AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA SOURCE

Vigiles du troisième dimanche de Carême

(9 mars 1980)

Homélie du Frère José FABRE

O

 

ui, comme nous venons de l'entendre, il est midi, il fait très chaud dans cette plaine de Samarie ou sur les pentes de Sichem, et le Christ est fatigué, il s'assied au bord du puits, il a soif. Une femme arrive. Elle ne se doute pas que sa vie va être tout illuminée par la parole de cet homme qui lui demande à boire.

Tout au long de nos journées, nous venons parfois au puits de la samaritaine, très occupés, venant puiser l'eau de notre travail quotidien, et parfois nous rencontrons le Christ. Il est là et Il nous demande à boire, à travers les évènements, les choses, les gens. Donne-moi de ton pain nous dit-il à travers le pauvre qui frappe à la porte. Donne-moi de ton sourire, de ton amitié. C'est à travers celui qui est isolé qu'il nous parle. Donne-moi de ta présence, de ta personne, et c'est bien souvent Lui-même qui nous le demande.

Le Christ est celui qui demande parce que dans le fond, c'est celui qui donne bien plus et davantage. Et ainsi fit-il tout au long de sa vie. Donne-moi à boire, dit-il à la samaritaine, et cette femme rencontra le Messie. C'était à Zachée qu'il demanda : ''Descends vite de là je voudrais manger chez toi". Donne-moi à manger et, nous dit l'évangile, le salut entra dans cette maison. C'était à Cana, en Galilée, qu'il dit : "Apportez de l'eau" , et ce fut le premier signe. Ou bien, un jour sur la montagne : Donnez-moi quelques pains, quelques poissons, et ce fut la multiplication des pains. Et un jour, passant devant son échoppe, "Viens, suis-moi" dit-il à Lévi. Et ce fut tout l'apostolat de Matthieu.

Et ce que Jésus fit dans sa vie, il continue de le faire à travers les sacrements : donne-moi ta foi, ton adhésion et je te verserai tout mon amour, toute ma force, dit-il au baptême. Donnez-moi un peu de pain et de vin, fruit du travail des hommes et de la terre, et je vous donne mon Corps et mon Sang de ressuscité. Donnez-moi vos péchés, et je vous donne la réconciliation. Donnez-moi votre maladie, votre fatigue, votre lassitude et je vous donne la force de mon Esprit dans le sacrement des malades. Donnez-moi votre amour et je serai votre présence, pour que vous soyez signe, dans le mariage, dans l'ordre. Signe de l'amour infini de Dieu. Je ferai de vous des sources jaillissantes.

Bien souvent, nous nous détournons de cette fontaine de la samaritaine. On est trop occupé, on ne voit même pas le Christ qui est assis et qui nous parle. Ou bien, on n'a pas envie de l'écouter. Et alors, comme pour le jeune homme riche de l'évangile, on s'en va triste jusqu'au moment où, desséchés, assoiffés, nous revenons vers le puits de la samaritaine.

Il faut que nous accompagnions, dans cette route ardue, tous nos frères qui eux aussi cheminent sous le soleil desséchant de la vie. Tous nos frères qui sont parfois épuisés par le doute, par la recherche. Ils ont soif de quelque chose. Ils ne savent pas très bien où est la source. Conduisons-les dans notre marche vers le puits de la samaritaine. Et là, le Christ, au lieu de se lever pour leur donner à boire d'un geste peut-être un peu trop paternaliste et facile, au contraire se fera plus épuisé qu'eux, plus humble qu'eux, plus assoiffé qu'eux et leur demandera à boire. Donne-moi ta recherche, donne-moi ta marche, donne-moi ta soif et je ferai de toi une source jaillissante.

Dans ce carême, essayons de nous arrêter un peu plus souvent au puits de la samaritaine pour écouter le Christ qui nous demande, à tout moment : "Donne-moi à boire, ta conversion, ton amour. Si tu savais le don de Dieu, si tu savais que celui qui demande est celui qui donne en abondance".

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public