AU FIL DES HOMELIES

Photos

UNE LIBERTÉ SAGE ET FIDÈLE

Jos 2, 15-21

(19 janvier 2008)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Terre de liberté et d'opulence 

F

rères et sœurs, nous sommes encore aujourd'hui dans la suite du passage que nous avons lu dans le roman de la prostituée Rahab. C'est une figure qui est riche de tout un enseignement parce qu'elle représente historiquement le clan des rahabites qui avait sans doute eu le privilège de s'allier aux israélites et ainsi de ne pas encourir les premiers effets de la conquête. Ce clan avait sans doute une identité différente, qui ne faisait pas partie des tribus d'Israël, avait été respecté et intégré sur le territoire. 

       Rahab est une figure intéressante parce que dans la lecture qu'on en a fait dans la tradition postérieure, elle est devenue la figure de l'Église, celle qui croit au dessein de Dieu et qui sera sauvée, manifestant par là que l'Église est celle qui est sauvée par la foi, comme Rahab elle est issue de la gentilité, et donc elle bénéficie des promesses de Dieu même si elle ne fait pas partie du peuple, elle en reçoit les bienfaits et les conséquences. 

       Aujourd'hui à travers le petit épisode du renvoi des espions, j'aimerais insister sur un autre aspect de la figure de Rahab, qui est évoqué par son nom. Ce nom n'est pas tout à fait innocent, dans la tradition juive, la racine du mot Rahab veut dire : "être au large", avoir la pleine liberté de ses mouvements. C'est donc un autre aspect de la figure un peu mythique de Rahab qui nous est ainsi évoqué. Elle est à la fois celle qui met au large, et celle qui est mise au large, étant bien entendu que l'expression mettre au large signifie dans le sens étymologique de la liberté dans le monde ancien, la liberté d'aller et venir, c'est-à-dire la liberté de ses initiatives, de ses mouvements, de ses actions. D'une certaine manière, c'est assez paradoxal parce que cette pauvre Rahab, comme prostituée est plutôt soumise aux désirs de sa clientèle, cela n'empêche qu'elle s'appelle celle qui vit au grand large. Peut-être que c'est aussi une certaine manière de vivre la prostitution ! 

       Rahab est celle qui accueille les espions mais qui ensuite leur donne les indications lorsque le danger est passé, qu'elle les a abrités, qu'on ne les a pas retrouvés chez elle puisqu'elle les avait cachés sur la terrasse, elle est celle qui leur dit ce qu'il faut faire dans la vaste étendue qui entoure Jéricho. Elle leur dit : surtout ne retournez pas vers le camp des israélites, vous risqueriez de rencontrer sur votre chemin les gens de Jéricho soit à l'aller soit au retour, et vous seriez immédiatement arrêtés. Prenez le large vers la montagne le temps que l'escouade de Jéricho soit rentrée dans la ville et ensuite, vous pourrez tranquillement regagner le camp. Elle est celle qui apprend aux espions israélites, à jouer de leur liberté. Ne faites pas n'importe quoi, il faut user de votre liberté avec sagesse et astuce pour déjouer la ruse de mes concitoyens de Jéricho. 

       Là aussi, c'est intéressant, car à ce moment-là, Rahab devient une figure de la sagesse. Elle indique aux espions israélites qui sont menacés de toutes parts, la manière dont eux-mêmes doivent se comporter dans leur liberté, dans leurs allées et venues pour échapper à la menace de la petite armée de Jéricho. 

       Dans l'épilogue de l'histoire de Rahab, elle-même quand elle libère les espions et leur donne la véritable manière de prendre le large, elle leur dit : jurez-moi que vous me sauverez. Les espions, juste au moment de partir, disent à Rahab : puisque tu nous donnes la liberté en passant par la fenêtre, le moyen même que tu as  pris pour nous  délivrer et nous libérer, tu devras le prendre pour toi-même être délivrée quand nous serons une menace pour Jéricho. C'est un échange de bons procédés : là où tu nous as appris la liberté, nous aussi nous allons t'apprendre la liberté, reste à ta fenêtre, mets le cordon écarlate et quand nous arriverons, nous te libèrerons. C'est un service mutuel de liberté que Rahab et les espions israélites se rendent. C'est ce que prend bien soin le récit d'indiquer : au moment même où le récit se conclut, quand les israélites entrent dans Jéricho et font tomber les murs avec les trompettes et l'Arche d'Alliance, on va chercher Rahab qui est sur le bord des remparts, et ils la ramènent en liberté dans le camp. On dit que Rahab la prostituée ainsi que la maison de son père et tous ceux qui lui appartenaient, Josué leur laissa la vie sauve et elle est demeurée au milieu d'Israël jusqu'aujourd'hui pour avoir caché les émissaires que Josué avait envoyés pour espionner Jéricho. Il n'y a pas de plus grande récompense aux actes libres que la liberté. 

       C'est cela que Rahab nous enseigne. Non seulement, elle a voulu que les autres soient libres, mais ensuite, Israël et les espions ont considéré que la seule dette qu'ils avaient vis-à-vis  de la liberté des autres, c'était de respecter cette liberté comme eux-mêmes l'avaient respectée. Quand quelques siècles plus tard, dans l'épître aux Hébreux, on fait l'éloge des gens qui ont eu la foi, on n'oublie pas Rahab : "Par la foi les murs de Jéricho tombèrent quand on en eut fait le tour pendant sept jours (c'est la puissance de la foi qui détruit le mal), par la foi, Rahab la prostituée ne périt pas avec les incrédules, elle garda la liberté parce qu'elle avait accueilli pacifiquement les éclaireurs".

       Il n'y a pas de manière plus claire de dire qu'entre les espions d'un côté et Rahab qui est de Jéricho par son appartenance tribale, la véritable dette qu'ils ont l'un pour l'autre, c'est la seule dette de la liberté. Je pense que pour nous, c'est un véritable enseignement sur la manière dont nous devons vivre la charité qui n'est pas de créer des dépendances, de créer des liens qui asservissent, mais la charité, c'est ce qui aide à encourager et à servir la liberté de chacun de nos frères comme Rahab l'a fait et comme les israélites l'ont fait vis-à-vis d'elle et de son clan par la suite. 

 

       AMEN


 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public