AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE CHRIST EST DÉJÀ PRÉSENT DANS LA LOI

Jr 11, 18-20 ; Jn 5, 31-47

Mercredi de la quatrième semaine de carême – B

(24 mars 1982)

Homélie du Frère Michel MORIN

Présence voilée

J

 

ésus vient de dire : "C'est le Père qui me rend témoignage." Il avait dit auparavant, après la guérison du malade à la piscine : "Mon Père travaille toujours et moi aussi, je travaille toujours." Or le Père travaille dans le cœur de l'homme depuis ce moment où Il a révélé à Moïse sa Loi et ses commandements. Donc pour être au clair et bien comprendre la parole du Seigneur Jésus, il faut croire que Lui aussi, travaille avec son Père depuis que Moïse et le Peuple ont reçu cette Loi. Et le témoignage du Père pour le Fils commence dès le don de la Première Alliance, dès le don de la première Loi.

D'ailleurs, dans le livre du Deutéronome, Moïse écrit ceci : "Le Seigneur ton Dieu, suscitera pour toi, parmi tes frères, un prophète comme moi que vous écouterez. Je mettrai dans sa bouche mes paroles." Il y a déjà présent comme en filigrane, dans la loi de Moïse, le Christ comme source de vie. Dans le livre du Lévitique, il est écrit : "Vous garderez mes lois et mes commandements. Qui les accomplira y trouvera la Vie." Non pas sa vie à lui, non pas son témoignage pour lui, mais la vie de Dieu, cette vie de Dieu qui, déjà, à travers l'ancienne Loi, jaillit du cœur du Christ pour inonder, pour éclairer ceux qui cherchent Dieu.

Car ce que les juifs n'ont peut-être pas très bien compris en écoutant la parole de Dieu, en scrutant les Ecritures qui viennent de Dieu, c'est que la Loi n'a pas sa fin en elle-même. Saint Jean Chrysostome dit : "C'est le Christ qui est la fin de la Loi. Celui qui n'a pas le Christ, n'a pas la Loi, même s'il croit l'avoir en l'accomplissant. Car déjà, dans la Loi de Moïse est présent le Christ." Si ce n'est une présence dans l'Incarnation, c'est une présence, sûre, dans l'attente. "Je susciterai parmi vous, dit Dieu à Moïse, un prophète et vous écouterez sa Parole."

C'est le Christ Jésus qui est la fin de la Loi. Et c'est pour cela que c'est Lui seul qui nous justifie, c'est-à-dire qui nous réajuste ou qui nous ajuste à la volonté et à la vie de Dieu. La Loi n'est là que comme pédagogue, c'est un bon pédagogue que comme guide, et c'est un guide sûr. C'est pour cela que les juifs ont raison de penser qu'en scrutant la Loi, en scrutant l'Écriture ils auront la vie éternelle. Mais à la condition de scruter l'Écriture non pas simplement dans sa lettre, mais dans sa vie, et d'aller jusqu'au fond de cette Écriture et de cette Loi qui n'est pas seulement une pratique mais qui est la découverte d'un visage, qui est l'attente d'une personne, cette personne qui est le Christ.

D'ailleurs, Jésus ne s'est jamais opposé à la Loi, Il ne pouvait pas s'opposer à la Loi, puisque la Loi contenait déjà son visage, puisque la Loi devait mener déjà aux sources vives de sa présence et de son pardon. Jésus, simplement est venu soulever un certain nombre de points donnés dans la Loi pour en manifester la véritable profondeur. Jésus est venu expliciter ce qui était déjà contenu dans la Loi, mais peut-être pas encore suffisamment développé pour y discerner le vissage de Dieu. Jésus est venu accomplir la Loi, l'épanouir de façon à ce que ceux qui la vivent puissent pas simplement adapter leur vie à un code ou à une règle, mais découvrir, dans l'accomplissement même de ces commandements, le visage de Celui qui y est présent depuis que cette loi a été donnée au Peuple.

La Loi, c'est comme un voile et à l'intérieur même de ce voile est le visage du Christ. Mais pour que ce visage soit discerné et discernable, il faut qu'il devienne clair, il faut qu'il devienne mûr. Le Père a envoyé le Christ en lui donnant un visage de chair pour qu'en regardant ce visage de chair, nous découvrions tout ce qu'il y avait de contenu, tout ce qu'il y avait de grand, tout ce qu'il y avait de profond dans la Loi. C'est cela qui est nouveau. La Loi ne disparaît pas, elle prend sa véritable forme, elle prend son véritable visage, elle prend sa véritable mesure qui est l'amour même de Dieu, donné non plus seulement dans les Écritures mais dans la chair du Christ dans laquelle se rassemblent toutes les Ecritures. La chair du Christ a été tissée par tout ce que Dieu a donné dans la révélation de l'ancienne Alliance, dans tout ce que les Écritures nous donnent et qui doit déjà tisser, dans notre vie, notre propre image de Dieu. C'est cela l'œuvre que le Christ accomplit. C'est pour cela qu'en regardant les œuvres que le Christ accomplit, nous devons comprendre que le Père lui rend témoignage comme étant l'Envoyé de Dieu qui vient donner à la Loi son expression nouvelle, son expression définitive, c'est-à-dire qu'Il est source de vie éternelle.

Frères et sœurs, pendant ce temps de carême, l'Église, la liturgie nous rappelle les commandements essentiels de la Loi ancienne, de la Loi nouvelle. En les appliquant, en essayant de mieux les vivre, en essayant de mieux les mettre en pratique, ce qu'il faut surtout chercher, c'est la présence du Christ, c'est le visage du Christ, c'est cette source d'amour qui nous est donnée parce que Dieu accomplit encore, en nous, l'œuvre du Fils qu'il avait déjà commencé d'accomplir dans la première Alliance.

Au moment de célébrer, de façon solennelle, dans la Pâque prochaine, le don de l'Alliance nouvelle et éternelle, il faut nous rappeler, sans cesse, que le Christ ne vient pas abolir cette Loi mais qu'Il vient en révéler la dimension profonde, la dimension définitive, pas simplement dans quelque chose à vivre comme pratique extérieure, mais comme quelque chose que Dieu vient Lui-même accomplir dans notre cœur si nous reconnaissons que Jésus est cet envoyé parmi ses frères qui vient nous donner l'amour de Dieu, qui vient nous donner la révélation totale et définitive de cette présence de Jésus dans le monde depuis le commencement jusqu'à la fin des temps.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public