AU FIL DES HOMELIES

Photos

MURMURES

Ex 16, 2-4+9-15 ; Jn 5, 31-47

(26 mars 2009)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Saint Jean de Malte : Moïse 

D

ans une civilisation ou une culture comme celle d'Israël où ce n'est pas l'écrit qui est dominant, il n'y a pas de journaux, il n'y a pas d'Internet, il n'y a pas d'écran, dans une culture où c'est la parole qui est le point nodal de toute la communication, on est très attentif aux différentes formes de parole. Normalement, ce qui est le plus haut sur l'échelle de la parole, c'est la parole claire, hautement proclamée, dans laquelle on connaît celui qui parle et celui qui parle sait à qui il parle. C'est ce qu'on pourrait appeler dans tout le monde antique la parole publique. 

       Je crois que dans la Bible le type même de la parole publique, c'est d'une part celle de Moïse, la Loi qui est une parole qui s'adresse à tout le monde, et de l'autre côté, la parole des prophètes qui est une parole qui s'adresse également à tout le monde, qui est proclamée haut et fort, au risque même de celui qui annonce, mais qui concerne généralement des circonstances précises à la différence de la Loi qui ordonne à tous d'obéir aux mêmes commandements. C'est le haut de gamme, c'est le haut du panier, c'est la HI-FI de la parole. 

       Mais il y a le bas de gamme, nous avons entendu tout à l'heure, c'est le murmure. Le murmure, c'est exactement l'inverse. Celui qui murmure n'a pas tellement envie de se faire entendre. Il marmonne entre ses lèvres, le son reste en lui. Cela n'a aucune clarté, c'est un son qui est tout proche du moment où en est en train de concevoir quelque chose. Comme dirait Boileau, quand cela ne se conçoit pas encore clairement, cela ne s'énonce pas non plus clairement. Le murmure, c'est une sorte de brouhaha de la parole qui est en train de naître, mais qui n'est pas encore formulée. 

       En général, le murmure, c'est quelque chose de confus, chacun murmure dans son coin. On ne sait pas exactement ce qui est dit. Au lieu que cette parole monte en clarté et dans le fait de s'adresser publiquement à tous, cette parole reste comme comprimée. On dirait aujourd'hui en psychanalyse que le murmure, c'est la parole refoulée. C'est la parole qui reste à l'intérieur de vous, qui laisse se mélanger à la fois des récriminations peut-être valables, mais aussi des récriminations qui sont énormément contestables. Le murmure correspond à ce qu'il peut y avoir de pire en chacun d'entre nous. Entre ces deux degrés, il y a tous les autres degrés : la confidence, les aveux, les confessions personnelles. 

       Vous avez entendu dans le premier texte, on comprend très bien ce qu'il veut dire. Pourquoi le peuple murmure-t-il ? Il ne sait pas qu'il est protégé par Dieu, il ne sait pas qu'il est conduit par Dieu au désert, son murmure traduit son appréhension immédiate réelle : j'ai faim, j'ai soif. Ce murmure avant d'être un cri qui va monter en rumeur puis en révolte, ce murmure, c'est simplement le mécontentement sourd. C'est généralement ce qu'il y a de plus dangereux dans une société, c'est le murmure. Quand cela tourne à la manifestation, cela fait davantage peur, mais le murmure, c'est le mécontentement. 

       Dans la Bible, on est au stade du mécontentement. Le peuple est mécontent, mais il ne sait même pas le formuler, il ne le dit pas clairement. Il traîne les pieds, il est mécontent, il attendait autre chose. C'est le murmure de l'insatisfaction. C'est le murmure de la déception. Dieu n'aurait pas dû faire cela pour nous. C'est la remise en cause de la libération d'Égypte. C'est pour cela qu'à plusieurs reprises dans le livre de l'Exode et dans les livres du Pentateuque, ce thème du murmure revient sans arrêt. Or, comment le murmure est-il désamorcé ? C'est quand Dieu dit clairement ce qu'il va faire. Il n'y a qu'un moyen de désamorcer le murmure, c'est quand Dieu dit : "Ecoutez, vous verrez, je vais faire quelque chose pour vous". Dieu répond à travers la voix de Moïse et par des gestes et des signes éclatants, il fait tomber la manne et les cailles. 

       Cet équilibre sonore entre le murmure et la voix claire, c'est un peu l'arrière-fond de notre vie spirituelle. Nous sommes souvent du côté du murmure, nous sommes souvent du côté de l'insatisfaction mal formulée. Spirituellement, nous sommes des râleurs qui murmurent leur mécontentement sans arrêt. On n'arrive même pas à savoir pourquoi cela ne va pas. De l'autre côté, le rôle même de la Parole de Dieu, le rôle même de l'intervention de Dieu se révèle en Jésus au moment où il parle avec les juifs, il leur dit : Dieu a parlé clairement par Moïse, il a parlé par Jean-Baptiste, si vous voulez sortir de votre murmure, de votre brouhaha qui vos bouche les oreilles, essayez de retrouver la clarté de la voix du Seigneur. 

       Frères et sœurs, c'est un peu cela l'itinéraire de toute notre vie chrétienne. C'est un peu cela aussi l'itinéraire du carême. Il faut que nous passions du murmure à l'écoute de la voix claire et objective du mystère de Dieu. C'est cela notre véritable conversion, c'est la tache qui nous est proposée. 

 

       AMEN 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public