AU FIL DES HOMELIES

L'UNITÉ

Ep 4, 1-16 ; Jn 17, 11 b+18-23

Mercredi de la deuxième semaine de l'Épiphanie – C

(18 janvier 1989)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

L

'unité est une des caractéristiques propres de Dieu. L'unité existe en Dieu. "Comme Toi, Père, Tu es en Moi et Moi en Toi" nous dit Jésus. L'unité ne peut donc venir que de Dieu. C'est Dieu qui est le principe de l'unité et toute communion entre les hommes, qu'il s'agisse de la communion dans la famille, dans le couple, de la communion des amis, de la communion dans la société humaine, de la communion dans l'Église, toute communion ne peut qu'être une grâce qui vient de Dieu.

C'est pourquoi l'épître aux Ephésiens nous montre comment cette unité s'enracine dans le Père, le Fils et l'Esprit. "Un seul Dieu, Père de tous, au-dessus de tous, par tous et en tous !" Un seul Dieu et Père. Nous sommes un parce que nous venons de cet amour créateur de Dieu, parce que nous sommes enfants de ce même Père, parce que nous tirons notre être, notre vie, notre respiration de ce Père unique, parce que nos regards sont tournés vers ce Père qui est la source et le but de toutes nos vies. C'est la convergence de nos regards vers le Père qui, seule, peut assurer notre unité. Marchant vers le même but, le cœur du Père, comme nous sommes sortis de la même source qui est le cœur du Père, nous avons vocation à l'unité. Et l'unité de l'Église ne peut qu'être cette convergence de nos désirs, cette convergence de notre soif de ren­contrer le Père, de voir enfin le Père, Celui que per­sonne n'a jamais vu, mais que son Fils Unique nous a révélé.

Le Père est donc à la fois la source, le but, l'explication de notre communion et de notre unité et c'est seulement dans la prise de conscience plus pro­fonde, plus spirituelle plus intérieure de cette filiation que nous pouvons marcher, petit à petit, vers une unité qui consistera d'abord à ce que le rythme de nos pas se fasse concordant, de plus en plus harmonique. "Un seul Dieu, Père de tous. Un seul Seigneur !" Un seul Seigneur qui est la tête."La tête dont le corps tout entier reçoit cohésion et concorde" le Christ est la tête. Il n'y a d'unité que dans la mesure où le corps"reçoit cohésion, vie et croissance de cette tête unique qui est le Christ, opérant ainsi notre crois­sance, ce corps se construisant lui-même dans la cha­rité.

"Afin de constituer cet homme parfait, la plé­nitude du Christ." Nous devons devenir la plénitude du Christ. Le Christ n'est pas seulement un homme parmi les autres, Il n'est pas seulement le modèle, l'homme parfait. Quand Paul parle de l'homme parfait, il ne désigne pas le Christ mais plus exactement le Christ total, le Christ ayant rassemblé en Lui tous ses membres, tous les hommes. Le Christ n'est donc pas un homme parmi les autres, Il est la tête de l'humanité tout entière, de l'humanité qui a vocation de devenir un unique corps "Afin que nous soyons tous membres les uns des autres et qu'il n'y ait plus qu'un seul corps." Il n'y a de communion et d'unité possible qu'en recevant, jour après jour, la vie, la cohésion, la force vitale de cette tête unique qu'est Jésus-Christ.

"Un seul corps et un seul Esprit !" Chaque corps est animé par une âme. L'âme est le principe qui donne l'unité au corps qu'elle anime. L'âme humaine est une âme spirituelle l'image de l'Esprit de Dieu. L'Église est un corps dont l'Esprit saint est l'âme, que l'Esprit saint anime. Ce corps est un parce qu'il n'y a qu'un seul Esprit. Et c'est dans la mesure où l'Esprit est répandu dans le corps tout entier qu'il rassemble ce corps ou qu'il fait que ce corps soit un corps et non pas des membres épars, et non pas une matière in­forme, dispersée. "Un seul Esprit pour qu'il y ait une seule espérance, un seul appel, une seule foi, un seul baptême." Par le baptême, nous avons été plongés dans l'Esprit saint de Dieu et cet Esprit qui se trouve dans le cœur de chacun d'entre nous fait de nous un seul corps. C'est en nous laissant conduire, guider, agir par l'Esprit, et seulement à ce prix, que nous pou­vons devenir un corps unique.

C'est donc tout à la fois du dynamisme de l'Esprit, de la force de cohésion de la tête unique qu'est le Christ, de la polarisation de tous nos cœurs et de toutes nos marche vers le but unique qu'est le Père, c'est de là et de la seulement que nous pouvons tirer notre unité. Prier pour l'unité, c'est nous tourner en­semble vers le même Père. Prier pour l'unité c'est laisser se déployer au fond de notre cœur un même Esprit. Prier pour l'unité c'est nous mettre tous en­semble sous une tête unique, le Christ. Si nous som­mes profondément pénétrés de l'urgence de ce mys­tère, si nous sommes tournés vers le Père, animés par l'Esprit, rassemblés sou l'unique tête du Christ, alors nous oeuvrons pour l'unité, nous travaillons pour l'unité.

Notre prière, notre vie, nos actes seront, dans la patience, constructeurs de l'unité avec nos frères protestants, orthodoxes qui eux aussi sont tournés ver le même Père, à l'écoute du même Esprit et reconnais­sent le même Christ comme tête unique. Que Dieu achève ce qu'Il a commencé.

 

AMEN


 

 

 
Copyright © 2021 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public