AU FIL DES HOMELIES

Photos

 L'UNITÉ À CONSTRUIRE ET À RECEVOIR

Ep 4, 1-16 ; Jn 17, 11 b-18-23

(18 janvier 2001)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Mycènes : solidité et unité

F

 

rères et sœurs, le mystère de la division est le même que celui du mal. L'esprit de mal, Satan, est celui qui divise, celui qui instille dans le cœur de chacun, préjugés, incompréhension, hostilité, rejet, refus d'amour finalement séparation et ce mal qui nous rend étrangers les uns aux autres. Considérer l'autre comme lointain, inaccessible, insupportable, c'est cela le péché, c'est cela l'œuvre du mal dans nos cœurs. Le mystère de la division des chrétiens, est un des aspects les plus douloureux sans doute, de cet esprit de division et d'hostilité qui se manifeste dans le monde sous toutes sortes de formes : les guerres, les haines raciales, les divisions entre frères entre peuples sont une manifestation que hélas, nous constatons tous les jours, et la division entre chrétiens n'a pas d'autre source que cet esprit du mal. En face du mal qui divise, Dieu est Celui qui rassemble et unifie. Il unifie non pas dans l'uniformité, mais dans la complémentarité, le respect mutuel, la découverte mutuelle.

Vous avez entendu tout à l'heure saint Paul dans l'épître aux Ephésiens : "Il n'y a qu'un corps, qu'un Esprit, qu'une espérance, qu'une foi", cependant, chacun a sa part de la faveur divine qui a distribué ses dons aux hommes. Ce n'est pas en nous rendant tous semblables que le Christ nous unifie mais au contraire en faisant que nos différences, au lieu de nous rendre étrangers, au lieu de nous rendre ennemis, nous enrichisse mutuellement. C'est pourquoi saint Paul aime cette comparaison de l'Église, c'est-à-dire de l'humanité appelée à la sainteté de Dieu, cette comparaison de l'Église avec un corps, un organisme où tout n'est pas semblable, tout est différent, mais tout s'enrichit mutuellement. Car, dit-il ailleurs dans la première épître aux Corinthiens "l'œil voit, mais ne peut pas entendre, et il a besoin de l'oreille pour entendre, comme l'oreille a besoin de l'œil pour voir, et les mains ont besoin des pieds pour marcher, comme les pieds ont besoin des mains pour travailler". Et ainsi, dans leur diversité, tous les membres du corps s'unifient pour produire un tout infiniment plus riche que ce que chacun pourrait être s'il était livré à lui-même. Telle est l'unité que le Christ veut réaliser entre les hommes et plus particulièrement entre ses disciples : l'unité d'un corps.

Et ce texte de l'épître aux Ephésiens nous apprend encore que cette unité est un devenir, une croissance. Le Christ nous dit saint Paul, "organise les saints pour l'œuvre du ministère, en vue de la construction du Corps du Christ". Ce Corps du Christ que doit être l'Église, que doit être l'humanité sauvée, il faut le construire, il n'est pas donné tout fait par avance, et c'est pourquoi les divisions des chrétiens, sont presque d'une certaine manière normales et inévitables. Au point de départ, nous ne sommes pas encore assez sanctifiés pour nous unir les uns aux autres, et il est naturel que dans les premiers temps, les divergences nous opposent, nous séparent, mais il ne faut perdre le courage de cette patiente construction que le Christ veut opérer en nous, les uns par les autres, et les uns pour les autres. Au terme de cette construction nous devons parvenir ensemble à ne fait plus qu'un, à réaliser l'homme parfait, une humanité parfaite, dans la force de l'âge, réalisée dans la plénitude du Christ.

Voilà donc que ce dessein d'unité qui est dans le cœur de Dieu, que cette œuvre d'unité que Dieu veut réaliser est une oeuvre progressive. C'est une construction que nous devons acquérir petit à petit, peu à peu. Nous ne devons pas être surpris que la division l'emporte d'abord, il faut vaincre cette tentation de la division, il faut combattre contre cette division que Satan instille en nous pour nous opposer et nous séparer, il ne faut pas nous en étonner, mais il faut travailler pour l'unité, travailler donc la charité. L'épître aux Ephésiens nous apprend encore que cette unité n'est pas quelque chose que nous allons façonner avec nos mains, nos capacités et notre bonne volonté, mais que plus profondément, elle nous est donnée. "Vivant dans la vérité et la charité, nous grandirons de toute manière, vers Celui qui est le Christ, dont le corps tout entier reçoit cohésion et concorde". La cohésion, la concorde, l'unité, la communion, nous les recevons de Celui qui est la Tête et qui, de la même manière dans un organisme, la tête commande à tous les membres, et assure leur cohésion, de la même manière, c'est du Christ que vient ce principe d'unification et c'est dans la mesure où nous adhérons plus profondément au Christ qui est notre Tête, où nous nous tournons vers Lui et que nous essayons de configurer notre vie à la sienne, c'est dans cette mesure que nous grandirons vers l'unité. L'unité n'est pas une affaire de compromis, ni de tailler ici où là, pour que les pièces s'emboîtent davantage, mais l'unité consiste en ce que chacun et tous ensemble, nous nous tournions vers le Christ, nous nous laissions aspirer par le Christ, nous devenions de plus semblables au Christ et conformes à son amour et à son dessein, et c'est de cette manière-là que convergeront ces membres divers que nous sommes les uns et les autres, quelle que soit notre appartenance religieuse actuelle, nous nous rencontrerons et nous convergerons dans le Christ et c'est Lui qui mettra en nous cette force d'attraction qui nous unissant à Lui, nous rassemblera les uns avec les autres.

Vous le voyez, frères et sœurs, il ne s'agit pas de discussions et de mises au point, de marchandages et de délaisser une part de notre foi ou de nos convictions pour nous mettre au diapason des autres, mais il s'agit au contraire d'approfondir notre foi jusqu'en son cœur jusqu'à sa racine qui est le Christ, pour que tous ensemble, nous nous retrouvions dans ce mystère du Christ. C'est le seul moyen qu'il y ait pour que se réalise l'unité. Ne nous laissons pas aller à des vues humaines plus ou moins pessimistes, en nous disant que nous sommes si éloignés les uns des autres, qu'il y tellement d'histoire qui nous séparent. Ne nous laissons pas aller à une vue pessimiste, l'unité ne peut être qu'une construction et une acquisition qui nous viendra de plus haut que nous et que nous ne pourrons réaliser que dans la mesure où nous nous tournerons ensemble, chacun pour notre part, vers le Christ afin de nous rencontrer tous en Lui.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public