AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'APPEL

1 S 3, 1-10+19-21 et 4, 1 a ; Mc 1, 16-20

Jeudi de la deuxième semaine du temps de l'Épiphanie – A

(15 janvier 1987)

Homélie du Frère Michel MORIN

 

C

es deux textes où Dieu appelle des hommes nous proposent quelques réflexions. Tout d'abord, tant pour Samuel que pour les pre­miers disciples, ni l'un ni les autres n'étaient prêts à recevoir l'appel : l'un dormait du sommeil de l'enfant et les autres travaillaient sur les bords du lac pour gagner leur vie. Et ni l'un ni les autres ne pensaient à ce qui pouvait arriver. Ils n'étaient pas dans des dispo­sitions particulièrement parfaites, ils n'attendaient pas, et cependant l'appel de Dieu les a rejoints à ce mo­ment-là. Cela veut dire que ce n'est pas forcément dans les moments de notre vie qui sont les meilleurs à notre goût, ce n'est pas lorsqu'on est spirituellement en forme, ce n'est pas parce que notre enthousiasme est un petit peu délirant, ce n'est pas parce que nous sommes parfaits que Dieu va nous appeler. Dieu a l'initiative de l'appel. Quelles que soient nos disposi­tions, Il appelle. Ceci est important parce que nous nous pensons que Dieu nous appelle lorsque nous sommes dans nos meilleurs états. Et bien, pas du tout. Dieu nous appelle quand Il le juge bon, quelles que soient nos situations.

Le deuxième point c'est que l'appel de Dieu est soudain. Il est soudain et sans commentaires. Dieu ne s'explique pas. Dieu ne fait pas de théorie. Dieu ne demande même pas à l'autre s'il va répondre ou pas. Il appelle, et cet appel qui est soudain, sans explications, est en même temps insistant. On l'a vu pour le jeune Samuel. Il ne comprend pas très bien ce qui lui arrive, c'est le cas la plupart du temps où Dieu nous appelle il ne comprend pas très bien, mais il cherche à savoir. Il va se lever, voir le prêtre et lui demander de quoi il s'agit. L'appel de Dieu est insistant. Tant que nous n'avons pas répondu, Il appellera. Il ne se lassera ja­mais d'appeler, parce qu'Il sait que son appel doit avoir comme conséquence une réponse, cette réponse qui est l'obéissance ou si vous voulez la véritable li­berté et le chemin de notre bonheur, de notre commu­nion avec Dieu en accomplissant sa volonté. Donc l'appel de Dieu est soudain et il est insistant. Et Il vous appelle de façon aussi forte, aussi précise, sans explications, et cela Il le fera tous les jours de votre vie, et même toutes les nuits, comme pour le jeune Samuel. Il le fera pas simplement lorsque vous écou­tez sa Parole, quand vous êtes ici à l'église, mais Il le fera quand vous êtes, comme Pierre, André, Jean et Jacques, au bord du lac, à travailler ou à réparer les filets.

Le troisième élément, c'est que cet appel qui est soudain demande une réponse immédiate : "Aus­sitôt, ils le suivirent !" Cela est dit à deux reprises pour le premier et le second groupe de disciples : "et laissant tout, ils le suivirent aussitôt !" Ils laissèrent tout ce qui, jusqu'à cette heure, les occupait. Cet appel de Dieu demande une réponse immédiate. Mais, nous le savons, nous ne sommes pas capables de donner une réponse parfaite et immédiate, et il faut toute no­tre vie pour donner la réponse, ou plus exactement notre vie, dans sa totalité, doit devenir réponse. Nous le savons, les disciples ont répondu immédiatement, mais nous le savons aussi il leur a fallu beaucoup de temps pour comprendre cet appel, et pour faire en sorte que toute leur vie soit emporté, imprégnée, ins­pirée, ordonnée par cet appel premier qu'ils avaient entendu et auquel ils avaient spontanément voulu répondre. Ceci est très important parce que nous nous décourageons souvent de notre conversion, parce que nous trouvons qu'elle est extrêmement lente et ne va pas assez vite. Moi je trouve que c'est très bien ainsi parce que c'est une délicatesse de Dieu. Si Dieu vous acculait à vous convertir aussitôt, ce serait peut-être quelque chose de tellement fort, de tellement dur, de tellement douloureux que vous ne le feriez pas. Alors Il vous prend par la douceur, c'est-à-dire avec le temps. Tout simplement, il faut se laisser faire. Si nous nous décourageons de ce que notre conversion n'avance pas, Lui Dieu ne se décourage pas parce qu'Il voit profondément en nous le travail de sa grâce, travail que souvent nous ne voyons pas, nous, parce que nous sommes encore occupés à nos filets, au bord du lac.

Et le dernier élément, c'est que comme pour Samuel, il faut à chaque instant de notre vie avoir l'audace, le courage, la naïveté peut-être de dire a Dieu : "Parle ! ton serviteur écoute !" le drame de notre lenteur, de la pauvreté de notre vie spirituelle, c'est que nous n'écoutons pas. Ce n'est pas que la Pa­role de Dieu nous manque, c'est nous qui lui man­quons. Nous l'écoutons de temps en temps, nous en retenons ce que nous voulons, et en plus nous l'arran­geons selon notre situation pour qu'elle ne nous oblige pas trop. Et cependant cette attitude de disponibilité totale est indispensable pour que cette Parole de Dieu fasse en nous son œuvre. "Parle Seigneur ! mais fais aussi que ton serviteur écoute, reçoive, accueille cette Parole qui est la tienne !"

Or là encore, dans notre vie spirituelle, c'est bien souvent nous-mêmes que nous écoutons, et cela ce n'est pas la Parole de Dieu, et ce n'est pas étonnant que nous soyons si lents à nous convertir.

Alors, que cette écoute de la Parole de Dieu, dont nous avons la grâce tous les jours, ici à l'église, et probablement dans votre vie et votre prière person­nelle, que cette Parole de Dieu soit aujourd'hui, pour nous, la manifestation de la présence de Dieu qui ne cesse de nous appeler, qui insistera pour nous appeler jusqu'en l'au-delà même du moment de notre mort. Que cette Parole de Dieu soit pour nous force, cou­rage et espérance, dans nos difficulté, dans nos len­teurs. Et aussi, qu'en cet évangile, nous puissions re­nouveler notre disposition fondamentale à l'écoute de cette Parole de Dieu quelle qu'elle soit, simplement parce que c'est en elle que nous trouvons le sens de notre vie, toutes nos raisons de vivre, toutes nos rai­sons de croire, toutes nos raisons de mourir.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public