AU FIL DES HOMELIES

Photos

CHAQUE INSTANT NOUS RAPPROCHE DE NOTRE NOUVELLE NAISSANCE

 

Jr 31, 31-34 ; Jn 3, 1-8
Vendredi 4 mars 2016
Homélie du frère Daniel Bourgeois

 

 

C

 

et entretien avec Nicodème se passe de nuit. C’est bien connu, la nuit tous les chats sont gris. Bien entendu, de la part de Nicodème, le réflexe est celui de quelqu’un qui a peur. Vous savez que Nicodème, c’est ce qui a donné en français le mot « nigaud » qui désignait d’abord quelqu’un d’incertain qui n’était pas très sûr de lui. Nicodème vient voir Jésus de nuit parce qu’il a peur. Il a peur comme notable des juifs, d’avoir posé un acte public vis-à-vis de Jésus qui pourrait représenter une caution, ce qui pourrait ensuite lui coûter assez cher.

 

Mais en plus, et avec saint Jean, il faut toujours lire le niveau symbolique, Nicodème va de nuit parce que la nuit, on a l’impression qu’il ne se passe rien. Et s’il se passe des choses, elles sont toujours dans le secret, pratiquement à l’insu de tous. Et donc, lorsque Nicodème va voir Jésus, c’est si je puis dire, pour essayer d’assurer que, même si ce maître est extraordinaire, et il le reconnaît, en réalité, il ne faut pas faire de vague. Il ne faut pas bousculer la tradition, les habitudes, les vieilles coutumes et la manière de faire.

 

Jésus va attaquer directement sur le problème essentiel : nul ne peut voir à moins d’être rené de l’eau et de l’esprit saint. Là où Nicodème veut essayer de mettre une chape de nuit, une chape de plomb sur ce que Jésus peut lui raconter, comme s’il s’agissait simplement de maintenir tout en l’état, Jésus lui dit : « Même si nous sommes dans la nuit, il y a une naissance qui est en train de se produire ». Et c’est un des aspects fondamentaux du dialogue avec Nicodème. Jésus veut montrer que, malgré cette réalité terrible que nous expérimentons tous que chaque minute, chaque temps de notre vie, chaque jour nous rapproche de la mort, en réalité c’est l’inverse qui se passe : chaque minute, chaque temps est l’occasion d’une nouvelle naissance.

 

Voilà ce qui devient le programme que Jésus propose à Nicodème. Et c’est le programme qu’il nous propose aujourd’hui. Ce n’est pas simplement un jour pour le Seigneur, c’est toute la vie dans laquelle nous sommes invités à renaître à travers la miséricorde de Dieu. Et c’est ça le grand mystère de notre existence, et c’est ça qui a changé le monde, qui a bouleversé la manière de voir qu’avaient les hommes. Jusque là, l’avenir était toujours sombre, c’était la mort. Ici, l’avenir est la nouvelle naissance. L’ancienne naissance est derrière nous, et elle n’est rien par rapport à la nouvelle naissance.

 

Voilà exactement ce que les communautés anciennes souhaitaient que les catéchumènes découvrent. Quand ils entraient dans l’Eglise, ils acceptaient ce processus d’une nouvelle naissance. Nous-mêmes, nous sommes baptisés et nous avons hélas un peu tendance à traiter notre baptême comme si c’était du passé et à vivre sur l’acquis religieux. Mais en fait, ce n’est pas la réalité, ce n’est pas la manière dont Dieu envisage pour nous la vie baptismale. A partir du moment où nous avons été baptisés, il nous propose de renaître chaque jour. Et c’est ça, le mystère de la présence de Dieu en nous, c’est Dieu qui désormais ouvre notre avenir tel qu’il le veut pour nous, à sa mesure à lui, et non pas tous les petits avenirs que nous avons tendance à nous fabriquer, sans jamais pouvoir échapper à la loi de la mort.

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public