AU FIL DES HOMELIES

Photos

LES TÉMOINS

Is 49, 8-16 ; Jn 5, 19-30

Jeudi de la quatrième semaine du carême – C

(18 mars 2010???)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Saint Jean de Malte : Moïse

 

T

andis que la lecture du livre de l'Exode nous parlait de la manne, préfiguration de ce que sera pour nous l'eucharistie, le texte de l'évangile nous parle du témoignage. Il prend la suite de ce que nous avons lu hier et avant-hier, c'est-à-dire la guérison de l'homme paralysé un jour de sabbat, ce qui a fait murmurer les scribes et les pharisiens. Jésus leur a répondu : "Mon Père travaille toujours même le sabbat (il travaille pour nous sauver), et moi aussi je travaille". A ce moment-là, les murmures des pharisiens et des scribes se sont déplacés vers cette nouvelle parole de Jésus : "Non seulement il ne respecte pas le sabbat, mais il dit que Dieu et son Père. Il est l'égal de ce Père, se faisant ainsi lui-même Dieu". C'est dans ce contexte que Jésus développe les passages que nous avons lu aujourd'hui.

Jésus dit plusieurs choses. Tout d'abord, "on ne peut pas se rendre témoignage à soi-même car cela ne vaut pas dit-il, il faut qu'un autre témoigne à notre sujet. Et cet autre dit Jésus, c'est le Père et le Père témoigne pour moi". Comment le Père témoigne-t-il pour Jésus ? D'abord par les œuvres qu'il lui donne de faire. Précisément ce miracle par lequel il a guéri le paralytique, montre bien qu'il vient de Dieu car on ne peut pas guérir par des forces seulement humaines moins encore par des forces démoniaques, on ne peut donner la santé, la paix et la vie que par la grâce de Dieu. Si donc Jésus accomplit des œuvres qui sont d'ordre divin, c'est que sa parole elle-même vient de Dieu et est un témoignage en la faveur de sa vie et de sa divinité.

Chemin faisant, Jésus fait allusion aussi au témoignage de Jean-Baptiste, disant que c'était seulement une introduction à sa venue sur la terre, que Jean-Baptiste préparait seulement le cœur des hommes à recevoir Jésus et puisque les juifs n'ont pas cru Jésus le témoignage de Jean n'a pas été efficace pour eux. Et les juifs se réclament comme d'une référence absolue, de l'Écriture, de la Bible, qui est pour eux l'œuvre de Moïse, c'est pourquoi Jésus va les aborder sur le témoignage de Moïse, le témoignage des Écritures. "Vous croyez en Moïse ? Si vous croyiez vraiment en lui, vous croiriez en moi". Pourquoi ? parce que Moïse, c'est-à-dire l'Ancien Testament, l'Écriture, la Loi, tout ce que vénéraient les scribes et les pharisiens, Moïse, les Écritures sont le témoignage que Jésus vient du Père. En effet, tout au long des Écritures sont présentes des préparations, des annonces, des inaugurations de ce que sera la venue du Christ. De même que l'Écriture nous a dit qu'une vierge concevrait, que Jésus était le Fils du Très-Haut qui viendrait dans le sein de Marie, de même que l'Écriture nous a dit qu'il serait Emmanuel Dieu avec nous, de même que l'Écriture nous a parlé de la manne donnée aux Hébreux dans le désert en préfiguration de l'eucharistie, de même que le passage de la Mer Rouge ou la traversée du Jourdain sont aussi des préfigurations du baptême, tout l'Ancien Testament, toutes ces Écritures, tous ces livres de Moïse dont se réclamaient et se réclament encore les juifs, si on les lit en profondeur sont des témoignages en faveur de Jésus. Ce témoignage de Jésus c'est donc à la fois les œuvres qu'il accomplit par la puissance que le Père met entre ses mains, et c'est aussi les Écritures qu'il accomplit parce qu'elles sont Paroles de Dieu.

Frères et sœurs, que nous vivions nous-mêmes de cette rumination de l'Écriture, que nous sachions lire la Bible en y scrutant l'annonce et la manifestation de Jésus Fils de Dieu.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public