AU FIL DES HOMELIES

Photos

MOURIR JEUNE

2 R 5, 1-15 ; Jn 3, 1-8

Vendredi de la troisième semaine de carême – B

(19 mars 1982)

Homélie du Frère Michel MORIN

P

 

robablement que Nicodème était un homme déjà assez âgé lorsqu'il est venu voir Jésus, car s'il lui dit : "Comment lorsqu'on est devenu vieux peut-on revenir dans le sein de sa mère ?" c'est bien parce que, d'abord, il était intéressé par ce phénomène. Probablement que Nicodème avait, comme certaines fois nous-mêmes, de la nostalgie de son enfance, de sa jeunesse. Il voulait, comme certains poètes le disent "revenir à l'origine" recommencer sa vie, peut-être. Il avait cette nostalgie de ce que l'on appelle "l'innocence de l'enfant". Mais on appelle cela à tort. Car si l'enfant, le petit enfant est innocent, c'est parce que sa maturité intellectuelle, sa volonté, sa responsabilité, son jugement ne sont pas assez éclairés encore pour poser des actes bons ou mauvais. En cela, c'est vrai, on peut dire qu'il est innocent. Mais le petit enfant, même celui qui vient de naître n'est pas du tout innocent. Car, en lui, habite déjà le mal, en lui il y a déjà la présence de ces forces du mal, de ce que nous appelons le péché originel. Et c'est bien pour cela qu'il faut, dès le début de sa vie, le plonger dans les eaux de la purification et de la vie de Dieu. C'est parce que, dès le point de départ, nous ne sommes pas innocents, quelle que soit la maturité de notre psychologie.

Car, voyez-vous, frères et sœurs, nous disons souvent que nous naissons jeunes et que nous mourons vieux. Je crois que ce n'est pas tout à fait juste. Nous naissons beaucoup plus vieux que nous ne pensons. Oh, je ne parle pas de la vieillesse du corps, le corps passe, ce n'est pas très important. Mais je parle de la vieillesse du cœur, de la vieillesse de l'âme. Et c'est vrai, puisque nous sommes marqués par le péché que, au premier jour de notre vie, nous sommes déjà vieux de ce péché. Nous sommes déjà enfermés dans ce que saint Paul appellera "le vieil homme". Tout ce qui, dans notre cœur, parce que nous faisons partie de cette race humaine, que nous sommes fils d'Adam, pécheurs, tout ce qui, dans notre cœur, nous empêche, de recevoir la lumière de Dieu, nous empêche de vivre de la vie de Dieu, nous empêche de vivre de la santé du salut de Dieu. Oui, nous naissons vieux.

Et toute notre vie chrétienne, c'est de quoi faire ? c'est de mourir jeune. De mourir jeune non pas de notre jeunesse physique, ou intellectuelle, mais de la jeunesse de Dieu. Et c'est cela devenir enfant. Nous devenons enfant de Dieu. Cela veut dire que nous ne le sommes pas au point de départ. Et si nous ne sommes pas enfants, c'est que nous sommes vieux. Et c'est cela, voyez-vous l'œuvre de l'Esprit. Jésus dira un jour à ses disciples : "Quand l'Esprit viendra, Il vous apprendra toute chose. Il vous apprendra la vérité tout entière." La vérité tout entière c'est cela, que, dans le cœur de Dieu, nous devons mourir jeune. Et c'est l'Esprit qui œuvre en nous, qui travaille en nous, qui arrête en nous, si nous le voulons bien, ce processus de vieillissement qui nous habite du fait de notre état de pécheur.

Nous avons été plongés dans l'eau du baptême, comme Gaëlle sera plongée bientôt elle aussi dans l'eau du baptême. C'est l'Esprit Saint qui, dans notre vie, dans notre cœur, quels que soient nos âges, quelle que soit la jeunesse ou la vieillesse de nos années, c'est l'Esprit Saint qui, petit à petit, nous rajeunit. C'est l'Esprit Saint qui accomplit cette œuvre de la bonté de Dieu, de la jeunesse de Dieu dans notre cœur. Et c'est pour cela que Jésus nous dit : "Il vous faut renaître de l'eau et de l'Esprit pour entrer dans le royaume de Dieu." Autrement, à cause de la vieillesse de votre péché, vous n'y entrerez pas. L'apôtre prêchera aux païens : "Faites-vous baptiser au nom du Seigneur Jésus, alors vous recevrez la rémission de vos péchés et l'Esprit Saint viendra en vous."

Au cours de cette eucharistie, puisque nous allons recevoir le don de la vie de Dieu, le don de la jeunesse de Dieu, puisque nous allons recevoir le sang qu'Il a versé "pour la rémission de nos péchés", demandons-Lui d'être plus ouvert à l'action de son Esprit Saint. Nous ne savons pas d'où Il vient, ni où Il va, peu importe notre compréhension humaine, intellectuelle, psychologique des choses de Dieu. Mais que l'Esprit Saint ouvre notre cœur de façon à ce que, quelles que soient les circonstances, nous puissions mourir jeune.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public