Imprimer

TU ES LE SAINT DE DIEU !

1 Jn 5, 13-15+18-21 ; Mc 1, 21-28

Samedi de la deuxième du temps de l'Épiphanie – C

(15 janvier 1983)

Homélie du Frère Michel MORIN

Capharnaüm : architrave de l'ancienne synagogue

N

 

ous ne connaissons pas quel fut l'enseignement de Jésus ce jour-là à la synagogue de Capharnaüm. Nous savons seulement qu'il fut donné "avec autorité" et une autorité nouvelle. Ceux qui ont entendu cet enseignement le connaissaient déjà car dans la synagogue on lit la Loi de Moïse et on la commente. Habituellement cela est fait par les scribes. Il y avait donc quelque chose de nouveau et cette nouveauté ce n'était pas les paroles mais c'était Celui qui les a prononcées ainsi que l'efficacité et la fécondité de ces paroles qui n'avait encore jamais été connue et soupçonnée.

C'est l'esprit impur qui va désigner qui est Celui qui parle : "Je sais qui Tu es, Tu es le Saint de Dieu ! Tu es le Fils de Dieu ! Que nous veux-tu ? Es-Tu venu pour nous perdre ?"

Nous sommes pécheurs devant la sainteté de Dieu et c'est la Parole de Dieu, c'est son autorité qui, en se manifestant nous révèle l'extrême distance qui existe entre nous et Dieu. Dieu ne s'occupe pas d'abord de nos péchés. Il ne les cherche pas.. Il n'en a pas l'idée. Il vient simplement se montrer Lui, tel qu'Il est, le Saint, la sainteté, l'absolu, le tout-autre. Mais quand Il vient se manifester, alors notre esprit pécheur mesure l'extrême distance qui nous sépare de cette sainteté. Nous la mesurons et elle nous ébranle terriblement. Nous en devenons comme déséquilibrés. Nous sommes pris par une sorte de vertige de violence, nous nous mettons, intérieurement ou extérieurement, à crier. Et c'est normal, on ne peut pas voir Dieu sans mourir. On ne peut pas entendre et contempler la sainteté de Dieu sans que notre péché ne meure. "Sors de cet homme ! Va dehors !" dit Jésus à cet esprit impur.

La Parole de Dieu a cette nouveauté d'être efficace pour ceux qui l'écoutent, pour ceux qui la cherchent et même pour ceux qui ne l'attendent pas comme c'était le cas pour ce possédé. Souvent dans la liturgie nous chantons ce très beau refrain très ancien dans l'Église : "Saint ! Saint, Fort ! Saint Immortel !" Nous proclamons la sainteté de Dieu, en Lui-même et pour nous, mais nous ajoutons toujours : "Dieu Saint ! Saint fort ! Saint immortel, prends pitié de nous !"

 

AMEN