AU FIL DES HOMELIES

Photos

ADORER DANS L'ESPRIT ET DANS LA VÉRITÉ

Ex 17, 3-7 ; 1 Co 10, 1-6 ; Jn 4, 5-42
Troisième dimanche de carême - année A (25 mars 1984)
Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL


Montagnes de Samarie

Après un premier dialogue avec Jésus sur l'eau vive, la samaritaine voulant écarter des questions plus profondes et plus compromettantes, risquant de mettre en jeu son existence, cherche un ultime dérivatif quand elle se trouve contrainte de reconnaître en Jésus un prophète, puisqu'Il Il vient de lui manifester qu'Il connaît sa vie la plus intime, et elle lui pose une question de rubrique, si j'ose dire, en lui disant : "Nous autres, samaritains, nous disons qu'il faut adorer sur la montagne que voici, le Garizim qui est là aux portes de Sichem, tandis que vous, juifs, prétendez que c'est à Jérusalem seulement qu'il faut adorer. A ton avis qu'en est-il ? Puisque tu es prophète que penses-tu de cette divergence entre les juifs et les samaritains ?" Elle essaye ainsi de reculer le moment où il faudra se trouver face à face avec la révélation qu'elle sent pourtant imminente puisque Jésus va lui dire : "Le Messie, Celui que vous attendez, je le suis, Moi qui te parle".

Mais à cet ultime subterfuge de la samaritaine, Jésus va répondre d'une manière très profonde et décisive et qui, par-delà cette femme de Samarie, s'adresse à nous tous. Il lui dit : "Crois-moi femme, il n'est plus tellement question de choisir entre telle ou telle montagne, de savoir si c'est sur le mont Garizim ou à Jérusalem qu'il faut adorer, car c'est en esprit et en vérité que le Père veut être adoré". Ces mots : "adorer en esprit et en vérité", nous pouvons les entendre en un sens premier et en quelque sorte banal, qui d'ailleurs pourrait nous tromper. Nous pourrions penser que Jésus veut dire seulement qu'il faut adorer en esprit, c'est-à-dire d'une manière purement intérieure, spirituelle au sens secondaire la participation de notre être, de notre corps, et par conséquent aussi la dimension communautaire de l'adoration, celle-ci serait une affaire de "purs esprits", à la limite presque désincarnée. C'est le sens courant que nous donnons au terme "spirituel". Adorer en vérité, cela voudrait dire seulement adorer d'une manière correcte, droite, selon les normes exactes proposées par la religion à notre dévotion. Ou encore adorer avec sincérité, avec authenticité.

Mais derrière le sens apparent de cette phrase, il y a un mystère beaucoup plus profond. Quand Jésus dit : "il faut adorer en esprit et en vérité", nous devrions plus exactement traduire :" adorer dans l'Esprit et dans la vérité". Il ne s'agit pas d'une adoration purement spirituelle, il s'agit d'adorer dans l'Esprit Saint. Adorer dans l'Esprit Saint, c'est nous présenter devant le Père, nous présenter devant Dieu à l'intérieur de la personne même de l'Esprit Saint, de la troisième personne de la Trinité que Jésus est en train, tout au long de l'évangile et plus spécialement dans le dialogue avec la samaritaine, de révéler à l'humanité. Adorer, ce n'est plus seulement une attitude de la créature qui, consciente de sa petitesse et de sa fragilité, s'effondre en quelque sorte devant l'immensité, la transcendance du Créateur. Adorer, c'est bien cette attitude de la créature devant son Créateur, mais sachant que le Créateur lui-même vient vers nous, qu'Il n'est pas seulement lointain, mystérieux et obscur, mais que ce Dieu qui nous a créés et façonné et tellement proche, tellement immédiatement à notre portée, comme la main, qu'Il vient nous donner son propre Esprit pour que ce soit cet Esprit en nous qui nous fasse adorateurs. L'adoration n'est plus seulement un sentiment de vénération fait de crainte, d'éloignement et de distance, mais c'est entrer à l'intérieur du mystère même de Dieu, être introduit par l'Esprit Saint, au cœur du mystère de la Trinité. Adorer dans l'Esprit, c'est très exactement adorer dans le souffle de vie de Dieu, car c'est cela même le sens du mot "Esprit". L'Esprit Saint, ce n'est pas quelque faculté intellectuelle que nous attribuerions à Dieu. C'est une dérivation relativement récente dans les langues modernes que de prendre le mot "esprit" avec cette connotation intellectuelle. Dans son sens premier que l'on trouve aussi bien en latin qu'en grec ou qu'en hébreu, l'esprit c'est le souffle vital, c'est la respiration même. Et quand on parle de l'Esprit de Dieu, de l'Esprit Saint, il s'agit de la respiration de Dieu, de la vie même de Dieu, du jaillissement vivant du cœur de Dieu. Et c'est cela adorer en Esprit, c'est être introduit dans la vie de Dieu, participer au dynamisme vital qui émane du tréfonds du mystère de Dieu.

Et mieux encore, cet Esprit-Saint, cette troisième personne de la Trinité que Jésus commence à nous révéler, cet Esprit-Saint qu'Il vient de signifier à la samaritaine sous l'image de l'eau vive, de ce jaillissement d'une source au plus profond de notre être, cet Esprit-Saint dans lequel Karen et Lisa, la nuit de Pâques, vont être immergées, plongées comme nous l'avons été nous-mêmes au jour de notre baptême, cet Esprit Saint, cette vie de Dieu, c'est l'amour même du Père pour le Fils, c'est cet amour infini, éternel, sans limite qui est le secret du cœuret du bonheur de Dieu. C'est donc dans l'amour même de Dieu que nous devenons des adorateurs du Père. C'est dire que l'Esprit Saint nous introduit dans l'acte d'amour du Fils tourné vers le Père, du Fils se recevant du Père, et nous devenons adorateurs en entrant dans cette attitude filiale, en nous recevant nous aussi du Père, non seulement comme d'un Créateur, mais comme de cette source de tendresse infinie qui fait de nous ses enfants à la manière de son propre Fils Unique, pour nous prendre dans ses bras et nous mettre tout contre sa joue, comme le disait déjà le prophète Isaïe. Oui, l'Esprit Saint nous introduit au cœur du mystère de Dieu. Être adorateur dans l'Esprit, c'est remplir notre acte, notre attitude d'adoration de toute la profondeur de l'amour transcendant de Dieu, de cette flamme ardente qui vient nous prendre, nous embraser, nous consumer.

Et ainsi nous sommes adorateurs dans l'Esprit et dans la vérité, car cette vérité c'est bien sûr d'abord la révélation plénière, lumineuse du mystère de Dieu? Adorer dans la vérité, c'est connaître par la foi et encore à tâtons, mais déjà en marche vers la pleine illumination de la béatitude, c'est pressentir, percevoir, deviner déjà la vérité même de Dieu. Et cette vérité n'est pas seulement un concept, elle n'est pas seulement un dogme, cette vérité est une personne: la vérité de Dieu c'est Jésus Lui-même, vérité parfaite, image parfaite du Père, révélateur parfait du Père. Adorer le Père dans l'Esprit et dans la vérité, c'est adorer le Père en étant plongé dans la lumière et dans l'amour de l'Esprit Saint, et en étant par cette lumière et cet amour de l'Esprit Saint, configuré au Christ qui est vérité de Dieu. Nous devenons d'autres christs par l'action de l'Esprit Saint qui nous établit dans la vérité de Jésus et par là même dans la vérité profonde de notre propre être, car en étant ainsi identifiés au Christ Jésus, nous atteignons à la vérité. Et encore cette vérité, ce n'est pas seulement notre Vérité individuelle, personnelle : saint Paul, dans l'épître aux Colossiens, dit à propos des pratiques de la Loi ancienne que certains prétendaient imposer aux nouveaux convertis du paganisme : "toutes ces pratiques ne sont que l'ombre de la réalité, la vérité c'est le corps du Christ". La vérité c'est le corps de Jésus, son corps, né de Marie dans lequel Il est venu nous sauver, et ce corps qui est son Église. La vérité c'est l'Église corps du Christ qui est la communauté que nous formons quand nous sommes membres du Christ. Adorer le Père dans la vérité, c'est l'adorer dans la vérité de Jésus son Fils unique, dans la vérité profonde de notre être renou­velé par notre adoption filiale qui fait de nous d'autres christs ; c'est l'adorer dans la Vérité de cette communauté ecclésiale que nous constituons déjà en ébauche aujourd'hui et qui marche, elle aussi, vers son accomplissement, c'est adorer le Père dans la vérité de cette communion, qui est le peuple de Dieu et qui est l'univers renouvelé.

Frères et sœurs, adorer Dieu dans l'Esprit et dans la vérité, c'est donc ainsi, par la force vivifiante, par l'amour consumant de l'Esprit Saint, être identifié individuellement et communautairement au Christ pour être vraiment, en chacun de nous et dans notre communion fraternelle, présence du Christ dans le monde, présence adorante du monde transformé par l'Esprit et uni au Christ, présence adorante du monde entier tourné vers le Père, de l'univers tout entier se prosternant devant le Père pour tendre vers Lui, être reçu dans ses bras, être introduit dans la splendeur de son mystère, de sa lumière, de son amour et de sa joie. C'est à cela que nous sommes appelés, c'est à cela que nous avons été appelés dès le jour de notre baptême, par un appel qui ne cesse de croître et de grandir de jour en jour tout au long de notre vie, c'est à cela que Lisa et Karen sont appelés avec nous. C'est cela que nous revivons chaque carême, c'est cela que nous allons célébrer dans la Pâque.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public