AU FIL DES HOMELIES

Photos

Osée 14, 2-10 ; Jean 4, 43-54

Lundi de la quatrième semaine de carême – B

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

U

n extrait d’une rencontre pastorale que j’ai vécue samedi. Un couple avec lequel je m’entends bien, en confiance … je leur proposais de choisir des textes bibliques, et après les avoir lus, ils m’avouent que aucun de ces textes ne les intéressent vraiment, et qu’ils voudraient un vrai texte, sur ce qu’ils vivent, c’est-à-dire sur l’amour, mais pas forcément en invoquant le nom de Dieu. C’est la tarte à la crème de la pastorale aujourd’hui. On a affaire à des gens qui effectivement continuent de "croire" à l’amour, sans vouloir le référer aux personnes divines. On a l’habitude de ne pas s’énerver sur ces choses-là. Donc, j’avance un peu mes arguments, et je rétorque à la femme que cet amour est une personne, et que certains, dont je suis d’ailleurs, ont rencontré non seulement l’amour mais ont rencontré celui qui donne cet amour, et que l’amour est plus une personne qu’un sentiment. Et je ne réduis pas la personne du Christ à l’amour et au ressenti que j’en ai, l’amour est bien plus grand que ce que j’en ressens. Ce que j’espère pour sa propre vie conjugale, que l’amour qu’elle vivra avec son mari est plus large que le sentiment qu’elle éprouvera.

Elle me répond : oui, mais cela ce n’est pas la même chose. Je lui avais fait état d’un certain nombre de gens qui avaient rencontré le Christ en des circonstances nombreuses, et l’exemple tout bête me vient de gens qui, en prison, par exemple (elle travaille dans ce domaine-là), ont fait effectivement une conversion et ont rencontré le Seigneur à travers la miséricorde. Ce à quoi elle me dit : ce n’est pas pareil, ils en ont besoin ! Grand argument facile, qui s’appelle la projection. La foi n’aucun intérêt, puisque ces gens-là ne sont pas crédibles, puisqu’ils ont eu "besoin" de Dieu, accordons-leur que quand ils en ont besoin, ils le trouvent. Je lui dis simplement : "Est-ce que tu as besoin d’aimer ?" Elle répond : "Evidemment que j’ai besoin d’aimer". Et je continue : "Est-ce que pour autant, le monsieur qui est à côté est une pure invention de ton esprit, et dans ce cas-là, dans un instant, il va s’évaporer, ou bien est-ce qu’il existe en plus de ton besoin d’amour ?" C’est pareil pour le besoin de croire. Ce n’est pas parce qu’on pense qu’on a besoin de croire, que l’objet de ce "croire" est une pure projection. Il est une projection, sans doute, mais il est aussi une réalité. "Ton mari futur est à la fois une projection, ou du moins ce que tu vis pour l’instant de lui, est une projection, et il est aussi quelqu’un de réel ? D’ailleurs tu vas passer toute ta vie à le déshabiller des projections dont tu l’as habillé, pour un jour rencontrer quelqu’un qui est derrière la projection que tu as fait de lui mais qui ne correspond pas et qui en même temps est ce que tu peux vivre et faire de plus beau et de plus grand sur cette terre".

Je raconte cette histoire parce que cette croyance que tous ces pauvres gens dont nous sommes d’ailleurs, qui ont besoin de croire et ont inventé leur objet de croire … pourquoi pas ? Pour moi, ce n’est pas un argument fallacieux. De fait, nous avons besoin de croire, ou nous avons l’humilité ou la faiblesse sous la blessure, qui nous a incité à reconnaître que nous avons besoin de croire, que ce serait insupportable psychologiquement de nous sentir tout seul et abandonné sur cette terre. Ce n’est pas sans raison que derrière ce besoin de croire il n’y a personne, c’est une fausse croyance d’imaginer que la projection décrédibilise toute demande. C’est vrai que nous ne pouvons pas nous en tenir à ce besoin de croire. Et vous avez dans l’évangile, quelqu’un qui fait un chemin entre ce besoin qu’il a que son fils soit guéri, il en a réellement besoin, et une autre réalité qui progressivement va s’articuler et se nourrir de ce besoin de croire, et qui à mon avis, s’en différencie même si la racine est la même qui est la foi. La foi est une sorte de confiance plus ontologique. De même que nous avons besoin de croire que nous sommes aimés par un Père dans le ciel, et que nous projetons forcément sur lui des idéaux, de même que derrière ces idéaux, ou à travers eux, le Père est celui qui effectivement, nous donne la vie et l’être. Nous avons besoin de dépasser, d’abord de reconnaître ce besoin que nous avons de croire, besoin plutôt psychologique d’ailleurs, plutôt instinctif de l’être seul que nous sommes sur cette terre, et que ce besoin de croire va s’ouvrir sur un champ beaucoup plus vaste qu’il ignorait complètement, et qui est non plus le besoin, mais qui est la foi. Et la foi s’articule non pas au besoin, mais au désir. Il y a en quelque sorte, une articulation permanente du Christ qui va tenter d’appuyer sur un besoin d’être guéri, d’être sauvé de sa maladie, comme le paralytique, comme cet enfant malade, et sans nier ce besoin qu’il a de croire (remarquez que le père vérifie l’heure, si cela a bien été un bon miracle, si ça a bien marché, et ça a marché). Dieu ne se dérobe pas dans ce cas-là à la vérification (ce n’est pas toujours le cas !), du besoin qu’il a de vérifier que c’est bien ainsi. Et ensuite, il débouche dans un autre régime et sur un autre champ qui est celui de reconnaître qu’il y avait derrière l’acte, "Quelqu’un". Quelqu’un qui effectivement est bien plus large que l’acte qu’il a posé et qui serait cette transcendance présente dans le cœur du monde à travers la personne du Christ.

Que cet exemple de modulation, qui est toutes ces croyances, celle de cette jeune femme, celle du père, se référant à toutes ces croyances habituelles qui démontent la foi, ou du moins croient la démonter, et dans le fond, quand on s’interroge de près on s’aperçoit qu’elles ne reposent sur rien, car croire que parce qu’on projette sur quelqu’un, ce quelqu’un n’existe pas.

Demandons au Seigneur que la réalité même de Dieu s’impose et modifie nos croyances, pour que nous puissions rentrer, comme Il nous y invite chaque jour, dans la foi véritable.

 

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public