AU FIL DES HOMELIES

Photos

CONNAÎTRE POUR AIMER

Os 6, 1-6 ; Jn 2, 13-25

(27 mars 2003)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

A

 un jour près, nous voilà à la mi-carême. La moitié du chemin a été fait, donc ne baissons pas les bras. Il nous en reste certes, une bonne moitié, mais presque plus rien. Alors, comme nous sommes à la mi-carême, j'ai envie de reprendre les paroles du prophète Osée qui nous donne quelques conseils comme ceux que nous avons reçu au mercredi des cendres. Il y a une invitation de la part du prophète Osée, et ensuite, une affirmation. Osée nous invite en disant : "Connaissons, appliquons-nous à connaître Dieu ?" Et cette affirmation : "La connaissance de Dieu me plaît plutôt que les holocaustes".

       Peut-être oublions-nous que notre temps de carême, c'est aussi et peut-être surtout cette connaissance de Dieu. Certes, les efforts, les sacrifices que nous faisons, comptent, mais ils n'ont bien sûr aucune valeur en eux-mêmes s'ils ne s'appliquent au principe, à la source de celui qui motive notre action. Et pour cela, il faut le faire dans l'esprit d'une meilleure connaissance du Seigneur, d'une meilleure découverte de ce qu'il est. Il peut y avoir un oubli dans notre vie, cet oubli qui consisterait à passer à côté de ce que la tradition de l'Église nous offre dans le mystère qui a été connu et reconnu, dans tous ceux qui ont cherché le Seigneur, dans tous ceux qui étudiant la Parole de Dieu, le mystère de la foi, dans tous ceux qui écrivant, percevant le mystère de Dieu, ont essayé de le dire et de le transmettre. Combien de chrétiens lisent véritablement des livres, tels que par exemple les Pères de l'Église et ce mystère de foi qu'ils ont essayé de contempler ? Combien de chrétiens s'attellent à la lecture de théologiens, à la lecture même de grands spirituels qui ont essayé de percevoir ce mystère de Dieu ? Combien de chrétiens travaillent un peu intellectuellement sur cette connaissance de Dieu ? La connaissance de Dieu ne tombe pas, hélas, comme des cailles rôties dans le désert, cela demande un effort, cela demande du temps et un peu de volonté. On a peut-être oublié que pendant ce temps de carême, la connaissance de Dieu fait partie de ce devoir du chrétien. Mieux le connaître pour mieux l'aimer. 

       Cela dit, mais je ne pense que cela annule ce que je viens de dire, mais que cela qualifie cette connaissance de Dieu Nous n'allons pas faire une recherche de la connaissance de Dieu pour le plaisir simplement de l'intelligence, du travail intellectuel, mais nous allons le faire, en étant sûrs d'une chose : c'est le Seigneur le premier qui nous connaît. C'est ce que dit l'évangile de Jean quand il décrit Jésus comme Lui-même connaissant ce qu'il y avait dans l'homme : "Comme Il les connaissait tous, Il n'avait pas besoin d'un témoignage sur l'homme". Connaître Dieu parce qu'on est connu de Lui. 

       Finalement, le premier passionné de la connaissance de quelque chose ou de quelqu'un, c'est Dieu lui-même, passionné de nous connaître, de nous comprendre, passionné de savoir ce que nous faisons, disons, parce qu'Il nous aime. Oui, la connaissance de Dieu passe par l'amour et cet amour nous dynamise, nous ouvre à mieux connaître Celui que l'on aime. 

 

       AMEN 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public