AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA LOGIQUE DU PARDON

Dn 3, 25+34-43 ; Mt 18, 21-35

Mardi de la troisième semaine de carême – C

(9 mars 2010)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Les nuages vont-ils déclencher l'orage ?

 

F

rères et sœurs, nous pourrions interpréter cette parabole d'une manière un peu superficielle comme si c'était donnant-donnant : si tu pardonnes, je te pardonne, si tu ne pardonnes pas je ne pardonne non plus. Je crois que les choses sont beaucoup plus fondamentales et profondes que cela.

Le pardon, c'est une attitude qui recouvre la vie tout entière car sans cesse, nous avons avec nos frères des torts, ou ils ont des torts à notre égard, et savoir si nous rétablissons notre relation avec eux malgré ces dettes, malgré ces agressions, malgré ces fautes et quelquefois elles sont très graves, est une question fondamentale. Est-ce que nous allons vivre dans une économie du pardon ? Car il ne s'agit pas de savoir si nous avons mérité d'être pardonné en pardonnant nous-même, mais de savoir si nous entrons dans une logique de pardon, si notre vie avec nos frères et donc aussi notre vie avec Dieu est une affaire mathématique, de comptes où l'on fait des additions, et des soustractions. Ou bien s'il s'agit de tout autre chose que cela, s'il s'agit d'entrevoir le cœur même de notre frère comme Dieu voit notre cœur pour adhérer à ce cœur de notre frère, pour l'aimer assez afin de ne pas avoir à son égard une justice qui comptabilise.

Frères et sœurs, la question du pardon est une question difficile. Il y a des pardons qui sont relativement faciles à donner, mais il y en a d'autres qui sont très difficiles. Quand on a été vraiment été victime, ou plus encore quand quelqu'un qu'on aime a vraiment été victime de façon profonde, il est difficile de pardonner.

Et pourtant, il n'y a pas d'autre chemin pour que notre vie commune puisse se dérouler. Tant que les hommes n'acceptent pas de se pardonner les uns les autres, nous irons toujours de luttes en luttes, de guerres en guerres, de haine en haine. Ce refus du pardon est à l'origine de toutes les agressions, car non seulement on rend œil pour œil et dent pour dent, mais encore on rend au double, ou au centuple, on rend davantage. Surtout, on a peur de l'autre et pour l'empêcher de nous rendre les coups, on le brise d'abord. Vous reconnaissez tout ce qui se passe dans le monde. Tous les jours, nous voyons dans telle ou telle partie du monde des hommes qui s'entredéchirent parce qu'ils se doivent quelque chose et qu'ils n'ont pas confiance et qu'ils ont peur que l'autre ne leur rende pas.

Frères et sœurs, il faut que nous commencions à nous mettre à l'heure de cette logique du pardon dans nos petites affaires personnelles. Je suis frappé d'entendre combien quelquefois des familles se déchirent pour des questions d'héritage, comme si cela était l'essentiel de la vie. On ne se fréquente plus parce qu'il y a eu sur telle ou telle somme d'argent ou tel objet, une contestation.

Frères et sœurs, il y va non seulement de notre vie mais de la vie du monde. Que le Seigneur nous donne le sens du pardon.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public