Imprimer

IL FAUT QUE LE FILS DE L'HOMME SOIT ÉLEVÉ

Nb 21, 4-9

(20 mars 1993)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Sylvanès : Croix d'autel 

C

lémence et Cécile, je pense que vous connaissez déjà bien cet homme qui était Moïse. Il a pris des hébreux qui étaient des esclaves en Egypte où ils faisaient des grandes constructions pour le pharaon en travaillant très dur, il les a délivrés et les a conduits au désert pour rencontrer Dieu. Donc les hébreux se sont retrouvés pendant quarante ans dans le désert, sous la tente. Et ils n'avaient rien d'autre chose à faire que d'écouter la Parole de Dieu, de vivre avec Dieu et d'apprendre à l'aimer. Cela nous apprend déjà quelque chose. Si les hébreux ont eu besoin de quarante ans dans le désert pour apprendre à connaître Dieu, quelques années de catéchisme ne suffisent sûrement pas pour apprendre à connaître Dieu. Il nous faut bien à nous aussi toute la vie pour arriver à le connaître. Voilà déjà une première chose qu'on peut retenir de cette histoire.

       Mais les hébreux n'étaient pas toujours très contents. Ils avaient été mis au régime sec parce que tous les jours ils mangeaient de la manne. La manne était une sorte de petite graine qu'on récoltait sur les feuilles de petits arbres qui poussent dans le désert. Ils en avaient assez d'être au régime et ils commençaient à râler contre le Seigneur qui ne s'occupait pas assez d'eux. Alors le Seigneur a fait quelques miracles pour essayer de les contenter, mais ils râlaient encore. Alors le Seigneur leur a fait sentir tout le danger qu'il y avait à ne pas aimer le Seigneur. Au désert, il y a des serpents et des serpents particulièrement dangereux. On les appelait des brûlants parce quand ils piquaient la douleur énorme brûlait tout le corps. Voilà qu'un jour est arrivé sur les hébreux un certain contingent de ces serpents et immédiatement les hébreux que leur conduite n'avait pas été ce que le Seigneur attendait d'eux. Ils ont dit à Moïse : Toi qui nous gouvernes, toi qui nous conduis au désert, maintenant on aimerait retrouver le Seigneur. On a péché, on s'est révolté contre Lui, on a murmuré contre Lui, on a râlé contre Lui. Maintenant, ça ne va plus, on veut changer notre cœur. Voilà une deuxième chose qu'on peut apprendre. C'est que même quand on a beaucoup appris sur Dieu, de temps en temps, il nous arrive encore de pécher et même de nous révolter contre Dieu. Cela peut arriver à tout âge. Il ne faut pas croire que quand on a commencé à connaître Dieu, après cela va tout seul. En réalité, de temps en temps, il y a des moments très forts de révolte. Cela pourra vous arriver dans la vie. Vous vous souviendrez que le jour de votre communion, vous avez lu l'épisode des hébreux qui se sont révoltés.

       Alors Dieu a pris une drôle de manière pour corriger le cœur des Hébreux, pour les convertir, pour renouveler leur cœur. Ils avaient été piqués par des serpents. Dieu a dit à Moïse : "Tu vas faire un serpent en bronze. Tu vas le mettre sur un étendard. Et ceux qui regarderont avec foi le serpent sur l'étendard seront guéris. Ils ne mourront pas." Très compliqué à expliquer comment cela se passait dans la tête des gens, mais en tout cas, ce jour-la, le Seigneur leur a donné un signe. Il leur a dit : Vous êtes menacés par ces serpents qui courent sur le sol, mais si au lieu de regarder par terre, vous regardez le serpent en bronze avec foi, c'est-à-dire si vous levez les yeux vers le ciel, si vous levez les yeux vers le Seigneur, à ce moment-là Je vous guérirai. Et c'est ce qui s'est passé. Ce jour-là, Dieu a permis que ceux qui regardaient le serpent de bronze sur l'étendard, parce qu'ils avaient compris qu'ils s'étaient révoltés contre le Seigneur, parce qu'ils avaient compris qu'il fallait demander pardon et demander pardon avec foi, c'est-à-dire : "Seigneur, je crois en Toi, je compte sur Toi", à ce moment-là ces hommes étaient guéris.

       Mais l'histoire ne s'arrête pas là. douze cents ans plus tard, quand Jésus est venu sur la terre, un soir un monsieur appelé Nicodème est venu le voir. Très curieux des choses de la religion, très vieux mais allant encore au catéchisme comme vous voyez, il demanda au Seigneur : "Comment faire pour naître à la vie nouvelle ?" Et Jésus lui explique : "Il faut que Je sois élevé comme Moïse a élevé un serpent sur un étendard." Que je sois élevé cela veut dire que je monte sur la croix, que je sois élevé sur la croix. Vous voyez comme ca se ressemble. Le serpent de bronze sur l'étendard avec Moïse et Jésus dressé sur la croix. Vous comprenez pourquoi, quand on célèbre l'eucharistie, il y a la croix non plus avec le serpent de bronze mais avec le Christ qui nous rappelle que nous aussi les chrétiens, nous avons avoir la même foi et plus encore que les Hébreux nous retourner notre regard vers Dieu, nous tourner vers le Christ avec foi pour lui demander pardon et lui demander de nous sauver. Mais maintenant il ne s'agit pas de nous sauver de la morsure des serpents mais de quelque chose de pire qu'une morsure dans notre corps, d'autant plus que depuis on a inventé les sérums, mais il s'agit de nous sauver de la morsure du démon dans notre cœur, ce qui s'appelle le péché. Et c'est cela que le Christ est venu guérir en nous. Il est venu guérir totalement notre cœur. Et il a voulu refaire le même geste que Moïse mais non plus pour guérir une petite tribu d'hébreux dans le désert menacés par les serpents brûlants, mais pour sauver et guérir toute l'humanité du pire mal, de la pire morsure du pire serpent qui est le péché, le mal et le refus d'aimer Dieu.

       Vous comprenez pourquoi nous sommes ici aujourd'hui. Nous sommes ici d'abord pour reconnaître que, de temps en temps, dans notre vie, nous râlons contre le Seigneur et que nous avons besoin de sa miséricorde et de son pardon. Nous sommes ici aussi pour dire que malgré ça, même si nous avons mauvais caractère et même si nous n'aimons pas toujours, en réalité, nous pouvons tourner nos yeux vers le Seigneur Jésus sur sa croix et lui dire : "Seigneur, je crois en Toi !" Et alors non seulement Jésus nous guérit de notre péché, mais Il fait quelque chose de plus beau encore. Il nous assemble là, tous, dans l'Église, et Il nous donne, comme Il l'explique après à Nicodème, Il nous donne de la lumière dans le cœur. C'est-à-dire Il nous donne de le connaître et de l'aimer alors que par nos propres forces on n'y arriverait jamais. Et non seulement Il nous donne de la lumière dans notre cœur, mais Il nous donne carrément son corps et son sang. Il nous donne le pain et le vin, Il nous donne sa chair. Il vient guérir notre chair blessée par sa propre chair ressuscitée. Et donc Il vient nous ressusciter. Et c'est pourquoi aujourd'hui nous sommes si heureux d'être avec vous et de vous voir, venir pour la première fois, à la Table du Seigneur. C'est parce que Jésus, du haut de sa croix, du haut de son Royaume et de sa Résurrection, se penche vers vous et Il vous partage son corps, sa vie, son amour de Ressuscité pour que, vous aussi, vous vous prépariez à la Résurrection, à la vie éternelle.

       Voilà pourquoi nous nous rassemblons chaque dimanche pour l'eucharistie. Voilà pourquoi nous célébrons le Seigneur et nous levons les yeux vers Lui. C'est parce que nous attendons de Lui cette vie, cette Résurrection qui fait que nous nous tenons debout malgré nos péchés, malgré le fait que nous râlons contre Lui de temps en temps, car nous sommes sûrs non seulement de son pardon mais de son amour qui nous donne sa propre vie. Clémence et Cécile vous faites votre première communion avec cette histoire de Moïse et du serpent d'airain et de Jésus qui s'est comparé au serpent d'airain quand Il serait élevé sur la croix. Souvenez-vous en longtemps car c'est l'image de la manière dont Dieu nous aime. Il nous aime tellement qu'Il est capable de donner sa vie pour nous, de donner son corps, de verser son sang pour nous et à travers cela de nous donner, de vous donner aujourd'hui et tant que vous le voudrez sa vie, son amour et sa résurrection.

       AMEN