AU FIL DES HOMELIES

Photos

BAPTÊME, NOUVELLE NAISSANCE

Jr 31, 31-34 ; Jn 3,1-8

Vendredi de la troisième semaine de carême – A

(30 mars 1984)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Saint Jean de Malte : Baptême pendant la Vigile Pascale

D

 

ans la Tradition de l'Église, l'évangile de Saint Jean a toujours constitué l'ultime préparation des catéchumènes à la réception du baptême. C'est à juste titre si l'on regarde de près le passage d'aujourd'hui, cet entretien de Jésus avec Nicodème. Jésus lui explique exactement ce que signifie la nouvelle existence et la nouvelle naissance.

"L'Esprit souffle où Il veut, et tu ne sais ni s'où Il vient, ni où Il va ! Tu entends sa voix. Ainsi en est-il de quiconque est né de Dieu." Remarquez que dans la comparaison, on attendrait normalement : Ainsi en est-il de l'Esprit qui souffle dans le cœur de ceux qui le reçoivent. Or le Christ dit bien : "Ainsi en est-il de quiconque est né de Dieu " car le secret profond du baptême c'est l'identification de notre être de toutes nos facultés, de notre intelligence, de notre cœur, de notre volonté, de notre désir, c'est l'identification de tout cela avec l'Esprit de Dieu. La grâce de Dieu, c'est précisément Dieu-parmi-nous, Dieu-avec-nous, Dieu-en-nous, Dieu qui nous fait revivre de l'intérieur. Et la destinée de tout baptisé, c'est précisément, progressivement, à travers la conformité de sa vie à cet appel de l'Esprit, de se laisser totalement saisir par la présence de l'Esprit du Christ en lui, au point qu'il peut dire, comme saint Paul : " Désormais, ce n'est plus moi qui vis, mais c'est le Christ qui vit en moi !"

C'est à cela que devait aboutir l'ordre des alliances tel que l'avait prophétisé le prophète Jérémie : "Viendra un temps où ce ne seront plus les uns les autres qui se diront : Ayez foi, ayez la connaissance du Seigneur. Mais c'est Dieu Lui-même qui dira, au fond du cœur de chaque croyant, Qui Il est." Et l'Église n'est pas d'abord cette espèce d'institution sociale qui s'étendrait sur le monde entier et qui ferait que par sa cohérence se transmet l'évangile. Plus exactement, elle est la retombée de la présence de l'Esprit dans le cœur de chacun des croyants qui constituent, comme tels, le corps du Christ. Notre vie en Église ne jaillit pas de nous-mêmes, d'une sorte d'adhésion commune que nous aurions au Credo. Le corps même de l'Église, c'est le jaillissement de la foi sur tout ce que nous sommes nous-mêmes et qui constitue cette Église comme corps du Christ, comme temple de Dieu.

C'est pourquoi ce temps de carême, même si nous avons été baptisés, est toujours le moment favorable, l'occasion qui nous est proposée pour que nous nous convertissions au plus intime de nous-mêmes, pour laisser retentir à nouveau cette voix de l'Esprit, pour que nous entendions la voix de l'Esprit et qu'à ce moment-la, nous nous laissions conduire par Lui, même si, dans notre statut actuel, nous ne savons pas d'où Il vient, et nous ne connaissons pas encore clairement où Il nous emmène.

Que ce temps de carême soit véritablement pour nous le renouveau profond de notre cœur, de la grâce de notre baptême, pour que nous soyons vraiment fils de Dieu, dans l'Esprit. Non pas simplement à cause de notre volonté humaine, car ce qui est chair est chair, mais que nous soyons nés de l'Esprit pour que nous soyons Esprit, grâce, vie de Dieu, en notre cœur, dans tous les liens qui sont tissés entre nous par cet Esprit et qui constituent l'Eglise. Et que, ultimement, par ce long travail de maturation de notre être au souffle de l'Esprit, nous soyons, comme nous le dit Saint Pierre, divinisé, habitant le cœur de Dieu, la gloire de Dieu et la contemplant face à face, pour l'éternité.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public