AU FIL DES HOMELIES

Photos

DE SON SEIN COULERONT DES FLEUVES D'EAU VIVE

Jr 11, 18-20 ; Jn 7, 37-52

Samedi de la quatrième semaine de carême – C

(19 mars 1983)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

S

 

elon le mot de l'Écriture : "De son sein, couleront des fleuves d'eau vive ." Frères et sœurs, qu'est-ce que la passion du Christ ? La passion du Christ c'est le moment où l'homme, parce que son Sauveur s'est fait proche de lui et parce que le cœur de l'homme est plein de méchanceté, croit avoir prise sur son Seigneur, avoir prise sur son Messie, avoir prise sur la chair de son Christ et ainsi, le transperçant, allant jusqu'à l'intime de Lui-même, croit pouvoir le mettre à mort. La Passion de Jésus c'est ce moment étonnant où l'homme se retourne contre Dieu jusqu'au plus intime du cœur de Dieu. Et en même temps que la Passion est ce moment où l'homme croit avoir prise sur la vie même de Dieu et la détruire, en perçant son cœur, son sein, en allant le briser jusqu'à l'intérieur de Lui-même, dans cette vulnérabilité que Dieu a à la violence et à la méchanceté des hommes, au moment même où l'homme atteint le cœur de Dieu, il n'y rencontre que de l'amour. "De son sein coulent des fleuves d'eau vive."

Le mystère le plus éblouissant de la Passion et que Jésus prophétisé en ce jour, c'est qu'au moment même où l'homme s'attaque à son Seigneur et veut le détruire et le briser, il arrive effectivement par son mal et son péché à atteindre Dieu dans son cœur, mais en réalité, ce qu'il découvre c'est une plénitude d'amour, ce sont des torrents d'eau vive, c'est l'Esprit Saint, l'Esprit d'amour qui est dans le cœur de Dieu. Voilà ce que nous nous préparons à fêter bientôt. Le mystère dans lequel nous entrons c'est le mystère de la vulnérabilité de Dieu. Le Christ est venu dans une chair, dans un corps et nous l'avons atteint dans cette chair et dans ce corps par notre péché. Mais au moment même où nous l'atteignons dans cette chair et dans ce corps, l'amour de Dieu est plus fort que jamais. C'est un amour qui se manifeste en miséricorde, en pardon, en salut et en réconciliation de tous les pécheurs avec Dieu, dans le Christ.

Ainsi le temps dans lequel nous entrons maintenant en cette fin de carême, c'est le temps où, ayant déjà retourné notre propre cœur, étant déjà descendu dans les abîmes de notre propre cœur, nous rejoignons mystérieusement le cœur de Dieu. Et c'est là qu'il faut que nous sachions comment nous allons rencontrer ce cœur de Dieu. Nous le rencontrerons toujours comme des pécheurs qui avons besoin d'être sauvés et pardonnés. Nous le rencontrerons toujours comme ces pharisiens qui veulent arrêter Jésus et qui envoient la garde pour le saisir. Et en même temps, nous le rencontrerons aussi comme des pécheurs déjà pardonnés, déjà aimés qui, ayant ouvert le cœur du Christ voient tomber sur eux la plénitude de l'Esprit, la plénitude du pardon, la plénitude de l'amour. La Pâque et la Passion, c'est cette expérience bouleversante dans laquelle nous aventurant dans l'intime même du cœur du Christ, nous découvrons les torrents de sa bonté.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public