AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA SOIF DE DIEU

Jn 19, 28-34

Vigiles du troisième dimanche de carême – A

(14 mars 1993)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

D

onne-moi à boire !" "Sachant que désormais tout était achevé, pour que l'Ecriture fût parfaitement accomplie, Jésus dit : J'ai soif ! Celui qui boira de l'eau que Je lui donnerai n'aura plus jamais soif et l'eau que Je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau vive jaillissant pour la vie éternelle. Quand ils vinrent à Jésus, ils le trouvèrent déjà mort. L'un des soldats, de sa lance, lui perça le côté et il en sortit du sang et de l'eau. Mon âme est une terre assoiffée de Toi."

La soif du Christ, ce n'est pas seulement la participation de notre Sauveur à notre humanité fai­ble, pleine de désirs, de besoins, à notre humanité en quête de repos et de bonheur. La soif de Jésus ce n'est pas simplement le partage de notre soif, c'est la source de notre soif. La soif de Jésus est la source d'eau vive qui étanche toute soif mais qui, d'abord, suscite toute soif. Le désir de notre cœur est le fruit du désir du cœur de Dieu. C'est parce que Dieu nous a façonnés avec amour, c'est parce que Dieu, dans son amour, s'est voulu dépendant de nous, assoiffé de nous, c'est parce que Dieu a voulu que nous soyons indispensa­bles à sa vie comme l'être aimé est indispensable à la vie de celui qui l'aime, c'est parce que Dieu nous a façonnés avec le jaillissement de son désir divin que nous avons été créés nous-mêmes comme des êtres de désir insatiable, n'ayant de repos que lorsque notre désir rejoindra le sien.

"Que l'homme de désir vienne, que l'homme assoiffé s'approche, qu'il reçoive l'eau de la vie, gra­tuitement !"

C'est du cœur de Jésus dévoré de cette soif de la croix, c'est du cœur de Jésus transpercé, "Ils regar­deront Celui qu'ils ont transpercé", que jaillit cette source d'eau vive. "Hiver comme été, ses eaux reste­ront vives. Et voici, il y aura une source ouverte pour Jérusalem et pour le peuple, une source pour laver le péché et les souillures." "Je répandrai sur vous une eau pure et vous serez purifiés. J'enlèverai votre cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair" un cœur de désir, un cœur de soif, un cœur assoiffé de Dieu comme Dieu est assoiffé de nous. De l'amour jailli du cœur de Dieu est né l'homme appelé à l'amour, appelé au partage de ce désir infini, de cette communion infinie. "Donne-moi à boire !"

Ne frustrons pas la soif de Dieu. Ne laissons pas inassouvi le désir de Dieu. Que nous n'ayons pas le désir de le rejoindre, ce serait bien triste, mais que nous négligions le désir qu'II a, le besoin qu'Il a de notre amour, de notre réponse, de notre venue, pour que son bonheur soit comblé, cela n'est pas possible. Nous ne pouvons pas ne pas nous sentir déchirés inté­rieurement par ce désir de Dieu, par cet appel de Dieu : "Donne-moi à boire !'' "J'ai soif !" Si tu entends ma voix. Si tu n'endurcis pas ton cœur, alors Je répandrai en toi une source d'eau jaillissante, jaillissant sans fin pour la vie éternelle.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public