AU FIL DES HOMELIES

Photos

MA DOCTRINE N'EST PAS DE MOI

Sg 2, 1+10-22 ; Jn 7, 14-30

Vendredi de la quatrième semaine de carême

(22 mars 1985)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

L

 

'évangile selon saint Jean n'est pas une sorte d'ouvrage qui raconterait quelques événements de la vie de Jésus que les autres évangélistes n'auraient pas rapportés et que saint Jean, dans un souci d'être complet, aurait ajouté à la tradition déjà existante. En réalité cet évangile garde un souci permanent, celui de nous apprendre comment recevoir e accueillir en nous la révélation du Seigneur.

Déjà hier, le texte portait sur le témoignage et nous étions amenés à voir le Christ non pas comme quelqu'un qui s'impose de lui-même, qui fait ses preuves, mais au contraire comme révélé par le témoignage du Père, des Écritures et de Jean-Baptiste. Aujourd'hui c'est une autre manière d'aborder le problème que nous présente saint Jean. Le Christ, toujours en butte au refus des juifs de le reconnaître comme l'Envoyé de Dieu, leur dit : "Ma doctrine n'est pas de Moi, mais de Celui qui M'a envoyé. Si quelqu'un veut faire sa volonté, il reconnaîtra si ma doctrine est de Dieu ou si je parle de Moi-même."

Cette simple phrase du Seigneur est d'un actualité étonnante. Que de fois, dans notre propre vie, ne nous sommes-nous pas surpris à regarder l'évangile en disant : Mais comment l'évangile prouve, par lui-même, qu'il est une doctrine divine ? Que de fois n'avons-nous pas été comme en procès avec l'évangile, en disant, au fond : Est-ce que cet évangile nous apprend des choses tellement extraordinaires ? Est ce que cet évangile porte en lui-même la preuve qu'il vient de Dieu ? Est-ce que, à travers tout ce qui est dit, j'ai une image assez convaincante de Dieu ? La plupart du temps, nous abordons l'évangile comme cela, parce que la Parole de Dieu nous est extérieure ou plutôt nous sommes extérieurs à la Parole de Dieu. Et sans même nous en apercevoir, nous la jugeons comme si nous étions des gourmets qui jugent de la valeur, de la qualité ou de la saveur d'un plat qui nous a été préparé.

Ce n'est pas l'attitude que le Christ demande vis-à-vis de la Parole de Dieu, vis-à-vis de sa doctrine : "Ma doctrine n'est pas de Moi !" par conséquent ce n'est pas en vous emparant de Moi, ni même en vous emparent de mes paroles pour les traiter comme vous les voudriez, que vous pourrez parvenir à la vérité. Et surtout, vous n'arriverez jamais à découvrir son origine, elle vient de plus loin que Moi, elle vient directement du cœur du Père. Elle jaillit de cette intimité qui existe entre mon Père et Moi. C'est cela le secret de ma Parole, et la plupart du temps, vous voulez simplement la traiter et la juge comme une espèce de parole humaine.

Or, le Christ, à ce moment-là, ne nous laisse pas démunis, mais Il nous donne un critère :"Si quelqu'un veut faire la volonté de mon Père, alors il reconnaîtra si ma doctrine est de Dieu." Ceci est fondamental pour notre propre existence et pour notre propre conversion. La Parole de l'évangile ne peut jamais être prise de l'extérieur, comme si nous avions à la juger dans sa validité, dans sa profondeur ou dans sa manière de manifester Dieu. La Parole de Dieu est quelque chose qui s'empare de nous pour que nous fassions la volonté du Père. Et à partir du moment où nous entrons dans ce jeu actif de "faire la volonté du Père", nous découvrons d'où vient la Parole. Mais ce n'est pas simplement en la regardant de l'extérieur. C'est si je puis dire, en entrant dans son jeu, que nous nous rendons compte du but vers lequel elle veut nous mener.

D'ailleurs, ensuite, Jésus renvoie les juifs à la loi de Moïse en disant : Même avec la loi de Moïse, vous n'allez pas voulu entrer dans le jeu, vous n'avez pas voulu l'écouter, vous n'avez pas voulu la vivre, vous l'avez considérée comme une doctrine venant de Moïse alors que c'était la Parole de mon Père. En effet il y a dans la Bible, dans l'Exode, un verset tout à fait étonnant qui a beaucoup surpris les juifs contemporains de Jésus ainsi que les commentateurs plus tardifs et qui pourrait illustrer ce que saint Jean vient de nous dire. Quand, au désert, Moïse propose au peuple la Loi qu'il doit ratifier, le peuple répond : "La loi que le Seigneur a promulguée par ta bouche, toi Moïse nous la ferons et nous écouterons." Je dis bien : nous la ferons et nous écouterons. Les commentateurs ont pensé, mais c'est l'inverse qui devrait être écrit, c'est : nous écouterons et nous la ferons. C'est dans la mesure où l'on est au courant que l'on peut, ensuite, passer aux actes. Précisément un commentaire juif dit ceci : c'est vrai que ce n'est pas ainsi que cela se passe. La Parole de Dieu, quand elle nous est donnée, d'abord elle nous saisit, elle nous fait vivre d'une certaine manière et c'est en la vivant qu'on l'écoute vraiment, Dieu est tellement puissant qu'Il nous fait passer aux actes avant même que nous n'ayons compris. C'est souvent cela dans notre vie. Il y a des événements dans lesquels nous sommes saisis par Dieu, mais sur le moment, on ne s'en rend pas compte. Et au fur et à mesure nos oreilles s'ouvrent pour comprendre, nous émerveiller et rendre grâces de son dessein sur nous.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public