AU FIL DES HOMELIES

Photos

JE SERAI LEUR DIEU

Jr 31, 31-34 ; Jn 3,1-8

(7 mars 1986)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

V

oici l'alliance que je conclurai avec la maison d'Israël : Je mettrai ma Loi au fond de leur être, je l'écrirai sur leur cœur. Alors, je serai leur Dieu et eux seront mon peuple."

C'est autour de cette réalité de l'Alliance que se joue toute l'histoire humaine, toute l'histoire de nos relations avec Dieu. Le mot alliance signifie "lien", mais à la différence de certains liens, qui sont en réalité des entraves et des empêchements d'être nous-mêmes, ce lien de l'Alliance permet à chacun d'être ce qu'il a à être, et même plus exactement d'être ce qu'il a à être par la puissance de son partenaire.

       Jérémie lui-même quand il définit l'Alliance dit tout simplement : "Je serai leur Dieu et eux seront mon peuple !" Plus Dieu est Dieu et plus l'Alliance est réussie, plus le peuple est le peuple et plus l'Alliance est réussie. Simplement ce qui donne le résultat c'est que Dieu est Dieu pour le peuple et le peuple est peuple pour Dieu. C'est là que se joue la vérité de l'Alliance. Elle se joue dans cette appartenance mutuelle, totale, par laquelle le peuple lui-même trouve son identité de peuple par le fait qu'il appartient à Dieu, et Dieu manifeste totalement son identité de Dieu aux hommes par le fait qu'Il se manifeste pour nous et pour vivre en nous.

       C'est précisément sur cette base que Jérémie juge toute l'histoire d'Israël : c'est la proposition incessante, de la part de Dieu, d'une alliance. Dieu veut toujours être le Dieu d'Israël. Il veut toujours être Dieu pour son peuple, pour ses amis. Lui ne revient jamais sur ce qu'Il a proposé, sur ce qu'Il a voulu donner. Tout le problème vient de ce que le peuple, à cause de son péché et de son oubli de Dieu, n'est jamais vraiment le peuple de Dieu. Lorsque Jérémie prononce ces paroles, il les prononce en connaissance de cause, au moment où venait de se produire en Israël toute une réforme pour que ce peuple vive vraiment selon la loi de Dieu. Et Jérémie juge que cette tentative de restauration de la Loi a été un échec total. Et alors il pose le problème radical qui va sans doute conditionner tout le reste de l'histoire d'Israël jusqu'à la venue du Christ et même au-delà : Comment Dieu fera-t-il, devant les échecs de ses propositions d'alliance, pour que se réalise vraiment son rêve que le peuple soit en vérité le peuple de Dieu ?

       Jérémie ne voit qu'une issue. C'est que Dieu mette Lui-même la Loi au fond du cœur des hommes. Il faut que Dieu s'engage tellement profondément dans l'existence de chaque homme que, pour ainsi dire, la Loi ne soit plus écrite de l'extérieur, comme un but à atteindre, mais qu'elle soit écrite à l'intérieur, dans la structure même du cœur de l'homme, pour qu'elle soit vraiment son dynamisme interne et le dynamisme pour le peuple. C'est précisément tout le mystère de l'Incarnation, c'est le fait que Dieu s'inscrit Lui-même à l'intérieur de l'humanité. La Loi n'est plus alors un idéal extérieur impossible à réaliser, la Loi, c'est l'amour même de Dieu gravé dans la chair humaine et qui donne à l'homme de pouvoir découvrir vraiment qu'Il est "à Dieu", qu'il appartient à Dieu.

       C'est sans doute le sens de ce que le Christ explique au pharisien Nicodème. Nicodème comprend la Loi comme une réalisation à accomplir soi-même par ses propres forces, comme un but vers lequel il faut tendre. Le Christ lui dit : de cette manière-là, tu ne t'en sortiras jamais. "Ce qui est chair est chair". Quand l'homme essaie, par lui-même, de porter des fruits, il porte des fruits humains, cela ne fait pas des fruits divins. Par contre "ce qui Esprit est Esprit". Voilà l'accomplissement de la promesse de Jérémie. A ce moment-là, c'est l'Esprit même de Dieu qui va être donné dans le cœur des croyants pour être leur vie, leur force, leur Loi.

      Qu'en ce temps qui est pour nous une proposition de conversion, une proposition pour rentrer à nouveau dans l'Alliance, nous réalisions ce que le Christ est venu nous apporter. Il n'est pas venu nous apporter un idéal plus haut, vers lequel nous devrions tendre de toutes nos forces. Il a pris le moyen le plus radical : Il s'est inscrit Lui-même dans notre chair. Et la Loi n'est plus en dehors de nous, elle est la loi de l'Esprit, elle est en nous, elle est cela même qui nous constitue comme peuple de Dieu, comme chacun d'entre nous appartenant à Dieu.

       AMEN   

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public