AU FIL DES HOMELIES

Photos

TRIPLE TÉMOIGNAGE

Ex 16, 2-4+9-15 ; Jn 5, 31-47

Jeudi de la quatrième semaine de carême – B

(21 mars 1985)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

P

 

ourquoi le mystère du Christ est-il si difficile à saisir pour notre cœur et notre intelligence humaine ? On voit bien, dans l'évangile que nous venons d'entendre, à quel point, non seulement les foules mais surtout les gens cultivés, les pharisiens, les docteurs de la Loi, les scribes ont du mal à cerner le personnage de Jésus. Dans son existence terrestre, Jésus a eu quelque chose d'insaisissable : "ils n'ont pas pu mettre la main sur Lui". Pourquoi cela ? C'est à cause du témoignage.

En effet, du point de vue humain, quand on veut réussir dans la vie, il faut "faire ses preuves". C'est une chose connue que, quand un homme arrive à l'âge adulte et qu'il prend un métier, une responsabilité sociale, il faut que dans la manière de l'exercer, et même à l'intérieur de ses responsabilités familiales, il manifeste qu'il est à la hauteur. Mais il faut que ce témoignage vienne de lui-même. Il faut qu'il se prouve à lui-même et aussi aux autres qu'il est parvenu à la pleine maturité, au plein épanouissement de lui-même. C'est comme cela que nous raisonnons en termes humains, et c'est ainsi qu'une société reconnaît quelqu'un dans la mesure où il a fait ses preuves. Il est reconnu.

Or, précisément, lorsque le Christ parle à ceux qui viennent le consulter ou cherchent qui Il est, à aucun moment Il n'entre dans ce jeu-là. A aucun moment, le Christ ne fait ses preuves. Il dit lui-même: "Si Je me donnais un témoignage à Moi-même, mon témoignage ne vaudrait rien" car le Christ n'a pas besoin de se prouver ni de prouver aux autres qui Il est vraiment, car tout son être c'est précisément de recevoir le témoignage. Ce n'est pas Lui qui se fabrique. Le Christ est l'opposé même du self-made-man, de l'homme qui se fabrique lui-même. Le Christ est tout entier dans ce qu'Il est, dans sa vérité Il est tout entier reçu. Il n'a pas à montrer Lui-même qui Il est car Il reçoit des témoignages.

Il reçoit d'abord le témoignage d'un homme, le témoignage de Jean et le Christ renvoie ces hommes, qui sont allés voir Jean pour essayer de quérir quelques certitudes religieuses auprès de lui. Il leur dit : "Vous êtes allés chercher Jean et il vous a renvoyés à Moi, parce qu'il a témoigné de Moi. Il a dit pourquoi je venais". Ceci nous renvoie à la parole prophétique de Jean : "Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde".

Le Christ dit ensuite : Il y a un témoignage bien supérieur, c'est celui des Écritures. Je n'ai pas besoin de m'approprier les Écritures. Elles-mêmes se tournent vers moi. Vous scrutez les Écritures pour y découvrir quelques chances de salut, mais en vérité les Écritures ne vous donneront pas par elles-mêmes le salut, car elles vous tourneront vers moi pour peu que vous vouliez les Écritures comme elles doivent être lues. Là encore, le Christ n'a pas besoin de prouver ce qu'Il est, ce sont les Écritures qui conduisent au Christ.

Enfin, ultime et plus grand témoignage, c'est le témoignage du Père. Là nous sommes au cœur du problème. Pour Jésus-Christ, être, c'est être totalement reçu, totalement donné. Il est totalement reçu du Père. Il est totalement donné par le Père. Ce n'est pas de Lui-même qu'Il est venu. Ce n'est pas de Lui-même qu'Il sauve. C'est le Père qui nous sauve à travers Lui, C'est donc l'inverse même de ce que nous pensons du point de vue humain Cela nous oblige à une conversion radicale. La vie chrétienne, ce n'est pas de nous faire nous-mêmes. C'est de laisser le Père nous sauver par son Fils, Ce ne sera donc pas de nous donner des preuves par nous-mêmes au sujet de Jésus-Christ. Ce sera simplement de nous laisser saisir le cœur par le témoignage de Jean par le témoignage des Ecritures et par le témoignage du Père qui, tous ensemble, nous tournerons vers le Christ.

Et lorsque, au moment le plus important, le plus capital, le Christ mourra sur la croix, ce triple témoignage sera renouvelé de façon tout à fait extraordinaire : "Ils seront trois à témoigner : l'Esprit, l'Eau et le sang." Tout témoigne du Christ, tout dans notre vie, témoigne du Christ, mais la plupart du temps nous ne recevons pas cela comme un témoignage. Nous voudrions pouvoir par nous-mêmes, nous fabriquer un témoignage, une certitude au sujet du Christ. Or il suffit de nous laisser conduire.

Qu'en ce temps de carême, nous laissons se renouveler, en notre cœur, le témoignage du Père, le témoignage des Écritures et le témoignage de Jean. Alors, nous ne serons pas comme les juifs qui voulaient mettre la main sur Jésus pour savoir qui Il était, pour le posséder, mais nous serons véritablement des fils du Père Nous nous laisserons saisir par ce triple témoignage et au lieu de faire de Jésus-Christ notre chose ou notre affaire, nous nous laisserons nous-mêmes saisir tout entiers par Lui.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public