AU FIL DES HOMELIES

Photos

APPELES À DEVENIR DES FILS DANS LE FILS ÉTERNEL DU PÈRE 

Is 42, 1-7 ; Ac 10, 34-38 ; Mt 3, 13-17
Baptême du Christ - année A (dimanche 9 janvier 2005)
Homélie du frère Jean-Philippe REVEL

 

Frères et sœurs, quelle heureuse coïncidence ! Nous allons célébrer le baptême de Lise et de Charlotte et c'est la fête du baptême du Christ. A vrai dire, il s'agit plus d'une coïncidence car nous avons choisi ce jour exprès à cause de cela, comme l'Église nous le recommande, comme d'ailleurs les orientaux, depuis l'antiquité, s'efforcent de célébrer les baptêmes le jour même de l'Épiphanie, c'est-à-dire le jour du baptême du Christ. En effet, le baptême du Christ nous révèle le sens profond, la vérité du sacrement de baptême que vont recevoir Charlotte et Lise. Pour tous les sacrements, si nous essayons de réfléchir plus profondément à leur surgissement, à leur origine, nous pouvons dire que tous les sacrements s'enracinent dans les gestes et les événements de la vie de Jésus. Tous les événements, tous les gestes de la vie du Seigneur Jésus sont des gestes sauveurs, car à  l'intérieur de ces gestes humains : prendre son repas, être plongé dans l'eau, c'est la force divine, la puissance divine qui est au sein du Christ, qui rayonnent à travers ces gestes et qui apportent le salut, la paix et l'amour à tous les hommes.

Si nous y réfléchissons, le sacrement de pénitence s'enracine d'abord dans le fait que Jésus a pardonné les péchés. Lui-même a pardonné à la femme adultère, Il a pardonné à la pécheresse dont nous parle l'évangéliste saint Luc, Il a pardonné à Zachée, Il a pardonné les péchés au larron qui était crucifié à côté de lui, Il a pardonné à Pierre son reniement. Ces gestes de pardon qui traversent ainsi toute la vie du Christ s'adressent non seulement à ses contemporains, mais aussi aux hommes de tous les temps et de tous les lieux, et c'est pourquoi il faut que ce pardon du Christ se prolonge à travers toute l'histoire, et c'est le sacrement de pénitence. Jésus n'a cessé de guérir les malades, et c'est de là que surgit ce sacrement des malades par lequel nous apportons guérison, consolation, et aussi participation à la Croix du Christ. Jésus a pris ses repas avec les disciples. Dieu a invité les hommes à sa table. Au sommet de tous ces repas, il y a la dernière Cène, et qui ne comprendrait que notre eucharistie s'enracine explicitement dans cette dernière Cène. De la même façon, le sacrement du baptême trouve en quelque sorte son prototype, son modèle, sa source, sa signification profonde dans le baptême du Christ. Le Christ a voulu recevoir des mains de Jean-Baptiste le baptême, et ainsi, il inaugure ce qu'est notre sacrement du baptême, ce que Charlotte et Lisa vont recevoir maintenant, comme nous l'avons tous reçu au début de notre vie chrétienne.

Le Christ, en venant se faire baptiser par Jean se met au nombre des pécheurs, lui qui est sans péché. C'est d'ailleurs pourquoi comme nous l'avons entendu dans l'évangile de saint Matthieu, Jean-Baptiste d'abord dit à Jésus : "mais enfin, c'est à toi de me baptiser, c'est à toi de me plonger dans ces eaux qui purifient, de me plonger dans le pardon de Dieu, et tu viens à moi !" Et Jésus mystérieusement lui dit : "Laisse, il faut accomplir toute justice" (Jn 1, 29). Le sens profond de ce geste nous est révélé par la quatrième évangile qui fait dire à Jean-Baptiste : " Voici l'Agneau de Dieu qui porte le péché du monde". Si Jésus est baptisé ce n'est pas à cause d'un péché qu'il aurait commis, lui qui est sans péché, c'est à cause de nos péchés qu'Il prend sur lui et qu'il plonge avec lui dans les eaux du Jourdain. De la même manière que Jésus a ainsi pris tous les péchés de l'histoire, tous les péchés de l'humanité depuis les origines, depuis Adam et Eve jusqu'à la fin des temps, tous ces péchés Il les a pris sur lui pour offrir son amour en sacrifice sur la croix pour le pardon de nos péchés, et ainsi, Il a voulu être plongé dans les eaux qui purifient. Et de la même manière que Jésus a ainsi pris tous les péchés sur lui, de même toute faute, tout germe de péché, toute racine de péché, tout ce que nous appelons le péché originel, va être enlevé, purifié dans le cœur de Charlotte et de Lise. Le baptême, comme celui du Christ est pardon du péché, purification de toute faute, renonciation à Satan, renonciation au mal, entrée dans la sainteté de Dieu.

Le baptême du Christ, nous l'avons entendu tout à l'heure, c'est le moment où les cieux s'ouvrent. C'est le moment où ce chemin de Dieu qui était fermé depuis le péché originel, par la flamme de l'épée tournoyante qui barrait le paradis perdu, cette communication avec Dieu est ouverte. Les cieux s'ouvrent, et en signe de cette communication, l'esprit de Dieu, le souffle vital de Dieu, l'Esprit Saint, la sainteté de Dieu, l'amour infini, éternel du Père et du Fils, descend en personne sur Jésus, non pas que Jésus ait besoin de recevoir l'Esprit comme s'il en était privé, mais Il nous manifeste précisément que par le baptême, à l'image de son baptême, nous est donné l'Esprit. Tout à l'heure, quand Lise et Charlotte vont recevoir l'ablution de l'eau, l'Esprit, invisiblement, va venir sur cette eau, et par cette eau va remplir leur cœur pour que désormais elle ne vivent plus seulement d'une vie d'être humain, mais qu'elles vivent d'une vie divine par laquelle l'Esprit est présent en elles, dans leur cœur, tout au long de leur existence, pour petit à petit transformer leur cœur d'être humain pour en faire un cœur semblable à celui de Dieu. Voilà le projet de Dieu en nous créant, le projet de Dieu en nous mettant au monde, le projet de Dieu en faisant naître Lise et Charlotte. Qu'elles deviennent, et que nous devenions tous, des membres de la famille de Dieu, participant à la vie divine, recevant en nous le souffle vital de Dieu, l'Esprit Saint pour qu'Il transfigure notre être et nous fasse devenir semblables à Dieu, par un amour semblable au sien. Et l'Esprit ne cessera tout au long de notre vie, tout au long de la vie de Lise et de Charlotte de façonner leur cœur pour qu'elles apprennent à aimer comme Dieu nous aime, comme Jésus nous a aimés. Venue de l'Esprit Saint sur Jésus au Jourdain, venue de l'Esprit Saint par le baptême sur ces enfants qui vont le recevoir.

En même temps que l'Esprit descend sur Jésus, une Voix se fait entendre, la Voix du Père résonne du haut du ciel : "Tu es mon Fils, mon Bien-Aimé, en toi, j'ai mis toute ma complaisance, toute ma faveur, toute ma bienveillance. J'ai mis tout mon amour". Tu es mon Fils Bien-Aimé : au moment du baptême, aux yeux de Jean-Baptiste, aux yeux de toute la foule qui est là, est proclamée la filiation éternelle, infinie de Jésus par rapport au Père. Jésus n'est pas une créature parmi les autres. Jésus est le Fils unique, le Fils Bien-Aimé, le Fils de l'amour du Père. Jésus est celui qui de toute éternité se reçoit du Père et se rend à Lui dans un même amour : tu es mon Fils Bien-Aimé. Cette parole que le Père adresse à Jésus, Il nous l'adresse à nous aussi. Par le baptême nous devenons fils dans le Fils, nous ne sommes plus simplement des créatures façonnées par la libre volonté de Dieu, nous entrons dans cette inimaginable filiation par laquelle de toute éternité le Père se donne au Fils, et le Fils se reçoit du Père. Le Fils nous prend en quelque sorte en lui pour que nous devenions avec lui et comme lui, les fils uniques, les enfants bien-aimés, les enfants au sens le plus fort du terme, du Père qui, éternellement nous engendre dans son Fils. Tu es mon fils bien-aimé, tu es mon enfant, c'est ce que Dieu va dire à Charlotte, à Lise, tu es mon enfant, tu es mon petit enfant. C'est ce que Dieu a dit à chacun d'entre nous le jour de notre baptême. Il ne cesse de le répéter de jour en jour, tout au long de notre vie : nous sommes appelés à être les enfants de Dieu, à participer à la vie même de Dieu, à recevoir en nous la nature de Dieu, à être ses enfants, avec autant de vérité que Lise et Charlotte sont les enfants de leurs parents. De la même manière que les parents d'un enfant lui donnent communication de sa vie humaine, de la même façon par le baptême, naissance nouvelle, Dieu veut nous donner communication de sa vie divine : tu es mon fils, tu es mon enfant bien-aimé.

Que cette fête du baptême où Jésus a voulu nous ouvrir au mystère auquel Il nous appelait, que cette fête du baptême qui se fait en nous purification de toutes les fautes, qui nous fait participation à la vie de l'Esprit Saint, qui nous fait fils de Dieu dans le Fils éternel qu'est Jésus, appelés à entrer dans cette communion éternelle du Père, du Fils et de l'Esprit, que cette fête du baptême du Christ nous remplisse de joie et d'allégresse, car c'est à cela que nous sommes tous appelés, et c'est à cela que Lise et Charlotte sont appelées aujourd'hui avec nous.

AMEN

 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public