AU FIL DES HOMELIES

Photos

RENAÎTRE

Jr 31, 31-34 ; Jn 3,1-8

Jeudi de la troisième semaine de Carême – C

(3 mars 1989)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

A

u cours de ce colloque voué à Maurice BLONDEL, nous entendions ce matin comme un refrain. Pour cet homme qui a essayé de concilier une recherche philosophique ri­goureuse et une réflexion profonde sur la destinée de l'homme dans sa relation à Dieu, revenait le mot "in­suffisance" ou plus exactement "inachevé". Il ouvre là une porte à ce que saint Jean vient de nous rapporter : "Nous sommes en route, en chemin et il nous faut renaître."

Ce dialogue entre Jésus et Nicodème com­mence dans la nuit. De même que le baptême est inauguration, sortie de la nuit et arrivée de la lumière dans le cœur du baptisé, de même Nicodème s'avance comme un homme qui cherche à tâtons, comme un philosophe qui, avec les moyens de sa raison, essaie de décrypter, d'analyser et d'avancer vers cette lu­mière qui existe au fond de son cœur et qui écartèle son cœur d'un désir que ne peut se satisfaire ici-bas. "Inachevé" c'est sans doute le mot qui devait venir à Nicodème, cherchant quelque chose que la Loi ne pouvait lui apporter et découvrant, dans ce Maître nouveau qu'il reconnaît comme "venant de la part de Dieu", quelque chose qui pourrait accomplir, "ache­ver" cette quête profonde qui était au fond de son cœur.

C'est bien cela tout le thème de cette nouvelle naissance qu'est le baptême dans l'eau et dans l'Esprit. Nous sommes appelés à une nouvelle naissance, à une renaissance. Et si Jésus prend soin d'utiliser comme image le thème de la naissance, c'est bien pour que nous puisions dans la naissance elle-même les images nécessaires pour comprendre notre chemin d'aujour­d'hui. Il y a, dans la naissance de l'enfant, un arrache­ment, une sortie des ténèbres.

De même la naissance se fait de l'intérieur même de l'être. Il est poussé par une force qui gît au fond de lui, afin qu'il ne reste pas dans le sein dans lequel il a vécu, dans lequel il a grandi, mais qu'il soit comme expulsé dehors, en pleine lumière et en plein jour.

Cette sortie en pleine lumière et en plein jour c'est à la fois un cri de douleur et un cri de vie qui inaugure toute la vie de l'enfant. Il en est de même pour nous. Mais souvent nous voudrions comme gommer l'aspect d'arrachement, de douleur, de cri nécessaire à cette nouvelle naissance. Non pas qu'il nous faille repasser par les affres de la souffrance nécessaire pour naître, mais c'est plutôt en nous une résistance à renaître. J'appellerai cela une non-docilité à l'Esprit qui est maître en nous.

De fait, il y a dans notre vie des événements que Dieu conduit. Non pas qu'il les ait voulus, mais Dieu s'arrange pour ordonner tous les événements qui jaillissent de la liberté même de ce monde, afin qu'ils nous conduisent quelque part, ailleurs. Et nous avons une façon bien à nous de résister assez passivement à ces événements, de les absorber afin qu'Ils ne nous parlent plus de cette nouvelle naissance.

Et le carême est comme une nouvelle école pour que nous redevenons dociles à ce que l'Esprit nous dit à travers notre vie elle-même qui semble toujours comme un message autre qui nous invite à aller plus loin, à traverser ce monde pour y percer, pour y découvrir déjà la lumière qui commence à poindre.

En ce temps où nous côtoyons, où nous frô­lons la lumière, et goûtons l'eau comme à petites cuillerées, la Transfiguration et la samaritaine, dans notre montée vers Pâques demandons-nous si nous restons dociles à un véritable mouvement, à un véri­table dynamisme qui nous invite à percer la nuit, à nous arracher à notre condition réelle, à savoir et à accepter que nous sommes inachevés et à le vivre douloureusement en nous afin de quêter de désirer, de nous achever.

C'est bien là le sens même de ce texte et le sens même de la vie chrétienne qui est de ne pas ac­cepter d'être là et de rester là, mais d'aller plus loin et de le faire non pas par nos propres forces mais sous l'action de l'Esprit. Essayons de retrouver en nous la trace de l'Esprit de Dieu qui meut notre vie de l'inté­rieur afin de redevenir dociles à ce que l'Esprit veut de nous pour que nous devenions des fils héritiers de la gloire de Dieu.

 

AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public