE ?

Lv 19, 1-4+11-18 ; Mt 5, 20-30+38-48
Samedi de la première semaine de carême - année A (16 février 2008)
Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

U

n des passages les plus durs de l'évangile. Souvent des parents posent cette question au sujet de leur enfant : s'il est chrétien doit-il vraiment tendre l'autre jour s'il reçoit des coups? Est-il véritablement possible d'appliquer tout ce que l'évangile demande à ce niveau-là ? Peut-être que pour certains, c'est possible mais le problème n'est pas là. Jésus ne parle pas de l'application de règles ou de préceptes, mais Il parle de ce que lui-même veut réaliser en venant parmi les hommes : "si votre justice ne dépasse pas celle des scribes et des pharisiens". Ainsi commence ce passage où on a plusieurs citations de l'Écriture. Jésus dit : on vous a dit tu ne tueras pas, et moi je vous dis que si quelqu'un se fâche contre son frère, il en répondra au tribunal …

De quoi s'agit-il ? Il s'agit pour les gens d'être frappé par une réalité qu'ils connaissent bien, les scribes et les pharisiens. Pourquoi les connaissent-ils? parce que non seulement ils expliquent la Loi, et malgré tout beaucoup d'entre eux correspondent à ce que la Loi demande, ils arrivent à appliquer les préceptes. Ils arrivent à suivre la Loi et à être conformes à la règle. Remarquez bien que Jésus contrairement à ce que l'on dit souvent n'est pas venu s'opposer systématiquement à la Loi, à la règle, ou à ce qui fonde la religion. Il n'est jamais venu abolir, mais accomplir. Qu'est-ce que cela signifie ? Même lorsque nous aurons appliqué toutes les règles, et Jésus ne nous demande pas de ne pas les appliquer, mais il manifeste qu'on peut tuer quelqu'un autrement qu'en prenant une arme et en le tuant physiquement. Par nos mots, par nos regards, par nos paroles et nos attitudes, nous pouvons tuer l'autre moralement et spirituellement. Cela, Jésus dit : vous en répondrez devant le Sanhédrin et le tribunal. Je crois que là nous sommes tous concernés. Il n'y a personne qui peut dire : moi je n'ai jamais tué. Ce que nous demande Jésus c'est d'aller toujours plus loin que la simple règle ou ce que l'on pense être la justice Parce que je ne peux pas m'auto justifier je ne peux pas me déclarer juste et je ne peux pas dire : j'ai accompli la Loi, maintenant Seigneur, nous sommes quittes !

Le Seigneur lui-même nous trace le chemin puisqu'Il a accepté de payer, de porter le poids de l'injustice en mourant sur la croix. C'est comme cela qu'Il justifie tous les hommes. Qu'est-ce à dire ? Un seul acte de Jésus aurait pu sauver, il n'était pas nécessaire forcément qu'Il meure, mais en mourant, Il montre qu'Il va le plus loin possible dans le don pour que cela puisse désormais être la seule justice des hommes. Seule la croix, la mort à soi-même peut ainsi rendre juste l'homme, car complètement dépossédé y compris de toute auto justification, il n'a plus que la grâce de Dieu à recevoir. Les mains vides, il est à même de pouvoir saisir à pleines mains le principe même de la résurrection, de la grâce et de l'amour de Dieu manifesté.

Ainsi, vous le comprenez, non seulement il faut accomplir la Loi et quand nous l'aurons accomplie, nous ne serons pas justifiés, mais il faut aller toujours au-delà de tout ce que la Parole de Dieu elle-même nous invite à faire et à dire. Le Seigneur croit que l'homme est un homme debout et en marche. Il croit que son Église n'est pas une institution sclérosée et handicapée, mais un peuple de Dieu en marche vers le Royaume. C'est tout le mouvement, le dynamisme et l'espérance du chrétien.

 

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public