AU FIL DES HOMELIES

Photos

SI QUELQU'UN A SOIF, QU'IL VIENNE A MOI

Jr 11, 18-20 ; Jn 7, 37-52

Samedi de la quatrième semaine de carême – B

(23 mars 1985)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

S

 

i quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi et qu'il boive" s'est écrié Jésus, et l'évangéliste commente : "De son sein couleront des fleuves d'eau vive". Il nous prévient, ces fleuves d'eau vive c'est l'Esprit Saint. Jésus parlait de l'Esprit Saint qu'Il devait donner aux hommes quand Il serait glorifié. Et quand Jésus est mort sur la croix, quand déjà s'approche le temps de sa résurrection, quand déjà il a demandé au Père : "Père, glorifie-moi de la gloire que j'avais près de Toi avant le commencement du monde" quand Jésus est sur la croix saint Jean verra un soldat s'avancer pour vérifier que Jésus est bien mort et enfoncer sa lance dans le côté du Christ. Et de ce côté transpercé l'évangéliste verra couler "du sang et de l'eau." Le sang du cœur transpercé, l'eau sans doute du sang décomposé par les souffrances subies par le Christ. Il verra se réaliser ainsi cette prophétie : "De son sein couleront des fleuves d'eau vive." Avec le sang de son sacrifice coule l'eau vive qui est le symbole de l'Esprit Saint, le symbole de la vie de Dieu.

Nous devons donc nous approcher du Christ pour boire à la source de vie, une source divine puisque c'est le corps même du Christ, une source qui est l'amour puisque c'est dans le geste de son plus grand amour quand le Christ a donné sa vie pour nous en mourant sur la croix que cette source est ouverte. Source de l'amour du Christ crucifié, mort et transpercé, source de l'Esprit Saint, le souffle vital de Dieu, l'amour de Dieu. Cette eau qui coule du côté du Christ, c'est l'amour même de son cœur qui nous est donné. Et l'Église a toujours lu ce texte en pensant à la fois au baptême et à l'eucharistie. Au baptême qui est cette source d'eau sans laquelle nous sommes plongés, mais plus profondément cette source qui va jaillir invisiblement au fond de notre cœur.

Quand tu as été baptisé, une source a été ouverte au fond de ton cœur, une source qui est la présence de Dieu en toi, l'amour de Dieu en toi, Dieu qui vient habiter dans ton cœur pour vivre avec toi et te rendre heureux avec Lui. Et depuis ton baptême, même si tu n'y as pas toujours pensé, cette source n'a jamais cessé de couler dans ton cœur comme dans le cœur de chacun de nous et de tous les hommes qui ont été baptisé, même de ceux qui ont oublié leur baptême, même de ceux qui n'y pensent jamais, même de ceux qui ne se rendent que Dieu les aime, pourtant Dieu est toujours là. C'est la première vérité à laquelle nous devons être fermement attachés : Dieu ne nous quitte jamais, Dieu est toujours présent au plus profond de notre cœur, invisiblement mais réellement. Présent avec son amour, et son amour qui est vivant, qui est comme une source jaillissante et c'est pour cela que l'on appelle cela de l'eau vive, une eau qui est vivante. Jésus a pris cette image exprès pour nous faire comprendre que la présence de Dieu au fond de notre cœur est une présence vivante. Et savoir que Dieu est avec nous et qu'Il ne nous quitte jamais, et que même quand nous ne pensons pas à Lui Il est quand même là, c'est pour cela qu'il est important de nous rendre compte qu'Il est là, de découvrir sa présence de Lui parler et de l'écouter, c'est le fondement de notre vie chrétienne : redécouvrir à tout instant la présence de Dieu en nous.

Mais Jésus veut que nous le comprenions si profondément qu'Il va nous donner d'autres images, d'autres signes, d'autres moyens pour le rencontrer. Non seulement, au jour de notre baptême, Il a ouvert au fond de notre cœur cette source qui plus jamais ne s'arrêtera de couler, mais encore Il veut venir en nous de toutes sortes de manières. Il vient en nous par la prière quand nous pensons à Lui, quand nous écoutons sa voix au fond de notre cœur. Il veut venir aussi en nous comme une nourriture, comme une boisson, c'est ce que tu vas découvrir aujourd'hui. Si nous avons faim, non pas avec notre estomac mais avec notre cœur, si nous avons faim de la présence de Dieu, si nous avons soif de Lui, c'est-à-dire si nous avons envie de connaître Dieu, si nous avons envie d'être aimés par Lui et de l'aimer, Jésus nous propose de venir sous cette apparence du pain que tu vas manger, du vin que tu vas boire. Ce pain et ce vin que nous allons partager avec toi comme un repas, c'est Jésus Lui-même qui se donne en nourriture. Ce que nous mangeons devient notre propre corps et ainsi le Christ veut devenir ton propre corps, c'est pour cela qu'Il se donne à toi comme un aliment qu'on mange, comme un vin qu'on boit. Mais pour cela il faut avoir soif, sinon ce n'est pas la peine de venir. On mangera bien le corps du Christ, on boira bien son sang, mais cela n'aura pas d'effet en nous. Il faut avoir un cœur qui désire Jésus pour que Jésus vienne et nous rende heureux. Si vraiment nous pensons à Lui avec amour, si nous avons envie d'être près de Lui, de le recevoir près de nous, notre soif, notre désir, notre faim recevront une réponse et Jésus, en venant dans notre bouche, remplira véritablement tout notre être. Alors tu sauras que Jésus est en toi. Nous saurons chacun d'entre nous, que Jésus est en nous, et véritablement nous le porterons avec nous, et toute notre vie sera transformée. Elle sera remplie de cette présence et donc, remplie de joie.

Nous tous qui communions depuis si longtemps, qui recevons si souvent le corps et le sang du Christ, il faut que nous réveillions en nous cette soif qui vient de notre baptême, de ce premier jaillissement de l'eau vive au fond de notre cœur. Il faut que cette soif soit toujours présente, toujours nouvelle pour que, véritablement nous recevions le Christ en nous, que nous l'accueillions en nous et pour qu'Il soit notre bonheur, notre joie.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public