AU FIL DES HOMELIES

Photos

RÉGÉNÉRATION PAR L'EAU

2 R 5, 1-15 ; Lc 15, 1-7

(16 mars 2009)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Le Jourdain

F

rères et sœurs, comme vous le savez, maintenant, c'est le dernier bout de chemin avant le baptême pendant la nuit de Pâques. Le choix des textes de la liturgie va être de plus en plus orienté vers toute cette symbolique du baptême, du bain et de la régénération. Hier, c'était la samaritaine, aujourd'hui, c'est l'épisode de la guérison de Naaman.

Cet épisode de Naaman veut nous dire deux choses. La première, c'est l'universalité du salut, puisque Naaman est non seulement un païen, mais un ennemi du pays d'Israël. C'est un Syrien, il est au service d'un roi, en tant que général et il a remporté plusieurs batailles contre Israël. C'est au cours d'une de ces batailles qu'il a ramené cette petite esclave israélite qui évoque la possibilité d'une guérison auprès du prophète. Ce qui est extraordinaire, c'est que lui, un étranger, qui normalement n'est pas dans l'Alliance, n'est pas dans la Promesse, n'est pas dans le plan immédiat de Dieu sur le peuple d'Israël, va bénéficier au prix de plusieurs péripéties dont on a eu les échos dans la lecture, va bénéficier de ce salut de Dieu au même titre que les membres du peuple d'Israël.

Ce texte est choisi parce qu'il montre que le salut depuis le début, même à l'époque où apparemment la relation avec Dieu n'était réservée que pour ceux qui avaient reçu la Loi et obéissaient à la Loi mosaïque, déjà il y avait des exceptions qui confirmaient la règle générale, c'est-à-dire que le salut est pour tous.

La deuxième chose, c'est la guérison. Vous avez remarqué, Naaman était lépreux. Cette maladie qui était considérée comme une sorte de conséquence immédiate du péché avait pour conséquence de couper de la société, et en même temps d'être une sorte de pré-manifestation de la mort, je n'ose pas dire que c'était comme le cancer aujourd'hui, mais la lèpre était considérée comme une des maladies les plus graves de l'époque. Ce que faisait la lèpre et qui impressionnait beaucoup les gens à cette époque-là, c'est qu'elle vous dévorait petit à petit le corps. C'était donc comme une mort lente et inexorable car on ne connaissait aucun des produits actuels, vaccins et autres médicaments qui peuvent protéger de cette maladie. En plus, il y avait une sorte d'avancée inéluctable dans la mort sans perdre son intégrité spirituelle, puisqu'on pouvait suivre l'évolution de la maladie jusqu'au dernier moment. La guérison de la lèpre, ici symbolisée par un bain, c'est le fait qu'un homme qui est sous la menace de perdre sa vie et donc son identité, par le geste de Dieu, retrouve la plénitude de sa personnalité. Ce n'est pas un miracle qui fait exister autre chose mais il nous apprend à retrouver la plénitude de ce que nous devons être. Quand Naaman est guéri on dit : "Et sa chair redevint comme celle d'un petit enfant" pour manifester que c'est bel et bien sa chair qu'il retrouve, mais guérie, renouvelée dans une nouvelle jeunesse.

C'est l'image du baptême. Le baptême n'induit pas une rupture d'identité avec ce que nous sommes depuis notre création, notre naissance, mais c'est le fait de retrouver une plénitude d'identité que nous avions perdu. Le sens même du baptême c'est le fait de retrouver cette plénitude de la relation avec Dieu qui était dans le plan primitif. De même qu'une guérison "ne fait rien d'extraordinaire", puisqu'elle donne à quelqu'un de revivre normalement, de même le baptême dans le fait de nous donner la plénitude de la grâce et de la vie de Dieu, ne fait que nous donner d'accéder à cette vie dans laquelle nous devrions vivre normalement, c'est-à-dire la plénitude de la relation avec Dieu.

Frères et sœurs, que cette lecture de l'épisode de Naaman rappelle en chacun d'entre nous ce que doit être notre vie, notre destinée. Nous devons être ceux qui, renouvelés de l'intérieur par la grâce de l'amour de Dieu, retrouvent la plénitude de la relation avec lui.

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public