AU FIL DES HOMELIES

LE VOILE

2 Co 3, 12-18

(14 janvier 2009)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS 

 

Saint Jean de Malte : Moïse 

F

rères et soeurs, nous avons lu la suite de cette explication que donne Paul de son ministère. Il s'agit d'affirmer ou d'expliquer aux Corinthiens le statut et l'importance de sa propre parole. Paul n'y va pas par quatre chemins, il explique que sa parole d'apôtre se situe par rapport à la parole de Moïse comme une réalité supérieure. Pour cela, il utilise une image qui, à nous, paraîtrait sans doute aujourd'hui un peu hermétique, mais qui pour les contemporains de Paul était tout à fait claire. Cette image, est l'image du voile. Evidemment, pour nous aujourd'hui, surtout les occidentaux, le voile a perdu toute signification. C'est un peu la différence, je vous le signale avec la culture proche orientale dans laquelle est si vif le débat sur le tchador. La problématique du voile chez saint Paul est très proche de la problématique du tchador ou du voile islamique dans les sociétés arabes contemporaines. Pourquoi ? Parce que le voile empêche de voir directement. Nous, cela nous paraît insupportable car nous sommes des êtres qui veulent voir, nous sommes les inventeurs de la télévision, du cinéma, de la photographie, de la peinture, de la représentation alors que le Proche-Orient n'a jamais été extrêmement doué, en tout cas, n'a pas eu la tradition des arts visuels que nous avons. 

       Ici, saint Paul exploite à fond cette idée que le voile cache pour mieux préserver. En effet, le voile sert à dissimuler un secret pour le rendre encore plus attirant, encore plus excitant. Dans le cas du voile que Moïse mettait le voile sur son visage quand il descendant de la montagne, on se dit que c'était pour que les Hébreux ne voient pas la gloire de Dieu, mais c'était bien plus astucieux que cela. C'était parce que la gloire sur le visage de Moïse était passagère, et il fallait que les hébreux ne sachent pas quand elle finissait. Il fallait que Moïse cache le caractère passager de la gloire. Cela nous paraît incroyable, mais c'est comme si Moïse (c'est la lecture qu'en fait saint Paul), pour mieux préserver son autorité, ayant laissé deviner que son visage était lumineux, le cachait pour dissimuler la gloire qui était sur son visage pour qu'on  ne sache pas à quel moment la gloire de Dieu allait disparaître de son visage. 

       Moïse recèle en lui tous les secrets de la Loi. Il est l'interprète autorisé de la Loi, mais il garde aussi comme secret le fait qu'elle est passagère et qu'on  ne sait pas quand elle finira. Saint Paul enchaîne et il dit : "Maintenant, il n'y a plus de voile". Nous sommes animés d'une assurance, et pour Paul l'assurance ce n'est pas simplement le bluff, c'est vraiment la capacité d'annoncer en toute certitude ce qu'on a à dire, "nous sommes pleins d'assurance pour annoncer à visage découvert sans voile la plénitude du salut de Dieu". Pourquoi ? Parce que précisément, cette gloire manifestée en Jésus-Christ, pas dans l'apôtre mais en Jésus-Christ, cette gloire-là n'est  pas passagère. Au contraire, elle dure. Dans la méditation de Paul, il montre qu'au moment même où l'on annonce le visage découvert, la gloire du Christ, cette gloire est capable de se refléter de visage à visage. C'est là sa permanence et sa supériorité sur Moïse. La gloire de Dieu dans le Sinaï ne resplendissait que sur le visage de Moïse et Moïse en mettant le voile, la rendait incommunicable de visage à visage. A partir du moment où la gloire de Dieu s'est révélée en Jésus-Christ, elle s'est révélée à visage découvert, et elle se transmet de visage à visage. La gloire ancienne ne pouvait pas se transmettre parce qu'elle était passagère, c'était donc un ministère qui d'une manière ou d'une autre menait à la mort parce qu'elle n'empêchait pas l'homme de mourir, la gloire nouvelle elle peut passer d'un individu à l'autre par la prédication apostolique, elle dure de façon éternelle, parce qu'elle conduit à la résurrection. 

       C'est une méditation extraordinaire sur le ministère apostolique. Pour Paul, la différence entre l'enseignement des apôtres dont il est un des ténors, et l'enseignement de la Loi, c'est que l'enseignement de la Loi ne porte pas en elle assez de force ni pour sauver ni pour vraiment se transmettre de visage à visage. C'est pour cela qu'il faut revenir chaque fois à la lettre gravée sur les tables, qu'il faut toujours revenir au texte, et là, la lettre tue parce que montrant à chaque homme que la gloire est passagère, elle annonce ainsi que chaque homme est voué à ce caractère éphémère et mortel de son existence. Tandis que la gloire révélée en Jésus-Christ passe de visage à visage, c'est tout le mystère de l'Église. C'est le mystère de l'annonce du salut. Ce n'est pas simplement le fait que le visage d'un apôtre transmette la gloire aux autres, mais à travers le visage de l'apôtre la gloire du Christ vient se refléter sur d'autres visages. Il n'y a qu'un seul projecteur mais il y a une infinité de miroirs. Et à la fin, nous projetons comme en miroir la gloire du Christ. La dynamique même de la parole apostolique n'est plus conditionnée par le voile qui cache et qui essaie tant bien que mal de ne pas révéler son caractère passager et son caractère éphémère, ici au contraire, lucidement, lumineusement, de visage en visage, à travers l'histoire de la prédication apostolique, c'est la plénitude de la gloire qui se dévoile ainsi. 

       Frères et sœurs, comme vous le sentez, c'était une critique terrible de la tradition issue de Moïse. Paul ne se gêne pas pour essayer de montrer les limites de ce qui pourtant paraissait comme la supériorité évidente d'Israël sur les païens. Paul dit ; le problème n'est pas la comparaison entre la tradition mosaïque, enseignement sous le voile, et les païens, ici, c'est que la révélation de la plénitude de la gloire a introduit une nouvelle dynamique de la transmission du salut et de la plénitude de la connaissance de Dieu. 

 

       AMEN


 

 

 
Copyright © 2021 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public